Le titre de cet article, à lui seul, démontre à quel point le système judiciaire français est cassé ; il est incapable de protéger le peuple de ses éléments les plus dangereux et les plus sadiques. C’est une des premières mesures que devrait traiter le peuple souverain à l’instauration du RIC.


Hubert Spitz, l’ancien curé de Wintzenheim (Haut-Rhin), a été condamné ce vendredi à cinq ans de prison dont trois avec sursis et une mise à l’épreuve durant 24 mois pour agressions sexuelles sur quatre jeunes paroissiennes, mineures au moment des faits, entre 2001 et 2016, et détournement de fonds.

L’ancien curé de Wintzenheim (Haut-Rhin), Hubert Spitz, 60 ans, n’ira pas en prison. Condamné à cinq ans de prison dont trois avec sursis et mise à l’épreuve durant 2 ans, il repart libre du tribunal de grande instance de Colmar. Il devra porter un bracelet électronique pendant 24 mois et sera suivi par un juge d’applications des peines, a précisé son avocat Thierry Moser. Il était jugé ce vendredi 1er février pour agressions sexuelles sur quatre jeunes paroissiennes mineures au moment des faits et pour détournement de fonds destinés à la paroisse.

L’audience s’est déroulée à huis clos à la demande de plusieurs victimes. Hubert Spitz est également interdit de séjour en Alsace et n’a plus le droit d’exercer des activités en contact avec des mineurs. Il devra également indemniser les victimes et ne pas entrer en contact avec elles.

Les faits se sont déroulés il y a plus de 10 ans, entre 2001 et 2016, date à laquelle le prêtre a été mis en examen. Le parquet avait requis quatre ans de prison ferme accompagné d’un suivi socio-judiciaire de deux ans, l’interdiction d’entrer en contact avec des mineurs, avec les victimes et une interdiction de séjour en Alsace.


L'audience s'est déroulée à huis clos. / © Thierry Sitter / France 3 Alsace L’audience s’est déroulée à huis clos. / © Thierry Sitter / France 3 Alsace

Depuis sa mise en examen, le prêtre avait interdiction de séjourner en Alsace et se trouvait dans un monastère au sud de la France. C’est le Traitement du renseignement et action contre les circuits financiers clandestins (Tracfin) qui a alerté sur la situation, ayant repéré que d’importantes sommes d’argent étaient versées sur le compte du prêtre. L’archevêque de Strasbourg, Jean-Pierre Grallet, a assuré qu’il n’avait pas connaissance des faits et s’était dit « choqué ».

 

Photo d’illustration : L’ancien curé de Wintzenheim (Haut-Rhin), Hubert Spitz, a été jugé ce vendredi 1er février au Tribunal de grande instance de Colmar. / © Anne-laure Marie / France 3 Alsace

Aurélia Abdelbost – France 3 Grand Est