Ne dites rien à cet homme-là, c’est un causeur (Ac.1835-78).
Un air aimable de causeur colportant sans malice les cancans du monde
(ZolaSon Excellence E. Rougon, 1876, p. 319).



Le journal virtuel d’extrême droite, Causeur, a publié récemment un article d’une confondante bêtise, truffé d’erreurs et de mensonges, notamment par omission. C’est le travail d’un certain Alexis Brunet qui m’avait d’ailleurs envoyé un mail pour me poser des questions dont il avait déjà les réponses, sauf qu’il lui fallait travailler un tant soit peu. Comment est-il possible d’écrire un tas de sottises aussi éloignées de la vérité en s’appuyant d’ailleurs sur les dires de zozos de la pire espèce ! Nous allons donc dans cet article revenir point par point sur leurs accusations ridicules et totalement fantaisistes ; vous verrez c’est tellement simple au vu des preuves en notre possession.

Avant toute chose, vous remarquerez le choix peu innocent de l’image d’illustration et la volonté d’humilier de l’auteur de l’article (Salim Laïbi est chirurgien-dentiste à Marseille. Entre deux détartrages, il lui arrive de…). Cette propension à dénigrer la formation de chirurgien-dentiste venant d’un vulgaire écrivaillon officiant de surcroît  sur un site fasciste est juste délicieuse et ne peut être qu’appréciable. D’ailleurs, vous remarquerez comme on pouvait s’y attendre, la présence, au-dessous de l’article, de commentaires racistes rédigés par des fans de Monsieur Brunet. Cela fait déjà plusieurs jours que ces commentaires sont publiés sans aucune modération ; on imagine que la rédaction les assume totalement.





Ensuite, ce sera un enchaînement de contrevérités et d’approximations. Nous n’avons jamais appelé à la sécession d’avec l’État lors du premier confinement, mais bien avant, lors de la publication de l’ouvrage de Monsieur Paul-Éric Blanrue, Sécession ! Un titre qui ne sera même pas cité dans ce papier, ce qui donne une idée précise de la qualité du travail journalistique de l’auteur de l’article. N’est-ce pas assez comique de venir critiquer cette idée de la sécession de l’État, alors qu’un très grand nombre de politiciens et de médecins ont demandé à mettre en place une décentralisation qui serait beaucoup plus efficace pour lutter contre le virus. Tout le monde a d’ailleurs loué la réussite du modèle fédéral allemand dans la gestion de la crise sanitaire.

Autre mensonge, Salim Laïbi ne s’est jamais précipité chez le Pr Raoult pour faire le plein de chloroquine d’autant qu’il est question d’hydroxychloroquine ! Salim Laïbi ne préconise pas non plus de se gaver de vitamine C pour lutter contre le covid-19, il ne fait que reprendre les travaux d’un grand nombre de chercheurs et de médecins à travers le monde d’autant que la vitamine C ne représente qu’une partie de la solution contre le covid-19 (zinc, vitamine D, activité physique et sport en plein air…).

Concernant l’accusation d’appartenance au mouvement QAnon lancée par Le Point, reprise par Sputnik et Valeurs actuelles, le journaliste de Causeur n’a pas estimé nécessaire de corriger l’information du menteur récidiviste Aziz Zemouri ! Il ne dit pas non plus que ce dernier est sous le coup d’une plainte au sujet d’un article gravement diffamatoire qu’il a publié en juin 2018 ! Pour ce « baveux » de caniveau, diffamer de la sorte un citoyen ne constitue pas une singularité et encore moins une faute. À ses yeux, voilés par la haine, ça passe. Le tribunal en jugera.


