Selon les témoignages de ses frères, le jeune Ramzy a été frappé violemment à la tête par un policier et conduit à l’hôpital avec un ami qui avait témoigné au début de ce qui s’était passé. Ensuite, ce témoin direct a été menacé au commissariat par les policiers afin qu’il se rétracte. La version officielle est maintenant une chute du camion. On imagine que les vidéos qui ont filmé l’agression sont nombreuses étant donné le nombre de smartphones qui filment en direct tout ce qui se passe. Du coup, nul doute que la vérité éclatera et que la justice sera rendue.

Il faut savoir aussi que les circonstances ayant entouré la mort de Hassan Benkhedda, fils du premier Président du GPRA, n’ont pas encore été élucidées et sa famille tient à ce que toute la lumière soit faite sur cette douloureuse affaire.


Un jeune manifestant a rendu l’âme ce vendredi 19 avril, après avoir passé une semaine dans le coma à l’hôpital Mustapha Pacha d’Alger, a appris TSA de sources hospitalières.

Le jeune Ramzy, âgé de 19 ans, a été admis à l’hôpital vendredi dans un état grave, après avoir reçu un coup sur la tête. Lors de son arrivée aux services des urgences, ses accompagnateurs ont affirmé qu’il avait reçu un « coup de matraque violent sur la tête » à la Place de Tafourah.

Mais les circonstances exactes de sa blessure mortelle ne sont pas encore connues. Vendredi dernier, des scènes de violences provoquées par des « délinquants infiltrés » parmi les manifestants avaient éclaté à Alger faisant de nombreux blessés.

Le jeune manifestant a été opéré mais les dégâts engendrés par le coup qu’il a reçu sur la tête étaient trop importants. Après une semaine dans le coma, il a rendu l’âme aujourd’hui 19 avril 2019.

Il s’agit de la deuxième victime depuis le début des manifestations. Vendredi 1er mars, Hassan Benkhada, fils de Benyoucef Benkheda, est mort dans une bousculade au niveau de la Place Addis-Abeba.


TSA [Tout Sur l’Algérie]