Nous allons aborder ici un sujet très vaste qui peut nous mener très loin dans l’étude et la lecture mais que nous allons essayer de résumer au maximum afin d’atteindre le plus grand nombre possible de lecteurs. Il s’agit du sujet de la laïcité en Algérie que d’aucuns veulent imposer comme si elle coulait de source.

Ce sujet induit de nombreuses conséquences et nous mène à la rencontre de plusieurs écrivains dont l’immense érudit René Guénon qui l’a traité de façon magistrale dans son livre Autorité spirituelle et pouvoir temporel (1929). Effectivement, l’auteur analyse dans son ouvrage le concept même de laïcité, son origine, son sens étymologique historique et démontre avec une facilité déconcertante l’absurdité d’un tel concept. Ajoutons à cela que cette laïcité est un concept purement franco-français que l’on ne retrouve nulle part ailleurs dans le monde. Les pays les plus puissants actuellement, que ce soit militairement ou économiquement, comme les USA, la Grande-Bretagne ou le Japon ne sont pas du tout laïcs, bien au contraire.

Deuxièmement, ce concept nous mène vers un deuxième auteur majeur, cette fois-ci algérien, le génial Malek Bennabi qui a parfaitement théorisé le concept de colonisabilité qui décrit parfaitement la volonté que certains éprouvent à importer un modèle politique de gouvernance totalement étranger à la société et à la tradition algérienne. Pourtant, nous sommes déjà passés par là, il n’y a pas si longtemps, en essayant d’importer le modèle marxiste soviétique dont on connaît les résultats désastreux sur le plan économique. On peut ajouter un troisième auteur, un autre géant de la littérature arabe, Ibn Khaldoun, qui expliquait dans ses Prolégomènes que ce sont les peuples vaincus qui se mettent à copier d’autres peuples, ce qui en dit long sur leur état d’esprit…

On peut également démontrer avec une grande facilité l’hypocrisie de l’État français qui, lors de la colonisation ne s’est embarrassé d’aucun scrupule en ce qui concerne la mise en application de « sa » laïcité, puisque l’indigène avait,  inscrite dans sa carte d’identité, la mention « Français musulman » ! Était-ce très laïc ? Sans oublier bien sur le fameux billet de banque qui portait inscrit sur une de ses faces un verset coranique qui condamne le contrefacteur ! Bref, la laïcité a en réalité toujours été un outil à géométrie variable, selon les intérêts politiques et économiques du moment.



On voit déjà les tenants de la laïcité crier haro sur l’islamisme et sur l’extrémisme pour avoir tenu les propos qui précèdent. En général, c’est leurs seuls arguments, à défaut d’avoir lu les auteurs cités ; nous rencontrons souvent des comportements sectaires qui n’ont absolument rien à voir ni avec la réflexion et certainement pas avec la recherche et l’étude. Par contre, nous saisissons l’opportunité de ce sujet pour vous faire partager un écrit d’un grand spécialiste de l’islam et de l’Algérie, Monsieur Bruno Étienne. On pourra difficilement le taxer d’islamiste, lui qui était un grand et haut gradé de la franc-maçonnerie française (GODF). Il expliquait dans un article publié dans Libération du 24 février 1995 que, n’en déplaise à certains, l’Algérie est bien un pays musulman et que les laïcs qui causent à la télé ne représentent absolument personne, comme vous pouvez le lire sur la capture écran ci-dessous. C’est une réalité politique concrète que tout le monde peut constater notamment en comptabilisant toutes les personnes qui ont voté pour le camp laïcard en Algérie représenté par les Toumi-Hanoune-Sadi…; c’est ainsi.

Cette remarque de Bruno Étienne en impose une autre ! Effectivement, les médias et la Doxa filtrent quotidiennement le discours afin de faire croire aux gens que les représentants de la laïcité sont plus nombreux. C’est leur droit, chacun fait ce qu’il veut, sauf qu’il est totalement malhonnête et hypocrite de parler de démocratie et de liberté d’expression, car il s’agit en réalité d’une guerre idéologique et de propagande d’une extrême violence. Cette guerre politique s’est d’ailleurs transformée en guerre de tranchées en Algérie après le coup d’État militaire de janvier 1992 qui a conduit les politiciens laïcards pseudo démocrates à soutenir la junte militaire en appelant à « éradiquer » par les massacres de masse, les exécutions sommaires et la la torture industrielle toute contestation venant du camp islamique !

Pour finir, il est réellement inquiétant de constater cette capacité qu’ont certains à nier le réel au point de ne pas prendre en compte l’existence de dizaines de millions d’Algériens musulmans qui veulent vivre en paix, selon leurs traditions et leurs coutumes ancestrales, sans avoir à tomber dans le piège du psittacisme qui consiste à croire que tout ce qui se fait ailleurs est meilleur, surtout s’il vient de France ! Ce n’est ni démocratique, ni intelligent, car ce ne peut être que source de conflits.