Analyse très intéressante du Dr Michel de Lorgeril concernant l’essai thérapeutique du vaccin Pfizer qui n’a pas été réalisé en double aveugle, il ne respecte donc pas les principes de la médecine basée sur les preuves. Pourtant les escrocs cathodiques à blouses blanches n’en parlent jamais vu le foin qu’ils ont fait au Pr Raoult sur l’HCQ ! Bande d’hypocrites incompétents.


Depuis 3 décennies environ, nous (scientifiques de tout bord) avons collectivement mis au point la méthodologie indispensable pour éviter les deux obstacles majeurs rencontrés en recherche médicale pour démontrer l’efficacité thérapeutique des produits de santé : l’effet du hasard et l’effet placebo.

Dans les deux cas [ce sont nos principaux ennemis si on exclut les mensonges et les tricheries des investigateurs] il s’agit d’éviter de prendre des vessies pour des lanternes.

Comment fait-on ?

C’est le principe de l’essai clinique randomisé en double aveugle avec un groupe contrôle recevant un placebo.

Si on applique ces principes, on peut se prémunir contre les terribles effets du hasard.

Si on applique ces principes, on montre que l’effet bénéfique, s’il y en a un, est dû aux propriétés du produit testé et pas un effet placebo !

De nos jours, aucune autorisation de mise sur le marché n’est donnée par les autorités en l’absence d’un essai de ce type.

De nouvelles thérapies préventives, les vaccins ARN messager, viennent d’être autorisées. Respectent-elles ces principes ?

Avons-nous des essais cliniques randomisés en double aveugle testant ces nouveaux vaccins ?

Il y en a deux : pour simplifier, je les appelle « vaccin Pfizer » et « vaccin Moderna ».

Leur récente mise sur le marché repose sur deux essais randomisés dont les résultats, présentés comme miraculeux, ont été publiés fin décembre 2020. Ont-ils été conduits en double aveugle ?

Réponse négative. Ci-dessous des captures de la page 1 de ces deux essais.

D’abord le vaccin Pfizer.




Et maintenant le vaccin Moderna.

Je ne vais pas rentrer dans les détails mais, comme on peut le lire sur la page 1 de ces deux articles, les investigateurs n’écrivent pas « double-blinded » (qui signifierait « double aveugle ») mais « observer-blinded ».

C’est difficile à comprendre pour des amateurs mais ça signifie qu’un seul côté (celui des observateurs, non participant à l’essai) est à l’aveugle. Cela signifie que les vaccinés savent qu’ils reçoivent le vaccin et pas le placebo.

C’est un biais majeur qui ruine le validité de ces études qu’on ne peut plus qualifier d’essai en double aveugle.

Régression de 40 années ; retour au Moyen-Âge de la recherche médicale…

En effet, les volontaires (la majorité d’entre eux) recrutés dans ces essais préfèreraient recevoir le vaccin plutôt que le placebo, sinon ils ne seraient pas volontaires, même s’il y a quelques avantages (économiques) à participer à cet essai, en dehors d’être vraiment vacciné contre le COVID-19.

Les vaccinés et les vaccinateurs (ceux qui tiennent la seringue et qui l’ont préparé dès la sortie du congélateur) savent !

Et les vaccinés sont contents car ils pensent être protégés ; c’est évidemment comme ça que les choses sont présentées, et pas que dans les médias !
En plus, la majorité d’entre eux ont des effets indésirables multiples qui renforcent l’idée qu’ils sont protégés contre la COVID-19 selon le principe bien connu : plus j’ai mal et plus le produit est actif… et me protège !

On peut rétorquer que l’effet placebo est généralement transitoire, qu’il ne peut empêcher les formes graves et encore moins la transmission du virus.

Bien sûr ! Mais le COVID-19 est (en général et en particulier dans ces deux essais) une maladie bénigne et brève (3-4 jours de malaise) et donc la maladie idéale pour bénéficier à plein d’un effet placebo !

C’est exactement ce qu’il ne fallait pas faire. Avec ces deux essais totalement biaisés, nous n’avons pas d’évidence que ces vaccins sont efficaces ou utiles.

Ça ne veut pas dire qu’ils ne sont pas efficaces ! Seulement que nous ne savons pas !

Moins drôle, il est impossible d’exclure un effet placebo !

Et comme les deux essais sont présentés comme miraculeux, les sponsors ont déjà indiqué qu’ils allaient, par humanité et gratuitement, vacciner tous les sujets qui ont reçu le placebo.

Il sera, vu le miracle, considéré comme non-éthique de refaire un essai clinique contre placebo !

Je conclus : nous ne saurons jamais si ces vaccins ARN messager sont efficaces !

Tout cela, on peut l’espérer, est su des investigateurs et de leurs sponsors. Les tiroirs-caisse sont grand ouverts ! La marchandisation de la santé au plus haut niveau !

La manœuvre d’ensemble est simplement magnifique. L’industrie du Spectacle est triomphale ici !

Je parle de recherche médicale spectaculaire et marchande ! Comme auraient dit les situationnistes du siècle dernier…

À votre avis, les gouvernants et les politiciens sont-ils dupes, idiots ou complices ?

Suite au prochain numéro.


Michel de Lorgeril

13 janvier 2021