rothschild


ITW VIDÉO – David de Rothschild est président exécutif de la banque franco-britannqiue Rothschild & Co. Invité du «Grand Témoin-Le Figaro», il déplore le Brexit mais tempère les conséquences économiques. L’idée d’un Frexit le «consterne». Il attend du politique qu’il réenchante l’Europe.

LE FIGARO. – Le Brexit est-il un poison pour l’Europe ?

David de ROTHSCHILD. – C’est à mon avis une erreur historique des Britanniques. Jamais Churchill n’aurait voulu cela! Le Royaume-Uni tourne le dos à l’histoire. L’Europe perd un pays qui est une grande nation politique, militaire et marchande, alors même que l’atomisation de l’Europe n’est certainement pas la réponse aux défis de notre époque et à la mondialisation qui nous met en compétition avec les puissances américaine et chinoise. Mais ne dramatisons pas à l’excès. Cet événement est certes un choc «psycho-politique», mais ce n’est pas une tragédie économique. La situation européenne est en amélioration sur le plan de la croissance, de l’emploi, de l’investissement. La situation nouvelle créée par le vote britannique ne devrait avoir, au final, qu’un impact maîtrisable.

Comment expliquez-vous ce rejet de l’Europe par les Britanniques ?

Le référendum est un bel outil, mais à la condition qu’il pose une question simple, binaire. Ce n’était pas le cas. Derrière l’alternative «in or out», ce sont des problématiques d’une très grande complexité […]