Information effrayante concernant la vaccination contre la grippe. Bien entendu, il n’y aura jamais d’aveu clair, les autorités vont mentir en affirmant qu’il n’y a aucun rapport de causalité entre le vaccin et le décès…


Cinq personnes sont décédées après avoir été vaccinées contre la grippe en Corée du Sud la semaine dernière, ont déclaré les autorités, soulevant des inquiétudes quant à la sécurité du vaccin au moment où le programme d’inoculation saisonnière est élargi pour éviter les complications potentielles du COVID-19.

Les autorités ont déclaré qu’il n’y avait aucune raison de croire que les décès étaient liés au vaccin, mais une enquête, y compris des autopsies, était en cours. « Il nous est difficile de faire une déclaration catégorique », a déclaré le vice-ministre de la Santé Kim Gang-lip lors d’un briefing mercredi sur les décès, qui incluent un garçon de 17 ans et un homme dans la soixantaine. Quelques semaines à peine après la suspension du déploiement du programme national de vaccination en raison de problèmes de sécurité, les décès ont fait la une des journaux en Corée du Sud.

Le mois dernier, les responsables ont annoncé leur intention de se procurer 20% de vaccins antigrippaux en plus pour l’hiver que l’année précédente afin de vacciner 30 millions de personnes dans le but d’éviter que le système de santé ne soit surchargé par des patients grippés et exposés au COVID-19.

Cependant, le démarrage d’un programme de piqûres gratuites pour environ 19 millions de personnes éligibles a été suspendu pendant trois semaines après qu’il a été découvert que quelque 5 millions de doses, qui doivent être réfrigérées, avaient été exposées à la température ambiante pendant leur transport vers un établissement médical.

Renforcer la confiance du public dans les vaccins est devenu un défi mondial majeur cette année, car certains pays se précipitent pour approuver les vaccins expérimentaux COVID-19 avant que les études complètes de sécurité et d’efficacité ne soient achevées.

Les vaccins contre la grippe de la Corée du Sud sont fournis par différents fabricants de médicaments, dont LG Chem Ltd (051910.KS) et Boryung Biopharma Co. Ltd., une unité de Boryung Pharm Co. Ltd. (003850.KS). Un responsable de Boryung a déclaré à Reuters que la société était au courant des décès signalés, mais n’avait aucun commentaire immédiat. LG Chem a déclaré que la société suivrait les conseils du gouvernement.

Un garçon de 17 ans décédé vendredi a été le premier décès noté par les responsables à la suite de la réception du vaccin. Le garçon est décédé deux jours après avoir reçu le vaccin antigrippal à Incheon, près de la capitale Séoul. Un homme dans la soixantaine, atteint de la maladie de Parkinson et d’arythmie, était le cas le plus récent.

Il est décédé mercredi à Daegu, un jour après avoir reçu le vaccin contre la grippe. Les responsables de Daegu ont déclaré que l’homme avait reçu des vaccins depuis 2015 sans réaction indésirable antérieure.

Les responsables ont déclaré que 8,3 millions de personnes avaient reçu le vaccin gratuit contre la grippe depuis sa reprise le 13 octobre, avec environ 350 cas d’effets indésirables signalés. Le nombre le plus élevé de décès liés à la vaccination contre la grippe saisonnière était de six en 2005, selon l’agence de presse Yonhap.

Même avant la pandémie de coronavirus, la confiance dans les vaccins était un défi croissant pour les organismes de santé publique. L’Organisation mondiale de la santé a désigné l’hésitation à la vaccination comme l’une des 10 principales menaces pour la santé mondiale de l’année dernière.

En Corée du Sud, un sondage réalisé plus tôt ce mois-ci a révélé que 62% des 2548 personnes interrogées dans la province de Gyeonggi, près de Séoul, ne seraient pas vaccinées contre le COVID-19, même si un vaccin est approuvé, tant que toutes les questions de sécurité n’auront pas été pleinement résolues.

Un agent de santé joint un avis de suspension des programmes de vaccination contre la grippe à l’entrée d’un hôpital de Sejong, Corée du Sud, le 22 septembre 2020. Yonhap via REUTERS


Sangmi Cha

Reuters

21 octobre 2020