La situation psychologique des jeunes est catastrophique, du jamais puisqu’il est constaté une augmentation de 100% des suicides des mineurs de moins de 15 ans ! Comment une société humaine peut-elle pousser ses enfants de 14 ans à se jeter sous un train ?!

Voici le résultat de la gestion calamiteuse de cette crise sanitaire par un président qui n’a même pas d’enfants, un président qui ne ressent pas le sentiment de paternité ! Macron, Philippe, Castex… seront tenus responsables de toutes ces vies anéanties, gâchées et ces familles meurtries ! Ce que n’a pas fait le covid-19 sur les jeunes, Macron l’aura réussi parfaitement ! Bravo !


 

En ce lundi de novembre, il y a affluence à la consultation d’orientation psychiatrique de l’hôpital pour enfants Robert-Debré, situé dans le nord-est de Paris, l’un des plus gros d’Île-de-France. Marco (les prénoms ont été changés), 15 ans, qui souffre de trouble du déficit de l’attention avec ou sans hyperactivité (TDAH), a très mal vécu le premier confinement. Il s’est mis à jouer aux jeux vidéo, a décalé son sommeil. L’idée d’un nouveau confinement, de ne plus pouvoir aller au skate park, de ne plus voir ses amis, l’a paniqué. Il n’est pas retourné au lycée après les vacances de la Toussaint, et a été hospitalisé en raison d’idées suicidaires.


Crise économique, attentats, incertitude sur l’avenir, scolarité perturbée, etc., les enfants et adolescents sont en première ligne de cette deuxième vague. Le professeur Richard Delorme, qui dirige le service de psychiatrie de l’enfant et de l’adolescent de Robert-Debré, a adressé un message d’alerte à l’Agence régionale de santé (ARS) d’Île-de-France et aux autorités sanitaires. Les tentatives de suicide (TS) chez les mineurs de moins de 15 ans enregistrées dans son établissement en septembre-octobre ont doublé par rapport à la même période de 2019, passant de 20 à 40. Les relevés d’idées suicidaires ont augmenté de plus de 100 %. Et cette tendance se poursuit en novembre.

 […]


Le Monde

26 novembre 2020