Ensuite, Monsieur Alexis Brunet va essayer de salir la réputation de Salim Laïbi en rappelant des faits anciens qui se sont déroulés il y a plus de huit ans autour de Dieudonné et Alain Soral ! Bien sûr, il omettra de rappeler que depuis 2014, Salim Laïbi n’a eu de cesse de dénoncer, tant à travers de nombreuses vidéos que dans un ouvrage commis à cet effet (Le mythomane, la face cachée d’Alain Soral)  l’escroquerie Alain Soral et Dieudonné  ! Comment a-t-il pu s’arranger pour passer à côté d’une telle information, d’autant qu’Alain Soral a lui-même déclaré que Salim Laïbi était son pire ennemi sur terre (sic) ! Il omet également de dire que Salim Laïbi a gagné 3 procès en appel contre le mythomane Alain Soral.

Ensuite ce sera la défense du sionisme comme on pouvait s’y attendre d’un bon journaliste de Causeur. Mais avant de traiter de l’affaire Judith Waintraub, rappelons qui sont les fondateurs de Causeur.

Les fondateurs de Causeur sont connus, il suffit de faire un tour sur leur page Wikipedia. Parmi les fondateurs, on retient  les noms d’Élisabeth Lévy et Alain Finkielkraut dont le discours est connu de tous pour sa  modération légendaire à l’endroit de l’islam et des musulmans ! Élisabeth Lévy s’est illustrée le 24 avril 2002 dans le Figaro en publiant son article L’antifascisme ne passera pas qui en dit long sur son personnage quasiment vissée à son siège du plateau de Pascal Praud de Cnews, lui aussi réputé pour sa modération envers les sujets traitant de l’islam et des musulmans. Le 2 mai de cette même année et dans le même journal, c’est Éric Zemmour qui publiera La marche contre les fantômes, comprenez l’extrême droite n’existe pas en France. Il y a juste des militaires nazis dans l’armée mais à part ça tout va bien.

Élisabeth Lévy, rédactrice en chef de Causeur, s’est étonnée de ne pas voir les Françaises musulmanes prendre l’initiative de retirer leur voile ne serait-ce que quelques jours pour rendre hommage à Samuel Paty, car dans sa tête elles sont coupables de ce crime odieux ! Faut-il rappeler que cette dame a voté Mitterrand en 1988 et a travaillé chez Marianne ! C’est cette même personne qui a déclaré tout de go qu’un boulanger ne devrait pas être obligé d’embaucher « un juif, un Arabe ou un Noir, s’il éprouve à leur encontre une antipathie spontanée » ! Un autre fondateur et animateur important de ce site réactionnaire est le journaliste franco-israélien Gil Mihaely…

On peut également ajouter, pour ternir encore plus un portrait l’est déjà suffisamment, la personne de Roland Jaccard, ami intime du pédocriminel récidiviste Gabriel Matzneff. Il en parle très souvent sur son blog dans lequel on apprend qu’il allait à la piscine Deligny – voir la photo de droite ! – avec lui alors qu’il draguait des gamins de 10 ans ! Tout va bien dans le meilleur des mondes de Causeur, Jaccard n’arrivera pas à choquer Élisabeth Lévy qui a défendu mordicus DSK lors de son affaire de viol new-yorkais.

Du coup on comprend que l’auteur de ce tissu de mensonges, Alexis Brunet, soit choqué par la phrase : « Il n’y a que des pédocriminels qui dirigent la France ! On peut commencer par les médias, la haute couture, les avocats, les journalistes » ! Matzneff n’a-t-il pas été, pendant des décennies, défendu par François Mitterrand et toute la gauche socialiste de la mairie de Paris ? Frédéric Mitterrand n’est-il pas un pédocriminel assumé, à lire son livre La mauvaise vie ? N’a-t-il pas été ministre sous Sarkozy ? Qu’en est-il du député européen Daniel Cohn Bendit [DCB] ? Peut-on passer sous silence l’extraordinaire scandale Olivier Duhamel, violeur de son propre beau-fils pendant des années et protégé par le célèbre avocat Jean Veil et Science-po tout en étant à la tête du plus gros lobby parisien, le club Le Siècle, auquel appartiennent 11 membre actuel du gouvernement de Macron ! La liste est encore très longue mais on va s’arrêter là. Quant au financement de ce torchon d’extrême droite, il est assuré, malgré ses pertes abyssales qui ne cessent de s’accumuler, par un certain Gérald Penciolelli qui fut membre de la direction d’Ordre nouveau ce qui en dit long sur son appartenance à l’extrême droite ! Gérald Penciolelli est actionnaire également de Minute ! On comprend mieux la teneur raciste des commentaires sous l’article.





