Décidément l’ex-ministre de la santé Roselyne Bachelot, également salariée de Big Pharma, n’a absolument aucune limite dans l’abject et l’immonde. Celle qui a participé à détruire l’hôpital public avec des lois qui ont transformé le système de soins en supermarché, ose venir nous donner des leçons de gestion ! Celle qui a causé un trou de 2 milliards d’euros en 2009 en commandant 95 millions de doses d’un vaccin qui ne servait strictement à rien ose venir aujourd’hui donner des leçons aux professionnels de santé ! Ça dépasse l’entendement, voire l’imagination et c’est d’autant plus risible lorsque l’on sait aujourd’hui qu’elle est passée de Docteur en pharmacie à ministre pour finir chroniqueuse télé…


L’ancienne ministre de la santé a pointé une attitude d’« infantilisation » des médecins qui disaient ne pas avoir assez de masques au cœur de l’épidémie.

Des propos qui ont mis Jean-Paul Hamon « très en colère ».

Devant la commission d’enquête de l’Assemblée nationale sur la crise sanitaire du coronavirus, l’ancienne ministre de la Santé Roselyne Bachelot a dénoncé ce qu’elle considère comme une attitude générale d’« infantilisation » actuelle, où l’on attendrait tout « du seigneur du château ». « Enfin, des médecins qui n’avaient pas de masques dans leur cabinet, qui n’ont pas de blouse? (…) On attend que le préfet ou le directeur de l’ARS [l’Agence régionale de santé] vienne avec une petite charrette pour porter des masques? », s’est-elle moquée.

Ces propos indignent Jean-Paul Hamon, médecin généraliste, président de la Fédération des médecins de France.

« Qu’est-ce que c’est que cette ancienne ministre qui tient des propos indignes devant la représentation nationale ?  Jean-Paul Hamon à franceinfo

« Ça ne m’étonne pas qu’elle pense qu’on n’ait pas de masque, pas de blouse dans nos cabinets. Déjà en 2009 lors de la grippe H1N1, ses services pensaient que les médecins généralistes n’avaient pas de frigo dans leurs cabinets. Roselyne Bachelot ferait mieux de se taire plutôt que de faire le clown devant la représentation nationale », s’est emporté Jean-Paul Hamon.

Il se dit « très en colère, car franchement, on a du gel en stock pour un mois, on a quelques boîtes de masques mais on n’a pas de quoi tenir pendant un mois de pandémie, se défend le président de la Fédération des Médecins de France. Quand on s’est aperçus qu’on allait en avoir besoin. On a appelé nos fournisseurs habituels, mais il n’y avait rien, il n’y avait plus moyen de se fournir. » a-t-il insisté.

« Qu’on arrête d’infantiliser les médecins, de dire que ce sont des gens imprévoyants. » Jean- Paul Hamon à franceinfo

« On a assumé sans protection, on a affronté cette pandémie, on a eu 51 morts dont 46 parmi les médecins libéraux. Plus de 5 000 médecins libéraux ont été contaminés. On aimerait bien que Madame Bachelot ait une attitude un peu plus digne », a estimé Jean-Paul Hamon.

« Il faut arrêter de court-circuiter les médecins libéraux ». a-t-il poursuivi. Jean-Paul Hamon est aussi revenu sur les déclarations d’Agnès Buzyn devant cette même commission d’enquête. Elle « a dit qu’elle avait alerté au mois de janvier les administrations, les Samu etc. Mais les médecins libéraux n’ont pas été prévenus du tout. On l’a été quand on a été convoqués au ministère de la Santé le 18 février. Heureusement qu’on écoute les infos internationales pour savoir ce qui se passe dans le monde parce que ce n’est pas le ministère de la Santé qui nous a alertés, alors qu’ils avaient des infos sensibles dès le mois de janvier », a fustigé Jean-Paul Hamon.


Photo d’illustration : Jean-Paul Hamon, président de la Fédération des médecins de France. (FRANCEINFO / RADIOFRANCE)

avatarfranceinfo

Radio France

1er juillet 2020