Cette étude est la seule et unique façon de savoir si la vaccination est réellement utile ou non. C’est très simple, il suffit pour l’État d’organiser une étude sur 50 000 enfants, les vaccinés d’un côté et les non vaccinés de l’autre et voir si les premiers se portent mieux que les seconds. C’est très simple à faire et super rapide puisqu’il n’est pas question d’études cliniques mais juste de comparaisons statistiques. Malheureusement, Big Pharma n’a pas du tout l’intention de réaliser une telle étude, sachant qu’elle risque d’être confrontée à des résultats contraires à ceux souhaités. Pire encore, l’État non plus ne veut pas s’engager dans une entreprise aussi risquée.


Dans une évolution que les parents autistes attendent depuis longtemps, la toute première étude évaluée par des pairs comparant les résultats pour la santé globale des enfants vaccinés et non vaccinés a été publiée en ligne hier.

Selon des sources proches du projet, l’étude avait été examinée et acceptée par deux revues différentes, qui ont toutes deux retiré leur approbation une fois que les implications politiques des résultats sont devenues claires. C’est en grande partie parce que, comme les parents s’y attendent depuis longtemps, le taux d’autisme est beaucoup plus élevé dans le groupe vacciné, une constatation qui pourrait ébranler les allégations d’innocuité des vaccins, tout comme le premier président qui a déclaré croire à l’existence d’un lien entre les vaccins et l’autisme a pris ses fonctions.

En partenariat avec le National Home Education Research Institute (NHERI), le Dr Anthony Mawson a dirigé une équipe de recherche qui a étudié la relation entre l’exposition à la vaccination et plus de 40 maladies aiguës et chroniques chez les enfants scolarisés à domicile, une population choisie pour sa proportion élevée d’enfants non vaccinés. Sondage auprès des familles dans quatre États – la Floride, la Louisiane, le Mississippi et l’Oregon – étude (officiellement intitulée Vaccination and Health Outcomes : Une enquête menée auprès d’enfants de 6 à 12 ans, vaccinés et non vaccinés, d’après les rapports des mères, a fait état d’un certain nombre de résultats surprenants.

Les enfants vaccinés étaient significativement plus susceptibles que les enfants non vaccinés d’avoir reçu un diagnostic de trouble neurodéveloppemental : plus particulièrement, le risque d’être atteint d’un trouble du spectre autistique (TSA) était 4,7 fois plus élevé chez les enfants vaccinés ; en outre, le risque de TDAH était 4,7 fois plus élevé et le risque de troubles d’apprentissage était 3,7 fois plus élevé. Dans l’ensemble, les enfants vaccinés dans l’étude étaient 3,7 fois plus susceptibles d’avoir reçu un diagnostic de trouble neurodéveloppemental.

Les enfants vaccinés étaient également significativement plus susceptibles de recevoir un diagnostic de trouble immunitaire. Le risque de rhinite allergique (communément appelée rhume des foins) était plus de 30 fois plus élevé chez les enfants vaccinés, tandis que le risque d’autres allergies était 3,9 fois plus élevé et le risque d’eczéma était 2,4 fois plus élevé.

En ce qui concerne les maladies aiguës et les maladies infectieuses, les résultats ont été à certains égards surprenants. Comme on pouvait s’y attendre, les enfants non vaccinés étaient significativement (4 à 10 fois) plus susceptibles d’être atteints de varicelle, de rubéole ou de coqueluche. De façon peut-être inattendue, les enfants non vaccinés étaient moins susceptibles de souffrir d’otite moyenne et de pneumonie : les enfants vaccinés avaient 3,8 fois plus de risques d’avoir une infection de l’oreille moyenne et 5,9 fois plus de risques d’avoir une pneumonie.

L’étude était basée sur une enquête auprès de participants recrutés dans le cadre d’un processus dirigé par NHERI et coordonné par 84 groupes d’écoles à domicile d’État et locaux. L’enquête elle-même était, selon les auteurs, « non biaisée et formulée de façon neutre ».

Ces résultats dans une population de 666 enfants, dont 261 (39 %) n’ont pas été vaccinés, ne manqueront pas de susciter la controverse, en partie parce qu’il s’agit du premier du genre. La littérature scientifique sur les effets à long terme du programme de vaccination est pratiquement silencieuse. La plupart des études sur l’innocuité des vaccins ne tiennent compte que des effets immédiats ou à court terme. Il n’y avait pas d’explication évidente aux différences observées dans les résultats de santé entre les groupes d’enfants vaccinés et non vaccinés autres que la vaccination elle-même.

La constatation selon laquelle la vaccination constitue un risque important d’autisme est la constatation la plus explosive de l’article. Depuis plus d’une décennie, les parents préoccupés par le fait que les vaccins soient impliqués dans la forte augmentation de l’autisme réclament ce que l’on appelle depuis longtemps l’étude «  vax/unvax ». Des responsables de la santé publique comme Paul Offit ont résisté à ces appels en affirmant qu’une étude comparative du risque d’autisme et d’autres problèmes de santé chez les enfants vaccinés et non vaccinés serait rétrospectivement impossible et non éthique.

