Ainsi, il va falloir autoriser la commercialisation de ce médoc inutile – un poison – et prévoir une explosion de greffes rénales…


Le coronavirus 2 du syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS-CoV-2) a été identifié comme responsable de l’épidémie de COVID-19 dans le monde. 

Les données sur le traitement sont rares et des parallèles sont établis entre le SRAS-CoV-2 et d’autres coronavirus. Le remdesivir est un antiviral à large spectre avec une activité in vitro efficace contre le SRAS-CoV-2 et des preuves controversées d’amélioration clinique chez les patients COVID-19 sévères. Notre objectif était de décrire les résultats cliniques et la surveillance virologique des cinq premiers patients COVID-19 admis en soins intensifs pour une pneumonie sévère liée au SRAS-CoV-2 et traités avec du remdesivir à l’hôpital universitaire de Bichat, Paris, France. La RT-qPCR du SRAS-CoV-2 dans le plasma sanguin et les voies respiratoires inférieures et supérieures a été surveillée. Parmi les cinq patients traités, deux avaient besoin d’une ventilation mécanique et d’une canule à haut débit d’oxygène. Une diminution significative de la charge virale du SRAS-CoV-2 des voies respiratoires supérieures a été observée dans la plupart des cas, mais deux sont décédés avec une réplication active du SRAS-CoV-2 dans les voies respiratoires inférieures. Les échantillons de plasma étaient positifs pour le SRAS-CoV-2 chez un seul patient. Le remdesivir a été interrompu pour des effets secondaires chez quatre patients, dont 2 élévations des ALAT (3 à 5 N) et 2 insuffisances rénales nécessitant une suppléance rénale. Cette série de cas de cinq patients COVID-19 nécessitant des soins intensifs pour une détresse respiratoire et traités avec du remdesivir, met en évidence la complexité de l’utilisation du remdesivir chez ces patients gravement malades. Le remdesivir a été interrompu pour des effets secondaires chez quatre patients, dont 2 élévations des ALAT (3 à 5 N) et 2 insuffisances rénales nécessitant une suppléance rénale. Cette série de cas de cinq patients COVID-19 nécessitant des soins intensifs pour une détresse respiratoire et traités avec du remdesivir, met en évidence la complexité de l’utilisation du remdesivir chez ces patients gravement malades. Le remdesivir a été interrompu pour des effets secondaires chez quatre patients, dont 2 élévations des ALAT (3 à 5 N) et 2 insuffisances rénales nécessitant une suppléance rénale. Cette série de cas de cinq patients COVID-19 nécessitant des soins intensifs pour une détresse respiratoire et traités avec du remdesivir, met en évidence la complexité de l’utilisation du remdesivir chez ces patients gravement malades.


Publié par Elsevier Ltd.

Médecin hebdomadaire

6 juillet 2020