Les effets secondaires de la chloroquine (Nivaquine) sont connus de longue date et ont toujours été décrits dans la littérature médicale. Ils figurent aussi, bien entendu, dans la notice accompagnant le médicament, si bien que l’administration de la chloroquine (Nivaquine) est parfaitement encadrée. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle les médecins se sont tournés vers l’hydroxychloroquine (Plaquénil) dont les effets secondaires sont moindres, quoique la prescription de cette substance reste elle aussi soumise aux précautions habituelles. C’est pourquoi elle doit être prescrite par le médecin après les précautions d’usage, notamment un examen ECG et une surveillance de la kaliémie (dosage du potassium sanguin) de même qu’un dosage de l’hydroxychloroquine dans le sang en cours de traitement, afin de prévenir un surdosage. Rappelons que l’hydroxychloroquine est une molécule familière dont le rapport bénéfice/risque reste avantageux et ne suscite aucune crainte dans la mesure où son indication répond aux critères prédéfinis et connus du corps médical soignant.

Du coup on aimerait bien savoir pourquoi les médias parlent de cet essai suédois qui n’a aucun rapport avec l’hydroxychloroquine, est-ce pour discréditer encore une fois le protocole ?! C’est de la pure propagande !


Des effets secondaires sévères, comme des crampes et la perte de la vision périphérique ont été rapportés.

Plusieurs hôpitaux suédois ont arrêté les traitements à la chloroquine des patients atteints du Covid-19 après que plusieurs cas d’effets secondaires sévères aient été reportés.

Un hôpital de la région de Västra Götaland a constaté des crampes et la perte de la vision périphérique chez des patients. L’un d’entre eux raconte avoir connu un mal de tête qui ressemblait à « une usine à haute tension », comme le rapporte le site Newsweek.

À l’hôpital universitaire de Sahlgrenska, le traitement à la chloroquine a également été stoppé. « Il y a eu des rapports d’effets suspects plus graves que nous ne le pensions au départ »…


Photo d’illustration : une plaquette de Nivaquine, un médicament contenant de la chloroquine- Crédit : GÉRARD JULIEN / AFP

Chloé Chloé Richard-Le Bris

Journaliste

RTL

8 avril 2020