Malgré l’opposition de personnes comme Offit, des tentatives de lancement d’une étude officielle vax/unvax ont été faites depuis de nombreuses années. En 2006, la députée Carolyn Maloney (D, NY) a rédigé ce que l’on appelle aujourd’hui la Vaccine Safety Study Act. Maloney a dit aux opposants : « Peut-être que quelqu’un dans l’establishment médical me montrera pourquoi cette étude est une mauvaise idée, mais ils ne l’ont pas encore fait. » En 2007, Generation Rescue (l’un des commanditaires de l’étude Mawson) a retenu les services d’une firme d’études de marché pour effectuer un sondage similaire (il est disponible en ligne et ses résultats sont similaires, mais n’a jamais été publié dans une revue scientifique).

Des enquêtes moins formelles portant sur la présence ou non de l’autisme chez les personnes non vaccinées ont également été menées auprès de populations inhabituelles, y compris les Amish et les patients des praticiens de médecine parallèle. Dan Olmsted, fondateur de Age of Autism, a enquêté sur l’autisme chez les Amish, qui se font vacciner moins souvent. L’autisme est rare chez les Amish et les seuls enfants autistes Amish que nous avons découverts étaient également vaccinés. (D’autres ont signalé des cas chez des enfants amish atteints de malformations congénitales, mais pas d’« autisme idiopathique », comme c’est le cas chez des enfants typiques qui sont au cœur de l’épidémie actuelle). Le regretté Mayer Eisenstein a rapporté dans son cabinet HomeFirst à Chicago qu’il avait mis au monde plus de 15 000 bébés à la maison et que des milliers d’entre eux n’avaient jamais été vaccinés. Parmi ces enfants non vaccinés, aucun n’était autiste.

Le lien entre l’autisme et la vaccination est devenu un sujet d’actualité lors de l’élection présidentielle de cette année. La candidate démocrate Hillary Clinton a tweeté « « La science est claire : la terre est ronde, le ciel est bleu, et #vaccinework. Protégeons tous nos enfants. # »Les grandes-mères savent ce qu’il y a de mieux. » Par contre, le président Donald Trump a longtemps parlé ouvertement du lien probable entre les vaccins et l’autisme. Déjà en 2007, Trump faisait remarquer :  » Quand j’étais jeune, l’autisme n’était pas vraiment un facteur. Et tout d’un coup, c’est une épidémie. Tout le monde a sa théorie, et la mienne, c’est celle des coups de feu. Ils se font ces injections massives en même temps. Je pense que ce sont les vaccins. »

En l’absence de données publiées sur la question, la demande d’une étude vax/unvax est devenue un cri de ralliement pour les défenseurs de l’autisme. Il semble maintenant que les résultats confirment ce que beaucoup soupçonnent depuis longtemps. Ces résultats, en particulier le lien important entre le risque d’autisme et la vaccination, ne manqueront pas d’accroître la pression sur les responsables de la santé publique à l’intérieur et à l’extérieur du gouvernement pour qu’ils reconnaissent la légitimité d’une préoccupation qu’ils ont longtemps rejetée.

Comme toute étude, celle-ci est ouverte à la critique. L’une sera la taille relativement petite de l’échantillon, le taux relativement élevé de TSA (3,3 % dans l’ensemble comparativement à 2,24 % dans l’étude la plus comparable du CDC) ainsi que les sources de financement. La plupart des études qui n’ont trouvé aucun lien entre l’autisme et la vaccination ont été financées par l’industrie pharmaceutique ou le gouvernement, et les médias ne l’ont pas jugé suffisamment important pour le mentionner. Néanmoins, il faut s’attendre à ce que l’argent de cette étude vienne en partie de sources qui s’inquiètent d’un lien possible entre la vaccination et l’autisme.

Note : Voici l’état de financement du document qui a fait l’objet d’une fuite. « Cette étude a été financée grâce à des subventions de Generation Rescue, Inc. et du Children’s Medical Safety Research Institute, des organismes de bienfaisance qui appuient la recherche sur la santé des enfants et la sécurité des vaccins. Les bailleurs de fonds n’ont eu aucun rôle ou influence sur la conception et la conduite de la recherche ou la préparation des rapports. » Generation Rescue est un commanditaire national fondateur de Age of Autism.

Note importante de la rédaction. L’étude vax/unvax est maintenant officiellement publiée dans une revue à comité de lecture. Le texte intégral est disponible en ligne ICI au Journal of Translational Science.

Le fichier pdf est ICI : Mawson et al 2017 : vax-unvax Jnl Translational Science


 

Mark Blaxill

Age of Autism

4 mai 2017
Titre original en anglais :
Pilot Comparative Study on the Health of Vaccinated and Unvaccinated 6-12 Year Old US Children
Traduction : Lelibrepenseur.org