Les choses se clarifient et même les médias mainstream sont obligés de l’admettre : le virus du SARS-CoV-2 a muté, il est maintenant beaucoup moins virulent comme le démontrent les chiffres officiels. Ce sont des études sérieuses qui expliquent comment le virus est devenu plus contagieux mais beaucoup moins dangereux, ce qui devrait réconforter et rassurer tout le monde et pourtant ce n’est pas ce que fait le gouvernement !


Le coronavirus SARS-CoV-2, responsable de la pandémie, est-il en train de devenir tout à la fois plus contagieux mais moins dangereux ?

Oui, affirment trois publications scientifiques qui se sont intéressées à une mutation génétique affectant la protéine Spike par laquelle le virus s’arrime aux cellules humaines. Explications.

Enfin une bonne nouvelle sur le front de la pandémie de Covid-19 ? SARS-CoV-2, le désormais tristement célèbre coronavirus responsable de la maladie aurait subi une mutation génétique qui, tout en le rendant plus contagieux, lui ferait en même temps perdre de sa virulence. Au moins trois études scientifiques, dont l’une dans la revue « Cell » en date du 3 juillet , sont venues étayer cette thèse, relayée notamment par le président de la Société internationale des maladies infectieuses, Paul Tambyah.

Cette étude de « Cell » et les deux autres (postées les 12 juin et 6 juillet sur le site d’archives ouvertes bioRxiv) portent sur la mutation « D614G », qui aurait proliféré ces derniers mois au point de devenir dominante à l’échelle de la planète. Alors qu’avant le 1er mars dernier, ce variant D614G n’était observé que dans 10 % des séquences génétiques du virus passées au crible par les chercheurs, on la retrouvait, dès le mois suivant, dans 78 % des séquences. Or, cette mutation est cruciale, car elle affecte le gène dit Spike, codant pour la protéine du même nom grâce à laquelle le virus se fixe aux récepteurs ACE-2 des cellules humaines.


Yann Verdo

Les Échos

20 août 2020