Chroniques-Dortiguier


alep-munich-Dortiguier-LLP-2


D’Alep à Munich, la même main !


Un professeur d’Al Qods interrogé, ce soir du 23 juillet, par Press TV french iranienne, fait observer l’hypocrisie première du sionisme en cette affaire qui, pour couvrir son crime d’avoir visé, quelques jours auparavant, un enfant du même âge qu’Abdallah Issa, pour le tuer d’une balle au cœur, a favorisé par ses agents et mercenaires saoudiens ou autres, cette mise en scène d’un sadisme effrayant, d’Alep. Pour bien apprécier cette hypothèse, il faut connaître la mentalité biblique que nos anciens Chrétiens plus près de la tradition spirituelle et de la nature des choses, bref de la vérité, connaissaient mieux, et en cela s’accordaient avec les observations morales des Musulmans, alors que maintenant règne la confusion, la faiblesse mentale rendant, par exemple un garçon de 18 ans, de lignée iranienne et de citoyenneté allemande, capable en plein Munich d’assassiner au hasard, comme soumis à un mind control, puis une fois réveillé de cette suggestion morbide, de se tuer. Les terroristes sont eux-mêmes soumis à une terreur supérieure qu’ils ne maîtrisent pas. Il faut donc revenir au principe de ces actions : un point commun les définit depuis près de six ans ! Reprenons l’exemple de l’enfant martyr Issa, martyr en effet de la juste cause palestinienne puisqu’il a été tué sadiquement par des mercenaires de ce qui n’est pas un État mais une organisation mafieuse illimitée qui ne reconnaît pas même de frontières à ce qu’elle nomme « Israël » ! Cette dernière circonstance fut la cause de sa non reconnaissance longtemps par l’Église catholique aujourd’hui métamorphosée en loge maçonnique romaine, libertine précise-t-on, ordinaire !

L’on présente un diable à tous nos consommateurs d’images et de balivernes médiatiques, et si même nos diplomates ou politiques n’y croient guère, il leur faut faire mine d’acquiescer pour tenir leur rang et conserver leur situation : il a un nom, Bachar el Assad ! Tout acte, le plus horrible, est pardonné ou diminué en degré de malice ou d’horreur, si vous tenez votre victime pour un suppôt, si minime fût-il comme le jeune enfant palestinien, de ce Satan contemporain, tout comme cela s’est produit et encore se renouvelle médiatiquement du moins, pour tel homme d’État défunt qui recevait chez lui, et logeait, à l’Institut Islamique de sa capitale, le représentant du Haut Comité Arabe du mandat anglo-sioniste de Palestine !


La main criminelle sera visible à tous, sauf aux aveugles professionnels « qui découpent l’ombre » écrit, en visionnaire, Platon !


L’on a pu ainsi justifier les effroyables incendies, outre de Dresde, mi février 1945, au moment même des accords USA-Wahabbisme sur le croiseur Quincy ! —  et auparavant de Hambourg etc. — de Tokyo, Hiroshima et Nagasaki en tenant les innocentes victimes, les Abdallah Issa de l’archipel nippon pour des alliés du Diable, de celui que les fanatiques nomment, dans le jargon talmudiste : Amalek !

C’est cette diabolisation absolue qui a fait fermer les yeux et encore aujourd’hui sur le dynamitage des maisons palestiniennes dès avant-guerre, l’expulsion de 1947-48, l’assassinat du diplomate et envoyé extraordinaire des Nations Unies, le 17 septembre 1948, le comte Bernadotte suédois (53 ans), favorable à la cause palestinienne et qui institua le statut légal de réfugiés palestiniens — ce qui donne l’obligation d’accepter leur retour — , les horreurs de Gaza  et pour reprendre le nom d’un village oublié décimé à l’arme blanche et à la mitraillette par des civils armés, garçons et filles, de Deir Yassine, ou des camps de Sabrah et Chatilah, vingt ans plus tard, au Liban !

Il suffit que vous désigniez un être le plus innocent comme capable d’apporter son appui au Président légitime syrien, qui incarne son pays — c’est un fait — pour qu’il soit jeté aux Enfers ! Ces hommes bien gras et qui n’ont rien des marques d’un combattant, qui rient de ce crime qu’ils commettent sont des figurants d’une mise en scène internationale ayant un double but : envers les Musulmans et les Chrétiens arabes, les terroriser pour qu’ils se désolidarisent de la Syrie-Palestine (comme se nommait la délégation présidée par le cheikh Arzlan à la SDN de Genève, avant la seconde guerre mondiale!), envers les « Occidentaux » et le reste du monde — qui est la vraie Palestine pour les visées sionistes — un détachement du sort des Orientaux assimilés à une zone de barbarie !

Nous avons affaire à une stratégie qui s’insère dans un temps contrôlé par elle, et doit aboutir à la fin de toute indépendance et liberté syro-libano-palestinienne ! Ce n’est pas en vain que l’opinion ancienne de sages orientaux a vu Damas comme le siège de la bataille finale de l’Antéchrist, et que les lecteurs indépendants, ceux qui réfléchissent par eux-mêmes, sachent que c’est l’alliance d’Issa (béni soit-il) et du Mahdi (que Dieu hâte sa venue !) qui pourront le défaire, Dieu étant le mainteneur de la justice et non point l’objet du caprice des dégénérés, comme il s’en verra toujours davantage !

L’Orient est subjugué depuis la fin de la Première Guerre Mondiale, en conséquence de la défaite de l’Allemagne et de l’Autriche-Hongrie soudant l’unité de l’Empire islamo-chrétien ottoman, l’Occident tout également, y compris Russie et États-Unis, il suffit de se réveiller et l’exorcisme se produira ! La main criminelle sera visible à tous, sauf aux aveugles professionnels « qui découpent l’ombre » écrit, en visionnaire, Platon !