Concernant l’affaire Judith Waintraub, faut-il rappeler que cette journaliste coutumière de plateaux télé avait posté un message sur Twitter traitant une jeune étudiante voilée qui réalisait des vidéos de recettes de cuisine pas chères pour étudiants, de « terroriste » responsable du carnage du 11 septembre ! Rien que ça !

On imagine que Monsieur Alexis Brunet trouve ce tweet raciste et islamophobe tout à fait normal et acceptable, entrant dans le cadre de la liberté d’expression. De plus, selon Monsieur Alexis Brunet, il n’existerait pas en France de lobby sioniste travaillant pour les intérêts de Tel Aviv ! Il y a des tonnes de livres qui décrivent parfaitement l’existence de ce lobby mais Monsieur Alexis Brunet pense qu’il n’existe pas. Affirmer le contraire ne peut faire de vous qu’un dangereux complotiste ! Comment est-il possible d’être aussi ridicule, comment est-il possible de nier à ce point le réel ? D’ailleurs c’est leur droit, ils ont complètement le droit de défendre leur cause, qui peut leur en vouloir ? Par contre, c’est notre droit aussi de les combattre, de dénoncer la politique de colonisation et d’apartheid menée en Palestine. Alexis Brunet devrait lire les travaux de Rony Brauman et de tant d’autres…

Judith Waintraub est l’exemple même de la sioniste hystérique qui a conçu un objectif la diffusion de la haine dans la société française comme l’a parfaitement rappelé la sénatrice Esther Benbassa : « Le twit anti musulman de J. Waintraub est odieux. Il ne justifie pas les menaces qui la visent. Elle a donc mon soutien. Reste que la haine engendre la haine et que le rôle d’une journaliste n’est peut-être pas de nourrir cette dynamique-là. J’assure Imane de toute ma sororité. » La France en cette période extrêmement tendue n’a pas besoin de gens aussi irresponsables. Malgré cette affaire extrêmement grave, Judith Waintraub réussira tout de même l’exploit de se victimiser ! C’est tout simplement extraordinaire.

Le journaliste va nier l’existence d’un lobby sioniste en France car à ses yeux, c’est un fantasme absurde de paranoïaque ! On ne va pas lui en vouloir sachant que Causeur est dirigé par des sionistes invétérés, quasi pathologiques qui ne s’en cachent même pas, mais personne n’a le droit de le dire ; sauf qu’en ce qui nous concerne, nous l’assumons ; nous l’affirmons haut et fort et nous l’affirmerons encore. En France nous avons un député ultra sioniste à l’Assemblée – Meyer Habib – qui travaille contre les intérêts du pays et contre les ordres du gouvernement et de son ministre des Affaires étrangères et ça ne choque personne ! À part ça le lobby sioniste n’existe pas…

Ensuite, Alexis Brunet parlera du Hirak algérien et de la rencontre de Salim Laïbi avec Saïd Sadi. Bien entendu, il ne dira pas que Salim Laïbi a lui aussi déposé une plainte pour agression physique puisqu’il a été frappé à deux reprises par Saïd Sadi. La plainte est en cours d’instruction. Car oui, en réalité, c’est bien Saïd Sadi qui a asséné des coups à Salim Laïbi ; il suffit de regarder la vidéo du direct pour s’en rendre compte.

