C’est juste magique. Les autorités saoudiennes importent des poulets « halal » qui ne sont pas égorgés selon le rituel islamique ! Tout le monde peut le constater sur les photos postées sur les réseaux sociaux par des consommateurs saoudiens. Comment est-il possible d’être aussi stupide ? Il est vrai que les dirigeants saoudiens actuels préfèrent découper à la scie des journalistes au lieu de veiller à l’application rigoureuse du rituel islamique entourant l’abattage des bestiaux…


Halalgate. La photo ci-dessous a été postée sur Twitter par un internaute saoudien. Elle choque.

Elle choque, car ce poulet est vendu par le volailler Doux en Arabie saoudite. Ce poulet est estampillé halal. Qui dit « halal » dit poulet, dont le cou a été passé à la lame. Or, sur la photo on constate bien que ce poulet n’a pas été abattu selon le rite musulman. La raison est simple : Doux ne vend pas des poulets véritablement halal, mais des poulets abusivement estampillés halal.

C’est une gigantesque fraude qui dure depuis des années, une fraude dont les victimes ne se comptent pas, une fraude que l’État français encourage : Le Monde nous apprend ce matin que Doux et Tilly-Sabco vont percevoir une aide de 55 millions d’euros pour pouvoir vendre leur faux poulet halal à l’étranger, plus précisément aux pays musulmans.


Ahmad .m @i_saudi

فضيحة (دجاج دو) المخيس 🙁


Cette photo postée sur Twitter n’est pas une première. Pourtant, les internautes musulmans peinent à prendre conscience du formidable pouvoir dont ils disposent pour mettre Doux, Tilly-Sabco, Al-Munajem, partenaire de Doux, mais aussi les autorités françaises et saoudiennes devant leurs responsabilités. Il est important que chacun diffuse cette photo sur les réseaux sociaux. La situation changera si les particuliers poussent les autorités compétentes à agir. Sinon, on continuera encore pendant de longues années à manger du poulet haram (illicite) à quelques mètres de La Mecque ; ce qui n’est rien moins qu’un sacrilège.

Merci de cliquer sur les boutons des réseaux sociaux Facebook, Twitter, Linkedin, Google+ afin de permettre une diffusion maximale de cet article. C’est important.


Al-Kanz