La Suisse comptabilise des milliers de cas d’effets indésirables graves dont des décès ! Curieusement, personne n’en parle en France. Pire encore, les autorités suisses estiment que la balance bénéfices/risques reste au profit de la vaccination ! Peut-être, pourquoi pas, mais cette décision doit être prise par le patient car il est indispensable qu’il puisse donner un consentement éclairé avant la vaccination vu que c’est lui qui prend la totalité des risques.

On  aimerait également savoir à quel moment la vaccination est considérée comme dangereuse, à partir de combien de morts, d’AVC, d’embolies pulmonaires, de thromboses… ? Il y a quelques années seulement, un vaccin qui aurait causé autant d’effets indésirables aurait aurait été retiré du marché dans la journée ! Il semble clair que le principe de précaution est décédé depuis le début de cette crise sanitaire…



Période du présent rapport : 01.01.2021–21.07.2021

4 319 déclarations évaluées – le rapport bénéfice-risque des vaccins utilisés reste positif nn date du 21 juillet 2021, 4 319 déclarations d’effets indésirables présumés de vaccins (EIV) contre le Covid-19 avaient été évaluées en Suisse. La plupart des déclarations mentionnent plus d’une réaction. Au total, 2 782 (64,4 %) soit la majorité, rapportaient des effets indésirables non graves, tandis que 1 537 (35,6 %) déclarations évoquaient des effets graves.

Déclarations

4 319

Réactions

11 552

EIV non graves

2 782 (64,4 %)

EIV graves

1 537 (35,6 %)

Doses de vaccin

8 593 483

Personnes vaccinées

4 562 978

La plupart des déclarations émanaient de professionnels de la santé, et 1 109 (25,7 %) provenaient directement de personnes concernées ou de patients.

Qualification du déclarant primaire

Déclarant primaire Nombre
Médecin 2,538
Pharmacien 435
Autres prof. de santé 236
Avocat 1
Patients/usagers 1,109

Nombre de déclarations par mois

Mois Nombre
Janvier 2021 41
Février 2021 372
Mars 2021 687
Avril 2021 755
Mai 2021 764
Juin 2021 840
Juillet 2021 860

Les personnes concernées étaient âgées en moyenne de 60,2 ans (au sein d’une fourchette allant de 16 à 101 ans), et parmi elles, 25,7 % avaient 75 ans ou plus. Dans les cas considérés comme graves l’âge moyen était de 63,7 ans, et dans les déclarations faisant état de décès concomitants à la vaccination la moyenne s’établissait à 80,5 ans. Dans 128 de ces cas graves, l’on a dû déplorer le décès de la personne vaccinée après un laps de temps plus ou moins long. Malgré la concordance temporelle, rien n’indique concrètement que le vaccin est à l’origine du décès.

Âge des patients

Âge Nombre
>= 75 ans 1,111
65 – 74 ans 649
45 – 64 ans 1,190
18 – 44 ans 902
12 – 17 ans 12
2 – 11 ans 0
28 jours à 23 mois 0
0 – 27 jours 0
inconnu 455
La majorité des déclarations concernaient des femmes, certains cas ne mentionnaient pas le sexe de la personne.

Sexe des patients

Sexe Nombres
Masculin 1,310
Féminin 2,874
Divers/inconnu 135

Évaluation des différents vaccins

Au total, 1 632 (37,8 %) déclarations concernaient le vaccin Comirnaty® de Pfizer/BioNTech et 2 611 (60,4 %), le vaccin contre le Covid-19 de Moderna. Dans 76 (1,8 %) déclarations, le vaccin qui avait été administré n’était pas précisé.

Nombre de déclarations (cumulé) par vaccin (chiffres absolus et pourcentage)

 
Vaccin Total déclarations non graves graves Nombre total deréactions
Comirnaty® (Pfizer/BioNTech) 1632 (37.8%) 928 (33,35%) 704 (45.8%) 3838 (33.2%)
COVID-19 Vaccine Moderna® 2611 (60.4%) 1823 (65,5 %) 788 (51.2%) 7563 (65.5%)
inconnu 76 (1.8%) 32 (1,15%) 45 (3 %) 151 (1.3%)
Total 4319 (100%) 2782 (100%) 1537 (100 %) 11552 (100%)

