La seule question qui se pose est la suivante : comment se fait-il qu’une femme qui s’est fait tabasser 15 fois par son mari ou son ex-compagnon ne soit pas mieux protégée par la justice et la police ? Comment se fait-il que l’on attende le drame pour venir constater que le pouls de la victime s’est arrêté ? Pourtant, la société a les moyens d’agir et de réprimer cette violence, mais elle ne fait rien ! C’est insupportable.


À la mi-octobre 2019, 121 femmes ont été tuées en France par leur mari, compagnon, petit-ami ou ex.

Ce triste décompte égale déjà le nombre de femmes tuées sur l’année 2018. Noms, âges, régions : qui sont les victimes des féminicides ?

Les associations de défense des droits des femmes et de défense des femmes battues recensaient mardi 121 victimes de féminicides en 2019, soit déjà autant que sur l’intégralité de l’année 2018.

De tous les âges, de toute la France, de toutes origines : qui sont les 121 femmes mortes en 2019 sous les coups de leur mari, compagnon ou ex ?

Un bracelet contre les conjoint violents

Mardi, l’Assemblée nationale a voté à la quasi-unanimité une proposition de loi LR contre les violences conjugales, qui prévoit la mise en place en France du bracelet antirapprochement pour les conjoints violents.


Le Dauphiné

16 octobre 2019