Décidément le groupe Canal+ n’a plus aucune limite dans l’ignominie puisque même après avoir reçu une mise en demeure de la part du CSA concernant une émission sur CNews dans laquelle Éric Zemmour fait l’apologie d’un grand criminel de guerre, il fait semblant de ne pas comprendre et de défendre son chroniqueur. Faut-il rappeler que ce dernier a été déjà condamné à deux reprises par la justice pour incitation à la haine raciale ce qui ne les a pas empêchés de l’embaucher et de le payer grassement pour continuer à déblatérer 4 fois par semaine ses thèses haineuses.

En réalité les propos tenus ce jour sont indéfendables puisqu’il est bien question de massacres de civils par un militaire à la tête d’une armée très puissante, c’est même Éric Zemmour qui l’affirme à l’antenne. Ils auront beau saisir le conseil d’État et je ne sais quelle autre institution, tous leur donneront tort, c’est factuel.


Après les propos de Zemmour sur la colonisation de l’Algérie dans l’émission Face à l’info du 23 octobre, CNews a été mise en demeure par le CSA.

Mais la chaîne a décidé de saisir le conseil d’État, estimant que cette sanction était « injustifiée » et « contraire aux principes de la liberté d’expression ».

La chaîne d’info en continu CNews, qui appartient au groupe Canal +, a décidé de saisir le conseil d’État suite à sa mise en demeure par le Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA) mardi 3 décembre. Cette sanction avait été imposée en réaction aux propos du polémiste Éric Zemmour, au cours de l’émission Face à l’info du 23 octobre, dans laquelle il s’était déclaré « du côté » du général Bugeaud, lorsqu’il « arrive en Algérie » et « commence à massacrer les musulmans et même certains juifs »….



Le gendarme de l’audiovisuel a affirmé que les propos de Zemmour du 23 octobre « ont pu être perçus » comme « une légitimation de violences commises par le passé à l’encontre de personnes de confession musulmane, tout en condamnant la chaîne pour avoir diffusé en direct ces propos, « sans réaction ni même modération » de la part de l’animatrice, Christine Kelly…


Photo d’illustration : Eric Zemmour © AFP 2019 Bertrand Guay

Sputnik

4 décembre 2019