Sarkozy-Field-Lucet-censure-Bygmalion

Avant toute chose, on se demande bien pourquoi un politicien comme Sarközy, aux multiples mises en examen très graves, est invité sur les plateaux télé, présenté comme le sauveur de la France. C’est une question essentielle qui mérite réponse. On sait maintenant que malgré l’affaire Bigmillion, dont il est le seul et unique responsable selon la loi électorale française, il ose faire un chantage immonde à France Télévision : ils doivent censurer le reportage de Mme Lucet, sinon il ne viendra pas !!! M. Field sait-il seulement que personne ne veut de lui, ni à la télé et encore moins au pouvoir.
Quand on voit ça, on se dit que la France va très mal et qu’il n’y a plus d’espoir, sauf miracle !

“Le Canard enchaîné” raconte comment une enquête pilotée par Élise Lucet sur la campagne de financement de Nicolas Sarkozy engendre de grosses tensions entre la nouvelle patronne d’“Envoyé spécial” et le directeur de l’info de France Télévisions Michel Field.    

Michel Field se retrouve à nouveau au milieu d’une polémique dont il se serait bien passé. Dans un article du Canard enchaîné daté du 7 septembre, on apprend que la diffusion d’une enquête d’Envoyé spécial consacrée au financement de la campagne 2012 de Nicolas Sarkozy est devenue une nouvelle pomme de discorde entre le chef de l’info de France Télévisions et sa rédaction.

Programmé au début de l’été pour une diffusion le 29 septembre, le document d’Envoyé spécial promettait une interview exclusive de Franck Attal, patron d’Event & Cie, la société qui organisait les meetings du président-candidat Nicolas Sarkozy, avec son lot de révélations autour de l’affaire Bygmalion – rappelons que le parquet de Paris a requis hier 5 septembre le renvoi en correctionnelle de l’ancien chef de l’État et de treize autres mis en examen.

Mi-juillet, comme l’explique le Canard, Michel Field prend peur. Il fait indiquer à Élise Lucet, nouvelle patronne d’Envoyé spécial, que la diffusion ne peut avoir lieu qu’après la primaire de la droite (fin novembre). La raison, évoquée par l’hebdo : « Le patron de l’info de France Télé vient d’entamer des négociations avec Sarkozy pour qu’il soit, le 15 septembre, le premier invité vedette de sa nouvelle Émission politique, animée par Pujadas et Salamé. »« En cas de diffusion [du docu avant la primaire], le camp Sarkozy “bloque sa venue” », aurait expliqué Field à Lucet, après la trêve estivale.

« Badaboum », interprète Le Canard enchaîné, qui raconte les disputes qui s’ensuivent entre les deux : accusations de censure et de pression, rappel de la motion de défiance dont le patron de l’info a été la cible (suite à la main-mise de l’Élysée sur l’émission Dialogue Citoyens) et arbitrage du conflit par la présidente Delphine Érnotte Cunci, qui décide de se « donner un peu de temps pour trancher ».

Mais l’affaire ne s’arrête pas là. Field aurait tenté de court-circuiter Lucet en planifiant le sujet d’Envoyé spécial jeudi 8 septembre, dans une version incomplète – ce que refuse Lucet. Toujours est-il que l’info de la diffusion fuite sur le site puremedias.

Pendant ce temps, du côté du camp Sarkozy, Véronique Waché, en charge de sa communication, « dément toute pression » de leur part… « tout en s’interrogeant sur l’opportunité des choix de France 2, en pleine campagne des primaires ». Sur son blog, le journaliste Renaud Revel écrit lui que « la diffusion de ce sujet [d’Envoyé Spécial] est vécue comme une véritable provocation par l’ancien chef de l’État ». Alors, passera, passera pas ? La suite au prochain épisode.

Jérémie Maire — Télérama