Le site France Soir vient de déterrer une petite merveille qui démontre à quel point certains membres du Conseil scientifique du gouvernement sont des menteurs et des manipulateurs. Alors qu’ils affirment aujourd’hui que les essais randomisés à double aveugle sont la seule solution pour trouver un traitement au covid-19 lançant l’essai fantôme Discovery, ces mêmes pseudos experts affirmaient l’inverse dans le Lancet en 2015 ! Comment rester crédible avec de telles contradictions ? Comment est-il possible de leur faire confiance ?



Traduction de l’article du Lancet :


Dans leur point de vue personnel, Simone Lanini et ses collègues a fait valoir qu’un essai contrôlé randomisé adaptatif (ECR) est la solution optimale pour évaluer les traitements expérimentaux de la maladie à virus Ebola et que les non-ECR sont «profondément contraires à l’éthique».
Lanini et ses collègues ont distingué les plans d’étude d’agents expérimentaux en tant qu’études randomisées et non randomisées, y compris dans ces dernières expériences anecdotiques et utilisation compassionnelle. Il est irrationnel de ne faire aucune distinction entre les essais cliniques de phase 2 et le traitement compassionnel. Les études de nos groupes, également citées par Lanini et ses collègues, sont des essais cliniques de phase 2 entièrement réglementés avec des cadres d’étude explicites.
De plus, nous avons étudié les interventions qui ont été approuvées par les autorités réglementaires pour une utilisation chez l’homme et ne les avons mises en œuvre qu’après examen éthique complet et approbation. Les essais cliniques de médicaments ne peuvent être effectués légitimement qu’avec le consentement des individus et des communautés. Nous avons travaillé avec les communautés pour faciliter un dialogue ouvert et un partenariat, ce qui montre que les ECR n’auraient pas été acceptés au moment où les essais ont été lancés.
En 1990, reconnaissant que les approches traditionnelles des processus d’essais cliniques étaient inutilement rigides et inadaptées à l’étude des traitements contre le VIH, Byar et ses collègues ont conclu, dans leurs considérations de conception de papier pour les essais sur le sida, que les non-ECR pouvaient être envisagés dans les situations suivantes. Premièrement, « il doit y avoir une expérience suffisante pour garantir que les patients qui ne reçoivent pas de traitement auront un pronostic uniformément mauvais ». Deuxièmement, « il ne doit y avoir aucun autre traitement approprié à utiliser comme témoin ». Troisièmement, « il ne faut pas s’attendre à ce que la thérapie ait des effets secondaires importants ». Quatrièmement, « il doit y avoir une attente justifiée selon laquelle le bénéfice potentiel pour le patient sera suffisamment important pour rendre l’interprétation d’un non-ECR sans ambiguïté ». Cinquièmement, « la justification scientifique du traitement doit être suffisamment forte pour qu’un résultat positif soit largement accepté ».
L’épidémie d’Ebola remplit clairement les premier et deuxième critères, car le taux de mortalité est élevé. Le troisième critère a été satisfait pour la plupart des stratégies étudiées. En ce qui concerne le critère quatre, notre approche consistait à trier les traitements entre ceux sans effet qui devraient être éliminés rapidement, parmi ceux présentant des avantages évidents qui devraient être déployés immédiatement, et ceux prometteurs qui doivent être évalués dans un ECR, dans lequel une combinaison d’antiviraux pourrait également être étudié.5 Cette stratégie est également plus acceptable pour les patients, les médecins et les communautés locales.
Un débat sur la conception des essais cliniques pendant les crises humanitaires est nécessaire, mais il doit être basé sur une caractérisation précise des événements et des problèmes.


YY rapporte les frais personnels d’AbbVie, BMS, Gilead, MSD, Roche, Johnson & Johnson, ViiV Healthcare, Janssen et Pfizer en dehors du travail soumis. Tous les autres auteurs ne déclarent aucun intérêt concurrent.