edouard-philippe-assume-les-conditions-de-travail-difficiles-a-matignon


Cette sortie qui consiste à dire et assumer qu’il travaille très dur à Matignon n’est pas recevable puisqu’il ne suffit pas de travailler très dur de longues heures durant pour faire croire que le travail accompli est utile et profitable à la nation. Une chose est certaine, à la fin du mandat de Monsieur Édouard Philippe, la situation de la France sera bien pire que celle trouvée à son arrivée à Matignon.

Secundo, il y a des règles à respecter dans tous les milieux professionnels et le harcèlement et le burn out ne font pas partie des objectifs à atteindre. Changer de secrétaire tous les 30 jours relèvent de la psychiatrie. D’ailleurs on aimerait bien savoir comment peut-on travailler correctement alors que l’on n’a pas la même équipe, que cette dernière change tout le temps et qu’il faille renouveler à chaque fois la formation des nouveaux arrivants !

En réalité cette histoire démontre encore une fois à quel point les élites politiques sont méprisantes envers le quidam, à quel point sont méprisantes envers les lois et enfin à quel point elles manquent d’empathie et d’humanité !


Quatorze secrétaire et quatre conseillers ont quitté leur poste depuis l’arrivée d’Édouard Philippe à Matignon.

Pressions, horaires à rallonge, menaces… L’ambiance est « malsaine » à Matignon, selon des fonctionnaires au service du Premier ministre, interrogés par BFMTV. Questionné sur le sujet, Édouard Philippe a assuré mercredi 30 mai qu’il « assume » un « engagement total, une exigence totale » dans les services de Matignon.

« Vous avez raison, à Matignon on travaille beaucoup, beaucoup, et j’y veille », a déclaré le Premier ministre en admettant une « pression considérable, notamment parce que les attentes des Français sont considérables ».


 

« Compte tenu de cette pression, compte tenu de l’intensité du travail, on ne peut pas, dès lors qu’on constate que quelque chose ne va pas, espérer que cela va s’arranger et attendre », a souligné M. Philippe, en précisant toutefois qu’il ne s’agissait « pas de licenciement ».

« Lorsqu’on demande à quelqu’un de partir, il est réaffecté dans un autre poste administratif », a-t-il ajouté. « Je peux vous dire que l’ensemble des retours que j’ai (…) montre qu’il y a un engagement total au service des Français. J’entends que cet engagement total, cette exigence totale, soient maintenus. Et j’assume », a conclu M. Philippe.

Selon l’Express et BFMTV, 14 secrétaires et 4 conseillers ont quitté leurs postes depuis l’entrée de M. Philippe à Matignon en mai 2017, traduisant des conditions de travail très difficiles. Dans une interview accordée -anonymement- à BFMTV, deux fonctionnaires ont rapporté les difficiles conditions de travail à Matignon. Elles évoquent ainsi ces responsables qui menacent de faire « sauter à tout moment » un collaborateur. Ou ces secrétaires qui assistent des conseillers jusqu’à « 3 heures, 4 heures du matin », et qui reprennent le travail dès le lendemain matin, après avoir dormi de « 5 heures à 7 heures du matin ».


Capture_bfmtv_matignon_ambiance_travail_malsaine


« On n’est jamais sûr de garder son poste, on ne sait jamais si on finira la semaine », explique à BFMTV l’un de ces fonctionnaires. « On a vu des conseillers pleurer », pointe l’autre.

« On a eu […]


Orange