Nous allons dans cet article vérifier point par point les affirmations mensongères du site de vérification de l’information de l’Agence France presse, AFP Factuel au sujet des chiffres épidémiologiques du réseau Sentinelles. Leur article a poussé Facebook à censurer notre post traitant du rapport hebdomadaire n°5. Nous avons déjà réalisé au sujet de cet article une vidéo également censuré par YouTube. Dans cette dernière, on est revenu sur l’histoire de l’AFP, sa création, sa gestion et son financement par la Fondation Bill et Mélinda Gates.

Systématiquement, AFP Factuel a toujours défendu les positions gouvernementales ainsi que les fadaises de Bill Gates sans aucun recul ni esprit critique ; pourtant, l’histoire récente, ces deux dernières décennies, nous a appris à nous méfier des mensonges de Big Pharma ou tout simplement des gouvernements : Tchernobyl , sang contaminé, fausse épidémie de grippe A H1N1 de 2009, armes de destruction massive en Irak, les couveuses koweïtiennes, les grottes de Tora bora, les médicaments meurtriers Isoméride, Mediator, OxyContin, Vioxx, Dépakine… Bref, la liste est très longue mais elle n’a pas empêché le site d’information de récidiver dans la propagande.





La technique est toujours la même, quelle que soit l’information partagée, soit elle est fausse, soit elle est mal comprise. Cette fois-ci, AFP Factuel affirme que nos informations sont justes mais mal interprétées ! D’ailleurs, ils sont les seuls à avoir le droit d’interpréter correctement les chiffres épidémiologiques depuis le début de cette crise sanitaire !

Du coup, ils ont tenté maladroitement de minimiser l’importance historique des rapports épidémiologiques hebdomadaires du réseau Sentinelles. Pourtant, c’est bien ce réseau, fort de près de 1430 médecins généralistes et pédiatres volontaires et bénévoles, qui étudient les différentes épidémies en France depuis près de 40 ans ! Il n’y avait absolument aucune autre source d’information disponible. Concernant la grippe, c’est bien le réseau Sentinelles qui alerte les autorités en cas de flambée épidémique. Ainsi, ils ont acquis une expérience éminemment précieuse, hélas totalement négligée par les autorités sanitaires et remplacée par Santé publique France pour des raisons qui dépassent l’entendement.

Pour savoir ce qu’est exactement le réseau sentinelles, il suffit de se référer à leur site officiel, ce qui a clairement été négligé par les journalistes d’AFP Faketuel.



Pourtant les objectifs de ce réseau sont très clairs : la constitution d’une très grande base de données à des fins de « veille sanitaire » et de développement d’outils de détection et de prévision épidémiologique. Ce réseau est également chapeauté par l’équipe « Surveillance et Modélisation des maladies transmissibles » de l’Institut Pierre Louis d’Epidémiologie et de Santé Publique ! Avec une moyenne de 22 consultations par jour sur cinq jours, le réseau Sentinelles examine plus de 1100 000 personnes chaque semaine. Éparpillés sur tout le territoire, le travail statistique de ce réseau ne peut être que conforme à la situation nationale réelle offrant des « données épidémiologiques en temps réel ».

En dénigrant leur travail, AFP Factuel cite le travail de SOS médecins alors que ce n’est pas du tout pertinent. Il suffit e, étant allé sur leur site Internet pour constater que ce réseau de médecine d’urgence est composé de 1300 médecins qui réalisent 2600000 consultations par an à domicile et 1100000 par an dans leurs postes fixes. Ce qui correspond à 3 700 000 consultations par an, un nombre très loin de correspondre au total des consultations en médecine générale effectuées chaque année en France, qui avoisine les 190 millions ! Du coup, on ne voit absolument pas pourquoi leurs chiffres seraient plus pertinents que ceux du réseau sentinelles ! D’autant que pour une symptomatologie grippale, les patients se dirigent dans la grande majorité des cas vers leur médecin traitant comme tout le monde peut le constater dans son entourage.





Pire encore, les chiffres de SOS médecins, comme vous pouvez le voir dans la capture écran ci-dessus, montrent qu’il ne se passe pas grand-chose en Île-de-France depuis plusieurs mois si on compare la courbe des six derniers mois avec celle de mars-avril 2020 ! Pourtant, cette courbe n’empêche pas les médias et les politiques ainsi que les chiffres quotidiens publiés par Santé publique France d’annoncer entre 25 000 et 30 000 nouveaux cas ! Des chiffres qui vont avoir pour seul effet de terroriser la population et les plus fragiles psychologiquement.


« Le taux d’incidence du coronavirus a atteint 207 cas pour 100.000 habitants lors de la cinquième semaine de 2021 »


Ensuite, l’article d’AFP Factuel s’embourbera dans un argumentaire sans queue ni tête portant sur le suivi des affections respiratoires aiguës (IRA) ainsi que le taux d’incidence !

