C’est son argent et il l’a gagné à la sueur de son front, pas de souci. Sauf que l’on peut se poser la question de sa rémunération qui est énorme et qui ne peut se faire que par la défense de gens hors normes et très riches ; drôle de conception du métier d’avocat. D’ailleurs est-il étique d’exiger des honoraires de 30.000 € pour une affaire ? En médecine, le code de déontologie exige des praticiens de demander des honoraires raisonnables (Les honoraires du médecin doivent être déterminés avec tact et mesure, article 53), ce qui ne semble pas être le cas ici apparemment !

L’énumération des objets de luxe qu’il collectionne donne également une idée de la mentalité du personnage qui vient de rien… C’est typiquement le genre de personne encouragées par les élites qui décèlent chez une faille importante qui sera utilisée contre le peuple.


Les déclarations de patrimoine et d’intérêts des nouveaux membres du gouvernement nommés en juillet dernier ont été publiées ce mardi.

Celle du nouveau garde des Sceaux était la plus attendue.

On imagine le calvaire d’Eric Dupond-Moretti, avocat pénaliste de renom devenu ministre de la Justice en juillet dernier, au moment de remplir ses déclarations de patrimoine et d’intérêts. Lui qui fustigeait la transparence (la « transPERcence ») déplorait de devoir montrer à tous le détail de ses revenus alors qu’il les cachait à ses propres enfants pour ne pas qu’ils se prennent pour des « fils de bourgeois ».

Mais voilà, c’est fait, il les a quand même remplies, comme il s’y était engagé. La Haute Autorité pour la Transparence de la Vie publique (HATVP) les a publiées mardi 24 novembre, en même temps que les autres déclarations des ministres nommés au gouvernement en juillet dernier.

Un patrimoine immobilier bien fourni

Eric Dupond-Moretti, qui rappelle souvent qu’il travaille depuis l’âge de 14 ans, sans avoir hérité de rien, est l’un des ministres les plus riches du gouvernement Castex, revenus et patrimoines confondus.

En 2019, d’après ses déclarations, le ministre a gagné 857 000 euros net, soit un peu plus de 70 000 euros par mois. Ses revenus d’avocat lui ont rapporté le plus gros (650 000 euros) mais ses prestations en tant qu’acteur de théâtre ont complété son salaire (89 000 euros versés par le Théâtre de la Madeleine par exemple), tout comme ses livres. Pas d’activités de consultant ou de bénévole. En 2015, année la plus faste des cinq dernières, l’avocat avait gagné 1, 1 million d’euros de revenus. Il n’avait alors aucun autre complément de salaire, seul un versement de droits d’auteurs de 11 000 euros des Éditions Michel Lafon.

Côté patrimoine, la liste est plus longue. Et on imagine – à nouveau – les grimaces du ministre obligé de se prêter à ce déballage qu’il considère « populiste ». Au rayon immobilier, la liste est bien fournie : Deux appartements à Paris : l’un de 100 m2, détenu à 50 %, et un autre de 200m2, acheté en 2010 pour 1,8 million d’euros et estimé aujourd’hui à 2, 8 millions. Dupond-Moretti possède également une maison dans les Hauts-de-France, où il a grandi, un appartement en Corse et une maison de 300 m2 dans les Alpes-Maritimes. Au total, son patrimoine immobilier a été évalué à un peu plus de 6,5 millions d’euros. Sans compter un pied-à-terre en Italie de 40 m2, détenu à 50 %.


Eric Dupond-Moretti en studio chez Europe 1. (CAPTURE D’ÉCRAN EUROPE 1)

Photo d’illustration : Eric Dupond-Moretti, le 18 novembre 2020. (Photo by Ludovic MARIN / AFP) (LUDOVIC MARIN /

Violette Lazard

L’Obs

24 novembre 2020