À chaque fois qu’un responsable politique prend la décision de mettre en place un couvre-feu ou un confinement, des restrictions de fermeture… des dégâts collatéraux incalculables seront causés ! Sans oublier bien entendu le terrorisme sanitaire médiatique quotidien depuis 18 mois !



 

Yassine* tient Clémentine dans ses bras. Le grand adolescent aux traits enfantins sourit à pleines dents, stupéfait de la facilité avec laquelle il a enlacé cette jolie jeune fille de 14 ans, à peine arrivée. « Vous êtes à l’hôpital, là, pas dans un club de rencontres », peste Doris (qui n’a pas souhaité donner son nom), l’aide-soignante, en traversant la salle de vie de l’unité Urgences et liaisons de psychiatrie infanto-juvénile (Ulpij) de la Fondation Vallée, située au cœur du Kremlin-Bicêtre (Val-de-Marne), et dans laquelle Le Monde a pu passer une semaine. Yassine et Clémentine sont tous les deux là pour des tentatives de suicide ; l’un a avalé deux boîtes d’anxiolytiques le matin de son bac blanc, l’autre a fait une overdose d’ecstasy.

Chaque année, ils sont près d’une centaine d’enfants et d’adolescents à séjourner dans ce service unique en région parisienne, capable « de fonctionner en vraie urgence et d’hospitaliser un jeune en une heure, dans un espace fait pour ça, explique le docteur Hugo Naudet, médecin de l’unité. Ici, on récupère les pires situations, mais je n’ai jamais eu autant de demandes pour des cas complètement catastrophiques. On doit sans arrêt trouver des solutions, on n’a que huit places. » L’Ulpij agrège toutes les détresses adolescentes aggravées par la pandémie de Covid-19, qui a augmenté la maltraitance intrafamiliale, la désocialisation, le temps devant les écrans et les idées suicidaires. Et depuis décembre 2020, « les troubles flambent », affirme le docteur Naudet.

Au même moment, l’unité a dû alerter l’agence régionale de santé (ARS) pour obtenir des renforts. « Les deux confinements ont été initialement plutôt bien vécus par beaucoup d’adolescents, qui semblent s’être retrouvés dans une période de “pseudo-confort” en lien avec l’arrêt scolaire. Cependant, la suite montrera que cette accalmie n’était que temporaire, et on assistera à une explosion de décompensations psychiatriques et de situations de crises chez les adolescents en fin d’année 2020 », corrobore le rapport d’activité de l’unité publié début 2021. Ce service, comme les autres structures analogues en France, redoute une épidémie de gestes autoagressifs chez les jeunes.

Coupés du monde pendant deux semaines

[…]


 

Photo d’illustration : Kremlin Bicêtre – Ulpij – Camille Gharbi pour « le Monde »

Le Monde

2 août 2021