Comme vous pouvez le constater dans l’article ci-dessous, ce député hospitalisé pour covid-19 a été pourtant doublement vacciné. Mais ce qui est le plus choquant c’est le fait qu’il déclare que toute sa famille a été contaminée et testée positive malgré une double vaccination !

Mais ne vous attendez surtout pas à un mea culpa, ils n’avoueront jamais que la vaccination est un échec, bien au contraire, ils vont vous expliquer que c’est la preuve de la nécessité d’une 3e dose ! Et lorsque cette dernière démontrera son inefficacité, ils vous affirmeront qu’il est temps de passer à la 4e dose et ainsi de suite…

Donc, malgré une vaccination massive, il y a de nombreux malades dont certains sont hospitalisés et même si la mortalité reste très basse, les restrictions vont continuer de plus belle car il n’y a aucune logique dans la gestion de cette crise.



Le député travailliste Gilad Kariv, hospitalisé dans un état grave à cause du coronavirus, a déclaré avoir du mal à respirer sans oxygène.

« C’est effrayant, c’est stressant », a déclaré Gilad Kariv à la Treizième chaîne dans une interview diffusée mercredi soir depuis sa chambre de l’hôpital Sheba de Tel Hashomer. « Il m’est difficile de respirer sans oxygène. »

Kariv, un rabbin réformé, est âgé de 47 ans et entièrement vacciné. Il a déclaré que sa femme, ses enfants et de nombreux autres parents – tous vaccinés – avaient également été testés positifs, mais que ses symptômes avaient été les plus graves.

Le député travailliste a déclaré à la chaîne d’information qu’il avait quitté une réunion au ministère de la Diaspora au début du mois quand il a commencé à se sentir mal. Au même moment, a-t-il dit, sa femme l’a appelé pour lui dire que leur fils avait une forte fièvre. Ils ont tous été testés positifs à la COVID.

« C’est moi qui l’ai le plus mal vécu », a-t-il déclaré. « Ma femme a été testée positive, mon fils cadet, les parents de ma femme, ma belle-sœur et ses enfants – ça s’est propagé très rapidement, et nous sommes tous vaccinés. À partir de ce moment-là, a-t-il dit, tout s’est passé très vite. »

Interrogé sur ce qui l’a conduit à appeler une ambulance et à se rendre à l’hôpital lundi, Kariv a répondu : « J’avais l’impression de ne pas avoir d’air. » Le simple fait d’entrer dans la salle d’urgence, a-t-il dit, était difficile. « Vous faites trois ou quatre pas, puis vous vous arrêtez pour essayer tant bien que mal de respirer. »