Une réunion honteuse a été organisée à Marseille avec les représentants de 2 candidats à la présidentielle algérienne, Benflis et Mihoubi. Pourtant le mot d’ordre du peuple est simple : « Yetnahhaw ga3« , « Klitou lebled ya esserakine » et « Makanche intikhabate m3a el3issabate » ! Il n’y a pas plus simple et plus limpide ! Le peuple refuse toute élection avec les membres de la mafia Bouteflika, il veut les juger et non discuter démocratie.

Était présent M. Abderrahmane Belhout, le coordinateur national et représentant du candidat Ali Benflis qui a osé présenter son candidat comme le candidat de l’opposition alors qu’il a été Chef de gouvernement de Bouteflika de 2000 à 2003 ! Benflis a été aussi le directeur de campagne de Boutesrika en 1999, il a été ensuite Secrétaire général de la Présidence, puis directeur de cabinet ainsi que Secrétaire général du FLN de 2001 à 2004 ! Un joli CV qui lui faire perdre toute crédibilité.

M. Bachir Ouazene, ex-député et représentant du candidat Azeddine Mihoubi (RND) va décrire son poulain comme un jeune de… 60 ans, il faut le voir pour le croire ! A. Mihoubi est actuellement secrétaire général par intérim du Rassemblement National Démocratique ou RND, le parti du DRS et de Bouteflika parmi les plus détestés en Algérie, avec le FLN en tête bien sûr. M. Bachir Ouazene nous donne juste la nausée à chaque phrase qui sort de sa bouche en expliquant que son parti soutient les revendications du Hirak alors que lui-même soutenait le 5e mandat début février ! Nous n’avons même pas besoin de lui parler si ce n’est pour lui dire « Klitou leblad ya essarakine » ! En d’autres termes, vous avez pillé le pays bande de voleurs et vous finirez dans les poubelles de l’histoire. Il osera même rebalancer l’argument du chantage à la sécurité : « Il faut voter le 12, autrement l’Algérie tombera dans le piège syrien… » !

Alors que ces clowns sont incapables de réunir plus de 50 personnes dans leurs meetings, peuvent-ils nous expliquer comment ont-ils pu recueillir 50.000 parrainages voire le double pour certains candidats ? Ceci démontre que ces 5 candidatures sont celles de l’armée et que la triche sera au rendez-vous.

Deux personnalités civiles étaient présentes à ce débat. Monsieur Abdelmalek Alili qui est pour les élections du 12 décembre 2019 et Aziz Bensadek représentant du collectif marseillais du CADSA qui est contre !

Alors que les hirakistes empêchent en Algérie le déroulement de la campagne électorale en expulsant systématiquement les candidats comme on a tous pu le constater sur les réseaux sociaux, M. Aziz Bensadek a assisté donc à la campagne électorale de la présidentielle du 12/12 à Marseille ! Plus inquiétant, on le voit à de nombreuses reprises dodeliner de la tête et acquiescer aux propos de Monsieur Abderrahmane Belhout !

La question que l’on veut poser à Monsieur Alili qui fait confiance aux élections du 12 décembre est la suivante : croit-il vraiment que la mafia militaire ne va pas truquer le suffrage ? Croit-il vraiment que cette mafia qui a réussi à rassembler 6 millions de parrainages truqués pour le cinquième mandat de Bouteflika va respecter le 12 décembre les règles de la démocratie ? Il est d’ailleurs compliqué de comprendre sa position puisqu’il appelle à aller voter mais sans voter ! Rappelons juste que Monsieur Alili avait qualifié le hirak de « dictature » lors d’une conférence récente de M. Sofiane Djilali à Marseille, ce qui avait choqué l’assemblée !

Une bonne fois pour toutes, le peuple algérien (à l’intérieur ainsi qu’à l’extérieur du pays) est dans une très écrasante majorité contre les élections du 12 décembre et traite les candidats de membres de la mafia qui a détruit le pays. À quelques jours d’un scrutin illégal, anticonstitutionnel et truqué, qui fait perdre un temps précieux à l’Algérie, il faut rassembler et concentrer nos forces pour lutter contre la mafia et non pas discuter avec ses membres ! Les débats démocratiques se font avec des gens honnêtes et certainement pas avec le représentant du Secrétaire général de la mafia RND dont l’ex-président Ahmed Ouyahia se trouvait à la barre du tribunal de Sidi M’hamed mercredi 4 décembre, devant répondre de la provenance de plusieurs centaines de milliards de centimes découverts sur son compte bancaire !

Koulna yetnahhhaw ga3 et Tahya Eljazair.