Subscribe Now

* You will receive the latest news and updates on your favorite celebrities!

Trending News

En visitant ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies.
Comment l’horaire d’un avion met à mal la défense de Tariq Ramadan
Informations

Comment l’horaire d’un avion met à mal la défense de Tariq Ramadan 

tariq_ramadan_billet_avion_libération
Le théologien Tariq Ramadan, à Paris le 6 février 2016. Photo Boby. Hans Lucas pour Libération.

Nous le savions depuis quelques jours déjà ; des membres de l’Union des jeunes musulmans (UJM) de Lyon s’apprêtaient à diffuser la vérité concernant l’heure d’arrivée de Monsieur Tariq Ramadan à Lyon,  cette fameuse journée du 9 octobre 2009. En effet, c’est l’UJM qui avait organisé la conférence et donc invité Monsieur Tariq Ramadan à s’exprimer sur le sujet Le vivre-ensemble, l’islamophobie, la Palestine ! Comment dépasser le « clash des perceptions » ? Cette conférence s’était tenue, salle de la Ficelle, dans la capitale des Gaules.

Il suffisait donc de retrouver la personne, membre de cette association, chargée d’accueillir le conférencier à l’aéroport de Lyon et de le conduire à l’hôtel Hilton, et de lui demander s’il avait effectué ce trajet à 18h35 comme rapporté et affirmé avec insistance par Monsieur Tariq Ramadan et ses avocats. C’est chose faite. Il s’avère donc que Monsieur Tariq Ramadan était arrivé par un vol de la compagnie Iberia en provenance de Madrid, son avion ayant atterri à Lyon-Saint Exupéry à 11h35, selon les documents présentés par l’UJM. Ce qui est troublant voire effrayant, c’est le fait que des responsables locaux étaient parfaitement informés et connaissaient très bien ces détails, du moins du côté de l’UJM et du CFM. Il est évident que des pressions ont dû être exercées sur des témoins, car l’information a mis bien trop de temps à sortir.

Ainsi, l’argument béton, devenu alibi, que tout le monde a repris en boucle sans aucune réflexion ni prudence, l’argument qui était censé faire vaciller le témoignage de Christelle, la seconde plaignante, s’est écroulé comme un château de cartes. Nous reviendrons sur cette affaire dans le détail dans notre prochaine vidéo d’Actu au scalpel qui décrira avec force détails cette campagne de propagande soviétique ridicule qui aura des conséquences lourdes et historiques sur la communauté musulmane française.



Selon les informations de « Libération », Tariq Ramadan serait arrivé en milieu de journée à Lyon, le 9 octobre 2009.

Un élément qui compromet sa ligne de défense.

C’est un horaire d’avion capital. Et qui risque de mettre en difficulté le théologien suisse Tariq Ramadan, mis en examen pour deux viols le 2 février. À quelle heure est-il vraiment arrivé le 9 octobre 2009 à Lyon, date à laquelle aurait eu lieu le deuxième viol ? En milieu de journée et non pas en fin d’après-midi, selon un dossier de réservation consulté par Libération et publié, vendredi après-midi, par le site d’informations Muslim Post. Tariq Ramadan a pris un vol, en provenance de Madrid, sur la compagnie Iberia dont l’arrivée était prévue à 11h15. Contacté par Libération, l’avocat du théologien, MYassine Bouzrou, affirme qu’il n’y a « aucun élément à ce sujet dans le dossier d’instruction ».

Le vol en provenance de Madrid remet en cause l’emploi du temps fourni par le  théologien.

En se fondant sur une réservation d’avion, celui-ci affirme n’être arrivé à l’aéroport de Lyon qu’en fin d’après-midi, à 18h35, venant de Londres. Un timing qui fragilisait le témoignage de « Christelle », la deuxième femme à avoir porté plainte, fin octobre, contre Tariq Ramadan. Celle-ci affirmait que les faits reprochés au théologien (mais qu’il nie) avaient eu lieu deux ou trois heures avant la conférence qu’il tenait le soir même à Lyon. Organisé par l’UJM (Union des jeunes musulmans), une association qui a beaucoup participé à la notoriété de l’intellectuel suisse, elle devait débuter à 20h30. Toutefois, elle a commencé plus tardivement. Dans un témoignage publié par Libération, le leader musulman local Abdelaziz Chaambi se montre formel : Tariq Ramadan n’est arrivé ce soir-là qu’aux alentours de 21 heures.

Quoi qu’il en soit, selon des informations concordantes, des militants de l’UJM seraient venus chercher Tariq Ramadan à l’aéroport et l’auraient ensuite déposé à l’hôtel Hilton, là où Christelle, selon son témoignage, l’aurait rejoint.

Ces précisions importantes sur le timing devraient être très prochainement clarifiées. En fin de semaine prochaine, plusieurs personnes vont être, en effet, audionnées à Lyon par la 2e DPJ, chargée de l’enquête.

Selon des sources concordantes à Lyon, des discussions animées ont eu lieu au sein de l’UJM afin de s’accorder sur une ligne de conduite à tenir. L’organisation, très proche de Ramadan, disposait en effet d’informations en contradiction avec sa ligne de défense. Une réunion aurait eu lieu le dimanche 18 février au siège de l’UFCM (Union française des consommateurs musulmans) en présence notamment de Yamin Makri, figure historique des milieux musulmans lyonnais, fondateur de l’UJM. Avec Fethullah Othmani, ce fidèle lieutenant de Ramadan est l’organisateur en chef de sa campagne de soutien qui mis l’accent sur l’« alibi » (la supposée heure d’arrivée à 18h35) en fustigeant violemment la justice française. Cette pièce (la réservation d’avion qui mentionne 18h35) a, de fait, mystérieusement disparu du dossier avant de réapparaître lors de la garde de vue, début février, du prédicateur.

Dans la soirée, l’UJM pourrait s’exprimer publiquement ou […]


Bernadette Sauvaget – Libération