Nombre de doses de vaccin contre le COVID-19 administrées en Suisse et dans la Principauté de Liechtenstein au 19.07.2021

 
Vaccin Nombre total de doses Nombre de personnes primovaccinées Nombre de personnes complètement vaccinées
Comirnaty® (Pfizer/BioNTech) 2 929 334 1 576 285 1 353 049
COVID-19 Vaccine Moderna® 5 664 149 3 144 602 2 519 547

Systèmes d’organes les plus souvent touchés/effets secondaires les plus fréquents


Les déclarations d’effets indésirables que l’institut a reçues et analysées jusqu’à présent ne modifient pas le profil bénéfice-risque positif des vaccins contre le Covid-19 utilisés en Suisse. Les EI connus de ces vaccins sont mentionnés dans les textes de l’information concernant le médicament, qui sont publiés sur www.swissmedicinfo.ch et mis à jour en permanence.

https://www.swissmedicinfo.ch/
Les déclarations reçues à propos d’effets indésirables (EI) présumés de vaccins contre le Covid-19 sont évaluées en collaboration avec les centres régionaux de pharmacovigilance, dont le centre de référence tessinois de l’entité hospitalière cantonale (EOC).

Le prochain rapport sur les effets indésirables présumés des vaccins contre le Covid-19 en Suisse paraîtra paraîtra le 13 août 2021.

Informations sur les aspects spécifiques liés à la sécurité du vaccin

Déclarations de suspicion de myocardite / péricardite

Des cas de myocardite et de péricardite survenus dans le contexte de l’emploi des deux vaccins à ARNm contre le COVID-19 utilisés à ce jour en Suisse sont discutés à l’échelle internationale. Swissmedic a été pour la première fois informé du signalement de tels cas en Suisse le 4 juin 2021. Swissmedic, mais aussi différents experts dans le monde estiment à ce jour qu’il pourrait s’agir d’effets indésirables rares, d’intensité légère dans la plupart des cas. Pour chacun des deux vaccins, l’information sur le produit sera complétée en conséquence.

Déclaration de suspicion de réactivation d’un zona

Dans ses états des lieux réguliers, Swissmedic a indiqué avoir reçu des déclarations de cas de réactivation d’un zona pour lesquels un lien temporel avec la vaccination a été constaté. Ces cas isolés ont été soigneusement évalués. De plus, les valeurs observées ont été comparées aux valeurs attendues (« observed versus expected »). Ce type d’analyse permet de déterminer plus précisément si le nombre de cas déclarés d’une certaine réaction ou maladie est supérieur au nombre de cas auquel on se serait aussi attendu sans la vaccination au sein d’un groupe de la population.

Les analyses réalisées à ce jour ne fournissent aucun élément qui indiquerait que la fréquence des cas de réactivation d’un zona a effectivement augmenté après la vaccination contre le COVID-19 en Suisse. Face aux cas de zona recensés, on estime donc aujourd’hui qu’il s’agit plutôt d’une coïncidence fortuite que d’un effet indésirable des vaccins. Swissmedic continue à suivre avec attention ces réactions et les évolutions en la matière dans le monde et communiquera de nouvelles informations en présence de nouveaux aspects.

Déclarations de suspicion de répercussions possibles sur le cycle menstruel

Swissmedic a reçu des déclarations faisant état de diverses formes de troubles menstruels ou du cycle après les vaccinations contre le COVID-19. Ces observations ont été rapportées et discutées dans les médias et sur des forums en ligne en Suisse, mais aussi dans le monde entier. En Suisse, les déclarations proviennent presque exclusivement des femmes concernées en personne. Ces déclarations de suspicion continuent à être analysées avec soin.

L’apparition de troubles menstruels dans le contexte, notamment, d’infections ou même de vaccinations peut être l’expression d’une réaction d’adaptation de l’organisme à l’activation – recherchée – du système immunitaire. Il s’agit d’effets temporaires qui ne sont pas dangereux. Il est important de souligner que les réactions comme des saignements intermédiaires ou la réapparition de saignements après le début de la ménopause peuvent aussi être des symptômes alertant de l’existence de maladies qui nécessitent des investigations complémentaires. Leur apparition dans le contexte temporel d’une vaccination contre le COVID-19 est purement fortuite. Dans de tels cas, il est essentiel que les personnes concernées consultent un médecin.


Page d'accueil Swissmedic

23 juillet 2021