La dérive est totale, il n’est plus question de normalisation de la situation avec un retour à la « normale » mais bien de faire durer la crise le plus possible.


À défaut d’inscrire tout de suite dans la loi « un régime pérenne de gestion des urgences sanitaires », le gouvernement prévoit de prolonger un état d’urgence sanitaire strict jusqu’au 1er juin et un régime transitoire jusqu’au 31 décembre 2021. 

L’exercice est périlleux : remettre sur la table la question de la prolongation de l’état d’urgence sanitaire sans pour autant remettre de l’huile sur le feu d’une polémique à peine éteinte. Selon nos informations, le gouvernement va proposer le 13 janvier, en Conseil des ministres, un projet de loi visant à repousser l’état d’urgence sanitaire en France du 16 février 2021, comme le prévoit l’actuelle loi, au 1er juin 2021 inclus. Le cadre juridique de l’état d’urgence – qui instaure un régime transitoire avant un retour à la normale – sera, quant à lui, repoussé du 1er avril 2021 au 31 décembre 2021 inclus.

Ce texte est une priorité pour le pouvoir puisqu’il lui permet de prendre des mesures contraignantes pour la population afin de limiter la propagation du virus (confinement à domicile, limitation à six personnes pour les rassemblements dans l’espace public ou encore mise en place d’un couvre-feu). Compte tenu de la persistance […]


Photo d’illustration : Le Premier ministre, Jean Castex, à la sortie du Conseil des ministres ce mercredi 6 janvier 2021. Photo Ludovic Marin. AFP

Charlotte Chaffanjon

Libération

6 janvier 2021