Décidément le monde change, pas seulement la planète mais également la presse écrite. Voici le dessin publié sur son Twitter le 12 septembre dernier, le lendemain de l’anniversaire des attentats du 11 septembre 2001, par un des plus célèbres caricaturistes de France, Plantu pour ne pas le nommer. C’est d’autant plus troublant et inattendu que ce dessinateur travaille pour le quotidien national de référence, tête de proue de la propagande, de la censure et du politiquement correct.

Qu’a-t-il dessiné ? Très simple et très clair : les États-Unis d’Amérique, le marionnettiste qui manipule la poupée islamiste tenant dans les bras des charges explosives sur lesquelles est dessiné le drapeau Yankee. On remarque également que cet islamiste se retourne et se dirige vers le marionnettiste. C’est un peu ce qui s’est passé ce fameux 11 septembre 2001. Bienvenue au club, cher Plantu, on imagine que vous aurez moins de soucis que certains, mais attendez-vous au pire. Vous allez comprendre maintenant où se situent réellement les limites de la liberté d’expression démocratique.