À peine la vaccination commencée que de nombreux effets secondaires sont observés à travers le monde, aussi bien au Canada qu’aux USA, en Angleterre…


Deux agents de santé du même hôpital en Alaska ont développé des réactions inquiétantes quelques minutes à peine après avoir reçu le vaccin contre le coronavirus de Pfizer cette semaine, dont un membre du personnel qui devait rester hospitalisé jusqu’à jeudi.

L’un d’eux, qui n’avait pas d’antécédents d’allergies, est resté à l’hôpital mercredi soir. Certaines réactions au vaccin ont également été signalées la semaine dernière en Grande-Bretagne.

Les responsables de la santé ont déclaré que les cas ne perturberaient pas leurs plans de déploiement de vaccins et qu’ils partageaient juste ces informations dans un souci de transparence.

Le premier employé, une femme d’âge moyen qui n’avait aucun antécédent d’allergies, a eu une réaction anaphylactique (une réaction allergique exacerbée, entraînant dans la plupart des cas de graves conséquences et pouvant engager le pronostic vital), qui a commencé 10 minutes après avoir reçu le vaccin à l’hôpital régional Bartlett de Juneau mardi, a déclaré un responsable de l’hôpital. Elle a eu une éruption cutanée sur le visage et le torse, un essoufflement et une fréquence cardiaque élevée, rapporte le New York Times.

Le Dr Lindy Jones, directeur médical du service des urgences de l’hôpital, a déclaré qu’elle avait d’abord reçu une injection d’épinéphrine, un traitement standard pour les réactions allergiques graves. Ses symptômes se sont atténués, puis sont réapparus, et elle a été traitée avec des stéroïdes et une goutte d’épinéphrine.

Lorsque les médecins ont essayé d’arrêter le goutte-à-goutte, ses symptômes ont réapparu, de sorte qu’elle a été transférée à l’unité de soins intensifs, en observation toute la nuit, puis sevrée du goutte-à-goutte tôt mercredi matin, a déclaré le Dr Jones.

Le deuxième employé a reçu son injection mercredi et a développé des poches, des étourdissements et une gorge irritée dix minutes après l’injection, a indiqué l’hôpital dans un communiqué. Il a été emmené aux urgences et traité avec de l’épinéphrine, du Pepcid et du Benadryl, bien que l’hôpital ait déclaré que la réaction n’était pas considérée comme une anaphylaxie. L’employé est revenu à la normale en moins d’une heure et a pu repartir chez lui.

L’hôpital, qui avait administré 144 doses totales mercredi soir, a déclaré que les deux travailleurs ne voulaient pas que leurs expériences aient un impact négatif sur ceux en attente du vaccin. « Nous n’avons pas l’intention de modifier notre calendrier de vaccination ou notre posologie », a ainsi déclaré le Dr Anne Zink, médecin-chef de l’Alaska, dans un communiqué.

Les inquiétudes amplifiées 

Bien que le vaccin Pfizer se soit avéré sûr et efficace à environ 95% dans un essai clinique impliquant 44.000 participants, ces cas en Alaska intensifieront probablement les inquiétudes concernant les effets secondaires possibles. Les experts ont déclaré que cela pourraient inciter à des appels à des directives plus strictes pour garantir que les receveurs soient étroitement surveillés sur les effets indésirables.

Le Dr Paul A. Offit, expert en vaccins et membre d’un groupe consultatif externe qui a recommandé à la Food and Drug Administration d’autoriser le vaccin Pfizer pour une utilisation d’urgence, a déclaré que les précautions appropriées étaient déjà en place. Par exemple, a-t-il déclaré, l’obligation pour les vaccinés de rester en place pendant 15 minutes après avoir reçu le vaccin a permis de traiter la femme rapidement.

« Je ne pense pas que cela signifie que nous devrions suspendre » la distribution des vaccins, a-t-il déclaré. Pas du tout. Mais il a estimé que les chercheurs devaient déterminer « quel composant du vaccin est à l’origine de cette réaction ».

Des millions d’Américains devraient recevoir le vaccin Pfizer d’ici à la fin de l’année.

Le Dr Offit a déclaré que dans les deux vaccins, les bulles sont recouvertes d’une molécule stabilisante appelée polyéthylène glycol qu’il considérait comme un « concurrent majeur » pour déclencher une réaction allergique. Il a souligné qu’une enquête plus approfondie était nécessaire.

L’essai de Pfizer n’a révélé aucun effet indésirable grave causé par le vaccin, bien que de nombreux participants aient éprouvé des douleurs, de la fièvre et d’autres effets secondaires. On a supposé que les réactions d’Alaska étaient liées au vaccin parce qu’elles se sont produites rapidement après l’injection.

Après que deux employés britanniques soient également tombés malades, les autorités ont mis en garde contre l’administration des vaccins à toute personne ayant des antécédents de réactions allergiques graves. Ils ont par la suite clarifié leurs préoccupations, changeant le libellé de «réactions allergiques graves» pour préciser que le vaccin ne devrait pas être administré à quiconque a déjà eu une réaction anaphylactique à un aliment, un médicament ou un vaccin. Ce type de réaction à un vaccin est «très rare», ont-ils souligné.



Les responsables de Pfizer ont déclaré que les deux Britanniques qui avaient eu une réaction avaient des antécédents d’allergies graves. L’une, une femme de 49 ans, avait des antécédents d’allergies aux œufs. L’autre, une femme de 40 ans, avait des antécédents d’allergies à plusieurs médicaments.

Pfizer a déclaré que son vaccin ne contenait pas d’ingrédients aux œufs.

Aux États-Unis, les prestataires de soins de santé ont été avertis de ne pas donner le vaccin à toute personne ayant «des antécédents connus de réaction allergique grave» à l’un des composants du vaccin, ce qui, selon eux, était un avertissement standard pour les vaccins.


Photo d’illustration : Les responsables de Pfizer ont déclaré que les deux Britanniques qui avaient eu une réaction au vaccin avaient des antécédents d’allergies graves. [Andrew Milligan / POOL / AFP]

Accueil

17 décembre 2020