À mesure que la présidentielle de 2018 approche au Cameroun – elle approche même à grands pas – nous pouvons constater dans les derniers sondages l’absence de Dieudonné. Il est évident que les médias camerounais ont compris que ce dernier préférait organiser des combats clandestins de boxe plutôt que de réaliser une vraie campagne électorale ! D’autant que tout le monde sait qu’il est impossible à toute personne possédant la double nationalité, n’ayant pas vécu au pays durant les 12 mois précédant le scrutin et dont le casier judiciaire fait état de condamnation à de la prison ferme, de se présenter à cette élection….

Par ailleurs, pendant que Dieudonné continue de se moquer de son public, d’autres comme Kemi Seba poursuivent la lutte sur le terrain avec un succès grandissant, en s’attaquant frontalement au franc CFA, quitte à prendre de vrais risques …


Matomba face à Biya, c’est l’affiche finale des élections au Cameroun si les présidentielles 2018 se tiennent aujourd’hui.  

Deux  principaux partis vont s’affronter pendant les présidentielles au Cameroun : le Peuple Uni pour la Rénovation Sociale (PURS) dont le leader est Serge Espoir Matomba et le Rassemblement Démocratique du Peuple Camerounais (RDPC) dirigé par Paul Biya, au pouvoir depuis 36 ans.Ces tendances sont issues d’un sondage  réalisé par l’Institut Levada, spécialiste des questions analytiques.  Les recherches menées dans les dix régions du Cameroun portaient sur une question simple : quel serait votre choix de la présidentielle si le vote avait lieu aujourd’hui ?

Matomba en bonne posture 

Serge Espoir Matomba est donc le principal challenger de Paul Biya si l’on s’en tient à l’échantillon de 10 000 personnes interrogées, soit 1000 par région. Les 20 à 40 ans soutiennent le jeunisme, contrairement aux 61 ans et plus qui conservent les vieilles habitudes.

Mais les jeunes de plus en plus nombreux à s’intéresser à la politique représentent 75% de la population camerounaise. Serge Espoir Matomba est présenté comme leur principal interlocuteur, ce qui lui a valu le titre de « Candidat de la jeunesse et de l’éducation ».

Vers un souffle nouveau 

C’est ce que montre le sondage, le PURS présent dans les dix régions mobilise l’attention des électeurs nationaux. Ce parti a le mérite  d’insuffler à la jeune génération un véritable intérêt pour la politique. Serge Espoir Matomba gagne du terrain par son sérieux dans le travail, la jeunesse s’identifie à lui.

Paul Biya jouit de l’appareil de l’Etat et le système électoral lui est acquis depuis le retour du multipartisme au Cameroun. Cependant, rien n’est totalement gagné d’avance pour le RDPC, surtout que 2018 est l’année de tous les dangers.

Josuah Osih en troisième position est le dauphin de John Fru Ndi, leader du Social Democratic Front,  principal parti de l’opposition. Contrairement à ce que l’on s’imagine, le SDF bénéficie aujourd’hui d’une implantation de 40% seulement dans l’espace camerounais.

Maurice Kamto en numéro quatre est présenté comme un ancien membre du sérail, dont il s’est désolidarisé en Novembre 2011. Il est accompagné d’une forte communauté de la région de l’Ouest Cameroun dont il est originaire. Son parti le Mouvement  pour la Renaissance du Cameroun y est vigoureusement présent.

Akeré Muna et Cabral Libii sont les nouveaux venus de la scène politique camerounaise. Pour le moment, nul ne peut dire avec exactitude quelle est leur réelle base sur le terrain.

Cette étude permet de comprendre la tendance  réelles sur le terrain des prochaines présidentielles camerounaises. Si les élections ont lieu aujourd’hui, Paul Biya sort vainqueur, suivi de Serge Espoir Matomba.


Francis Kellber – Institut Levada