jean_claude_junker
Jean-Claude Juncker, qui a dû démissionner en 2013 de son poste de Premier ministre à cause de cette affaire, sera parmi les témoins phares de ce procès. AFP.

Le patron tout puissant de l’UE, Jean-Claude Juncker, est impliqué dans une salle affaire d’écoutes téléphoniques illégales. Après avoir été le dirigeant d’un des plus grands paradis fiscaux européens, le Luxembourg, le faux état qui permet aux multinationales d’échapper à l’impôt des pays dans lesquelles elles réalisent des profits gigantesques, l’histoire le rattrape… Ahhh ces hypocrites humanistes faux démocrates !


Les trois anciens employés des services secrets luxembourgeois, Marco Mille, André Kemmer et Frank Schneider verront leur procès dans le cadre de la soi-disant « affaire SREL » débuter le 29 novembre prochain.

Une information confirmée mercredi matin par le service de presse du pouvoir judiciaire.

Huit sessions sont prévues pour ce procès. Le nombre de personnes devant témoigner n’a pas été divulgué mais une chose est sûre : Jean-Claude Juncker, qui a dû démissionner en 2013 de son poste de Premier ministre à cause de cette affaire, sera parmi elles.

Les trois anciens employés du SREL sont accusés d’avoir enfreint la loi sur la vie privée. Comme indiqué par le bureau du procureur général en juillet, il y avait «suffisamment de preuves» dans l’enquête pour justifier une accusation devant un tribunal.

L’ex-PDG de SREL, Marco Mille, ainsi que le collaborateur de SREL, André Kemmer, sont également accusés d’avoir transféré illégalement le sinistre « Frisbee », un CD contenant des informations présumées compromettantes.

Vous pouvez retrouver toutes les […]


Luxemburger Wort