Enfin, certains journalistes se réveillent et commencent à comprendre à quel point la supercherie est phénoménale. Ils devraient s’intéresser aux chiffres du réseau Sentinelles des 8 dernières semaines pour comprendre à quel point c’est encore plus grave. Ce travail a été réalisé par le docteur Gérard Delépine la semaine dernière dans un article sur France soir que nous avons déjà commenté ici. C’est dommage que le journaliste de Nice-Matin ne soit pas allé aussi loin dans son analyse car il y a de nombreux arguments supplémentaires qui confortent sa démonstration.


« Ainsi, alors que celles traduisant la progression des hospitalisations pour formes graves dans les Alpes-Maritimes, produites par les acteurs de terrain, font état d’une relative stabilité, voire d’une décroissance, à compter du 10 novembre et pendant plusieurs semaines, la courbe publiée par Santé publique France décrit une croissance constante de ces hospitalisations. »


On nous a des passions qui reviennent à l’hôpital pour une réadaptation ne sont toujours pas sorties les bases de données et sont considérés comme des malades covid19 ! Pire encore, quand un malade covid positif mais totalement asymptomatique est hospitalisé pour une problématique cardiaque, voire même une fracture, il est considéré comme hospitalisé pour le covid19 ! Mais comme il y a toujours pire, même les résidents des Ehpads qui sont testés positifs mais ne nécessitant pas d’hospitalisation sont comptabilisés dans le chiffre de Santé publique France ! Jérôme Salomon est donc clairement responsable d’une des plus grosses supercheries épidémiologiques de santé publique de toute l’histoire de France !

Si c’est le cas dans la région des Alpes maritimes, des professionnels de santé estiment que c’est certainement la même chose dans toute la France. Vu que ces chiffres gonflés vont permettre au gouvernement d’imposer des restrictions dramatiques aux conséquences sociales et économiques graves, On commence à comprendre pourquoi…


Mic mac autour des chiffres de la Covid-19 dans les Alpes-Maritimes… Alors que tous les regards sont braqués sur le nombre de lits disponibles pour accueillir des malades souffrant de formes graves de Covid, on découvre d’importantes divergences dans les chiffres.

Il ne s’agit pas de minimiser l’ampleur de l’épidémie ni sa gravité, alors que le virus continue de circuler activement sur le territoire. Mais de faire état de la réalité de la situation, aussi objectivement possible. Or la situation dans les Alpes-Maritimes, selon qu’elle s’appuie sur les données de Santé publique France, ou sur celles fournies au quotidien par les acteurs de terrain, prend des visages différents.

Nous avons fait cette découverte après avoir reçu des courriers de médecins hospitaliers s’étonnant des discordances entre les informations diffusées par Nice-Matin au sujet des hospitalisations pour Covid (issues de Santé publique France) et les observations de terrain.

Or, le nombre d’hospitalisations pour Covid-19 fait partie des indicateurs suivis avec la plus grande attention. Il rend compte du niveau d’occupation des lits dédiés à l’accueil des malades souffrant de formes graves de la Covid-19.

Chaque jour, des personnels du CHU de Nice, établissement support des Alpes-Maritimes, interrogent ainsi tous les établissements accueillant des malades de la Covid-19, et recensent le nombre de lits occupés pour ce motif.

Des informations précieuses, relayées à tous les professionnels hospitaliers ainsi qu’à l’ARS, et qui participent en premier lieu aux choix politiques : couvre-feu, confinement…

Rappelons en effet que toutes les mesures prises ont pour objectif…