Nous assistons véritablement à une immense campagne de propagande et de manipulation concernant le dernier antiviral du laboratoire Gilead, le remdesivir. Alors qu’une première étude chinoise publiée par erreur sur le site de l’OMS indiquait qu’il n’avait aucun intérêt dans la lutte contre le Coronavirus et qu’il entraînait beaucoup d’effets secondaires, le laboratoire a pondu une étude qui prouve l’inverse ! Bien sûr, au même moment, vous voyez à la télé les agents de Big Pharma venir nous expliquer que cette molécule présente un espoir thérapeutique…


Ce médicament a accéléré de 31% le temps de rétablissement des malades, selon un essai clinique américain. 

Mais une étude réalisée en Chine conclut qu’il n’a pas de bénéfice clinique significatif.

Le remdesivir est-il une piste sérieuse pour traiter le Covid-19 ? Deux études apportent des résultats contradictoires sur la question. Selon un grand essai clinique parrainé par les Instituts de santé américains (NIH), dont les résultats préliminaires ont été communiqués mercredi 29 avril, ce médicament expérimental a accéléré de 31% le temps de rétablissement des malades.

Comparés aux patients ayant reçu un placebo, ceux traités avec le remdesivir, molécule du laboratoire Gilead, ont guéri en 11 jours (temps médian) au lieu de 15 jours pour les autres, selon un communiqué des NIH.

Un échantillon plus petit en Chine

Mais le même jour, la revue médicale The Lancet (en anglais) a publié des résultats décevants d’une plus petite étude chinoise, menée également en comparaison avec un placebo, et qui a montré que les malades traités avec le remdesivir, un antiviral développé contre Ebola mais jamais approuvé pour aucune maladie, n’avaient pas fait mieux que ceux traités par placebo.


Photo d’illustration : un flacon de remdesivir présenté lors d’une conférence de presse à l’hôpital universitaire Eppendorf, à Hambourg, en Allemagne, le 8 avril 2020. (ULRICH PERREY / AFP)

avatarfranceinfo / AFP

France Télévisions

29 avril 2020