Étant donné que cet article n’avait pour seul objectif que de diffamer et de salir la réputation de Salim Laïbi, son auteur va interviewer un certain Gamal Abina que vous connaissez certainement sur ce site puisque nous avons déjà dénoncé sa légendaire vulgarité. Mais la où c’est comique, c’est de lire dans la présentation qui a été faite de Gamal Abina, qu’il est un journaliste ce qui est totalement faux. C’est un simple chroniqueur radio, un antifasciste qui a été très proche de Dieudonné ce qu’Alexis Brunet omettra de préciser. Peut-il seulement nous montrer un seul article journalistique digne de ce nom écrit par ce si mauvais dessinateur ? Quel est le numéro de sa carte de presse ?

Pourquoi a-t-il oublié de montrer le pathétique dessin réalisé par Gamal Abina, présentant Serge Dassault en train de faire une quenelle ? On voit d’ailleurs ce dernier prendre dans ses deux mains des liasses de billets verts ! Est-ce parce qu’il est juif ? Alexis Brunet aurait dû enquêter un peu plus avant de venir déverser ses idioties sur son site d’extrême droite.

Gamal Abina s’est totalement déshonoré en tant qu’antifasciste, mais il faut comprendre que c’est parce qu’il était totalement aveuglé par sa haine pathologique de Salim Laïbi qu’il a accepté cette interview sur ce site d’extrême droite. Il faut dire aussi qu’il n’avait pas trop apprécié que l’on diffusât afin de dénoncer son double jeu et sa violence, un message ordurier qu’il avait adressé à un critique. Vous pouvez cliquer sur ce lien pour le lire mais attention, ça pique les yeux.

Ensuite, l’auteur de cet article s’acharnera à défendre la secte maçonnique, ce qui est son droit absolu. Nous n’allons pas revenir ici sur la très grande puissance de cette secte en France puisque tous les ministères régaliens sont dévolus obligatoirement aux loges ; c’est un secret de polichinelle. L’actualité nous donnant encore une fois raison, rappelons, n’en déplaise à Monsieur Alexis Brunet, le scandale de la loge Athanor impliquée en France dans différents assassinats et tentatives d’assassinats, avec en son sein un commandant des services de renseignement ainsi que plusieurs membres des forces de l’ordre. Sans oublier toutes les magouilles du système criminel mafieux de la françafrique tenue d’une main de fer par la franc-maçonnerie depuis Charles De Gaulle et Guy Penne. Faut-il lui rappeler l’appartenance d’Alexandre Djouhri à la loge de la Lyre de Salomon comme l’avait dénoncé feu Pierre Péan dans son excellent ouvrage La république des mallettes ! On peut également lire le Rapport omerta de Sophie Coignard pour avoir une idée précise de la puissance de la secte maçonnique, sans oublier son excellent Un État dans l’État. Le contre pourvoir maçonnique.

Concernant son ouvrage Ils aiment l’islam, Salim Laïbi a tenu tout simplement à présenter des textes anciens démontrant à quel point la propagande anti musulmane actuelle n’a strictement rien à voir avec ce que pensaient les grands auteurs, savants et politiciens occidentaux des siècles derniers à propos de cette religion et de ses adeptes. Pour ce faire, il a rassemblé plus de 100 citations assez exceptionnelles des plus grands philosophes, historiens, journalistes, politiciens appartenant à tout l’échiquier, de l’extrême droite à l’extrême gauche pour démontrer à quel point la propagande islamophobe actuelle – voire « islamomaniaque » – n’a pas pour origine un quelconque problème avec l’islam, mais plutôt avec une idéologie mortifère qui s’impose de plus en plus en France, le sionisme. La raison d’être de cet ouvrage est donc à l’opposé de ce que veut faire accroire ce pseudo journaliste, bien au contraire ; il se veut être un trait d’union à même d’apaiser les tensions et d’éteindre les braises sur lesquelles des criminels sans foi ni loi s’évertuent à souffler de tous leurs poumons.

Ensuite, comme pour sombrer encore plus dans le ridicule, Alexis Brunet choisira d’interviewer Omar Djellil qui n’est autre que le factotum du Crif et des services de renseignements locaux marseillais ! C’est tellement grossier que l’actuel patron du Crif, Bruno Benjamin, va lui aussi témoigner dans cet article !