Ainsi, lorsque AFP Factuel affirme que « Le suivi des IRA a été adopté pour élargir la surveillance des patients atteints par le Covid-19 à partir du 17 mars 2020 et ne cible donc pas la même population, est-il indiqué sur les bulletins hebdomadaires du réseau Sentinelles. », il ment tout simplement ! La détection de cas covid19 est très simple puisqu’elle correspond à une symptomatologie spécifique confirmée par un test virologique. Point. L’affirmation « ne cible donc pas la même population«  est absurde et n’a absolument aucun sens. Dans son cabinet, le médecin généraliste ne s’arrêtera pas à simplement la fièvre et les signes respiratoires, il s’intéressera à toute la symptomatologie pathognomonique.

De surcroît, l’article d’AFP Factuel nous explique qu’il est impossible de réaliser des taux d’incidence pour le covid19, du coup, on est en droit de se demande pourquoi l’analyse hebdomadaire du réseau Sentinelles le fait systématiquement ! Mieux encore, pourquoi le gouvernement décide de la couleur plus ou moins grave attribuée à une région selon justement ce taux d’incidence qui a d’ailleurs changé avec le temps !





C’est la même chose avec le seuil épidémique. Comme vous pouvez le voir sur l’image ci-dessus capturée sur un rapport hebdomadaire du réseau sentinelles, le seuil épidémique pour la grippe est dessinée au trait rouge, Évalué autour de 150 pour 100 000 habitants. Dans le cas où il est dépassé durant deux semaines consécutives, l’alerte est donnée aux hôpitaux afin de se préparer à attendre une grosse vague de malades. Bien sûr, dans le cas de cette maladie nouvelle il faut de nombreuses épidémies pour pouvoir estimer un seuil correct. Sauf qu’il n’est pas du tout ici question du seuil épidémique du covid19 même si on peut l’estimer étant donné que son Ro est assez proche de celui de la grippe et que les modes de transmission sont identiques puisqu’il s’agit d’une infection respiratoire. Non, ceci n’est pas du tout important, ce qui est grave dans cette affaire c’est le fait que le réseau Sentinelles annonce un taux d’incidence depuis 12 semaines entre 10 et 20 cas pour 100 000 habitants alors que le taux d’incidence de Santé publique France est très régulièrement 10 à 20 fois supérieur ! Ce n’est pas une simple erreur de calcul ponctuelle ,mais bien  un taux d’incidence consolidé sur trois mois.





Mais là où on atteint le summum de la mauvaise foi, ce sera lorsque l’article fera dire au Pr Thomas Hanslik qui dirige actuellement le réseau Sentinelles que « Le réseau Sentinelles n’a pas du tout pour vocation à fixer une seuil épidémique pour définir une épidémie de Covid » ! C’est un pur mensonge puisque nous allons lui rappeler ici-même les objectifs principaux de ce réseau tel qu’ils sont publiés sur son site officiel :



  • le développement d’outils de détection et de prévision épidémique.



Ensuite, la fin de l’article va concerner un autre poste Facebook qui parle des tests PCR dont les résultats sont sujets à caution étant donné le nombre important de faux positifs. Il y a un très grand nombre de scientifiques aujourd’hui qui dénoncent la précision des tests PCR au-dessus de 30 cycles de réplication. sans oublier bien entendu plus de 60 % de faux positifs avec les tests antigéniques qui sont actuellement très nombreux et largement utilisés en France. Nous pouvons vous renvoyer à un article du Canard enchaîné pour plus de détails (cf. Ces tests qui fabriquent de faux malades). Vont-ils également débunker le Canard enchaîné en le traitant de diffuser de fausses informations complotistes ?

Cette question des tests trop sensibles ou carrément défectueux est essentielle à la compréhension de la problématique des faux chiffres épidémiologiques. Elle explique d’ailleurs la très grande différence entre les chiffres du réseau Sentinelles et ceux de Santé publique France. En effet, alors que le premier va comptabiliser uniquement les malades confirmés, Le second va accumuler un nombre surgonflé de tests positifs qui ne correspondent à aucune réalité clinique.


Conclusion


En dehors de toute polémique médicale et des chiffres épidémiologiques, la question capitale qui se pose aujourd’hui est celle de la censure réalisée par un organisme de presse. De quel droit AFP Factuel – qui a brillé par son incompétence et le nombre incalculable de mensonges diffusés lors de la fausse pandémie de grippe A H1N1 – peut-elle aujourd’hui être crédible et imposer sa vérité qui ne peut être que mensonges et propagande ! Faut-il être fou ou totalement terrorisé pour croire cette agence de propagande qui expliquait en 2009 qu’il allait y avoir 90 000 morts aux USA à cause de la grippe A alors qu’il n’y a pas eu 3500 décès au total ! Idem pour la France qui a été terrorisée comme vous pourrez le constater sur la douzaine de dépêches AFP ci-dessous pour 323 morts !

Rappelons que l’AFP a aussitôt publié, sans la moindre vérification, l’étude foireuse de Surgisphère qui a très rapidement donné naissance au scandale du Lancetgate. Pourtant la fraude était tellement grossière avec les soi-disant 96000 observations médicales colligées en à peine 3 mois, que le moins doué des profanes pouvait sentir la manipulation !

Cette dérive bolchevique imposée par l’AFP, Facebook, YouTube n’a absolument aucune base légale, c’est de la pure censure. Elle empêche également tout débat surtout lorsque l’on sait que ceux qui nous gouvernent sont extrêmement médiocres voire corrompus par l’argent de Big Pharma qui coule à flots.