Voici comment des journalistes officiels israhelliens entrent en Algérie, dans les valises de Valls, avec la complicité des autorités algériennes qui savent très bien qui est Gidéon Kouts et quel est son objectif politique. En d’autres termes, on interdit à des journalistes réguliers de faire leur travail et, en catimini, on délivre des visas à des journalistes israhelliens ultrasionistes, agents du Mossad, complices du massacre des Palestiniens. L’Algérie n’est plus ce qu’elle était, vraiment plus.


INFO Darna TV : des visas secrètement délivrés à des journalistes de la radiotélévision israélienne leur ont permis de se rendre en Algérie. (Voir liens dans le carré commentaires)

Souvenez-vous, c’était dimanche dernier, 10 avril 2016, elle est toute chaude et elle résonne encore dans les tympans, la déclaration d’un Abdelmalek Sellal indigné, qui dénonçait face à un Manuel Valls complice, la « campagne hostile » de certains médias français, « Le Monde » et le « Petit Journal » coupables à ses yeux « d’avoir porté atteinte au prestige et à l’honneur » du ‘président’ algérien Abdelaziz Bouteflika de manière gratuite ». Le ‘Premier ministre’ algérien voulait ainsi justifier la décision du refus par les ‘autorités’ consulaires algériennes de Paris des visas d’entrée aux journalistes du « Monde » et du « Petit Journal », lesquels devaient couvrir la visite de son homologue français en Algérie.

Il y a quelques jours, les contacts de Darna TV en Algérie, lui avaient fait part de la présence d’au moins deux journalistes israéliens « ramenés dans les valises » de Manuel Valls. Nos contacts avaient travaillé d’arrache-pied afin de découvrir leurs identités et pour le moins, nous envoyer leurs photographies. Il est à préciser que TOUS les journalistes algériens et les fonctionnaires (…) qu’ils avaient contactés s’étaient montrés très peu diserts sur le sujet, certains allant même jusqu’à leur rire au nez, en les traitant d’illuminés. Les jours passant, un ami journaliste français, que j’avais mis au parfum, m’appelle pour me confirmer la nouvelle ; Et ce qu’il me raconte me scie littéralement. «Durant le vol qui portait l’imposante délégation française en Algérie, nombreux parmi les officiels, les entrepreneurs, les fonctionnaires, le personnel de sécurité et les journalistes étaient ceux qui commentaient avec sarcasme et hilarité l’interdiction infligée aux journalistes du Monde et au Petit Journal. Et tout ce beau monde n’en revenait toujours pas que deux journalistes franco-israéliens à bord, étaient munis de visas délivrés en due forme par les ‘autorités’ consulaires algériennes. Et c’est là que commence l’histoire. Ou plutôt les histoires, trois en une que je vais vous relater. L’un des deux journalistes que Darna Television a pu identifier s’appelle Gideon Kouts (Koutz, Kuts, Kutz c’est selon…). Il est le correspondant et chef de Bureau en France de plusieurs chaînes de radios et télévisions israéliennes, dont la radio-télévision publique israélienne IBA. Professionnel de renom et reconnu par sa profession, il s’était distingué durant plusieurs années pour sa combativité et son engagement en faveur de la libération du soldat franco-israélien Gilad Shalit. Mais ce n’est pas tout. Gideon Kouts, c’est un peu comme le houdini des journalistes. Il a ses entrées dans le microcosme politique algérien. Discret, efficace, professionnel et très engagé pour la cause de l’état sioniste d’Israel, il s’était notamment distingué, en septembre 2015 dans une autre affaire, autrement plus sensible, concernant les drôles de péripéties en Israel du fils d’un grand entrepreneur algérien, très pro israélien, et sa fiancée franco-israélienne, malmenés et humiliés par les services du Shin Bet à l’aéroport Ben Gourion de Tel Aviv. Là aussi, l’ombre de la main longue de Gideon Kouts s’était manifestée et avait obtenu gain de cause en convaincant les autorités israéliennes et leur ambassade à Paris de ne pas révéler les identités du fils du grand industriel franco-algérien et de sa fiancée (Voir tous les liens dans le carré commentaires). Et nous voici donc au troisième chapitre, celui de l’odyssée de Gideon en Algérie. Jeudi 14 avril 2016. Nous sommes en possession d’une info qui nous a été refilée par nos sources, confirmée ensuite par un contact français, mais rien de plus, le désert, pas de photos, ni de preuves concrètes à nous mettre sous la dent. Inutile de fuiter l’histoire…


gidéon-Kouts-Alger


Vendredi 15 avril. Il est plus de trois heures du matin, lorsque mon portable retentit. C’est mon ami journaliste français qui me rudoie : « réveille-toi, vite, y’a Gideon qui raconte des anecdotes de son voyage en Algérie. Vite ! allume ta radio, c’est sur Radio Shalom/Judaica.» Mince ! je suis encore dans les vaps… Il me faut au moins une minute pour localiser la radio FM en question. Pas le temps de préparer l’enregistrement, alors je me concentre pour entendre Gideon. Il est en train de répondre aux questions en rafales d’un journaliste de Radio Judaica : « Oui certes… les journalistes du Monde et du Petit Journal […] Nous ? C’est Valls… lls nous a ramené dans ses valises […] ensuite j’ai discuté avec le ministre de l’intérieur algérien et je lui ai demandé des précisions sur la collaboration de l’Algérie avec Israel et si l’Algérie était disposée à sortir du bois et officialiser ses relations « cachées » avec Israel. Il m’a répondu que ce n’était pas à l’ordre du jour [ah cette foutue cause palestinienne !] mais que les services des deux pays continuaient leur collaboration dans le domaine sécuritaire». Puis il s’est congédié en nous précisant : «d’ailleurs nous avons récemment débattu de ce sujet lors de notre dernière rencontre en Turquie». PS : Nous avons lancé nos fouines sur les traces de Gideon. Et elles l’ont localisé à la conférence de Presse conjointe donnée par Sellal et Valls le dimanche 10 avril. Gideon Kouts est assis derrière Lamamra, Benghebrit et l’ambassadeur français. A peine deux rangées les séparent. Quand au deuxième journaliste (un agent des services à l’évidence) israélien, nous n’avons toujours pas découvert qui il est…ni vu, ni identifié ; Les journalistes collabos algériens doivent le connaître. PPS : Darna TV met au défi les ripoux CRIMINELS ILLÉGITIMES Bedoui, Grine et consorts de porter plainte contre elle pour information diffamatoire. Ils savent qui nous sommes. Chiche ! That’s All Folks.