Omar Djellil s’est illustré lors d’une campagne électorale d’affichage à Marseille, en assénant une gifle à une élue marseillaise, Madame Marie Batoux ! Il a déjà été condamné par la justice pour avoir diffamé un journaliste de la Provence en 2014, M. Frédéric Guilledoux. Il a été impliqué dans une très curieuse affaire politique de faux témoignages mais s’en est miraculeusement sorti ! Il avait réalisé un recours contre l’élection de Patrick Mennucci en utilisant tout simplement de faux témoignages. Même le juge était étonné de l’absence d’Omar Djellil à la barre des accusés : « La procureure a d’ailleurs déploré une instruction “médiocre” et estimé que d’autres protagonistes auraient dû être “mis en examen“, ou du moins écoutés comme témoins assistés » ». On peut citer également une histoire de violence et de bagarre entre ce O. Djellil et un autre acteur associatif marseillais de l’UFM, Monsieur Nordine Hagoug, bien plus âgé que lui. Mais le plus risible c’est sa fiche Copains d’avant dans laquelle il se présente comme travaillant au sein du cabinet du maire de Marseille alors que ça n’a jamais été le cas : c’est tout simplement une usurpation de fonction. Alexis Brunet a utilisé pour son article ordurier un fabulateur ridicule connu à Marseille comme un mythomane dérangé.

Concernant le lien entre Salim Laïbi et l’avocat du CCIF, on peut dire ici que c’est une faute professionnelle lamentable et du pur racisme car cela voudrait dire qu’un avocat n’a pas le droit de défendre le CCIF et que c’est plus grave s’il a un patronyme arabe ! En réalité Me Chergui est l’avocat d’une partie des affaires du CCIF et c’est son droit le plus total, d’autant qu’il n’est pas le seul avocat de Salim Laïbi qui en comptabilise au moins 4 dont 3, Français de souche, une femme…

Quant au dernier paragraphe de l’article d’Alexis Brunet, on a rarement lu autant de stupidités ! L’auteur clairement complotiste propose une théorie totalement loufoque qui consiste à faire accroire que parce que l’oncle de Salim Laïbi, décédé il y a près de 30 ans, a été à la tête des services de renseignements algériens lui vaudrait protection aujourd’hui ! Il va s’appuyer pour cela sur l’article mensonger et diffamatoire du Point, également complotiste, signé le mythomane Aziz Zemouri. Ce qu’il oublie de dire c’est que Kasdi Merbah a été assassiné par la junte militaire au pouvoir en Algérie à la solde de Paris et des intérêts de l’Élysée. Il a été assassiné par la clique de Larbi Belkhir, Khaled Nezzar, Mohamed Médiène, Smain Lamari… Nous connaissons tous les rapports d’amitié entre le boucher Khaled Nezzar ou le sanguinaire Smain Lamari avec Yves Bonnet, l’ex patron de la DST ! Là encore, c’est un secret de polichinelle. Rappelons également qu’après l’indépendance, les rapports politiques entre la France et l’Algérie étaient extrêmement tendus et qu’il est vraiment stupide d’affirmer l’inverse aujourd’hui.

On comprend maintenant pourquoi la France va si mal ; elle est composée d’une élite incompétente qui n’a pas le niveau et qui est prête à toutes les compromissions et à toutes les bassesses pour continuer à percevoir un salaire à la fin du mois. Comment quelqu’un qui se dit journaliste peut-il publier autant de sottises, de mensonges et de contrevérités sans rougir de honte ? Il est clair que l’on ne sera jamais d’accord, il est clair que nous avons des visions du monde différentes, mais il y a des façons de faire. À la place d’Alexis Brunet, la honte m’empêcherait de respirer et de vivre dignement vu le classement mondial RSF de la France concernant la « liberté de la presse » ! La Jamaïque et le Costa Rica sont dans le top 10 ! Alexis Brunet est 34e…