Il est tout de même extraordinaire d’apprendre que le patron de Facebook vient de payer 5 milliards de dollars d’amende et que personne n’en parle dans les médias officiels français. C’est le Guardian britannique qui a publié cette information le 24 septembre dernier, certainement pas Le Monde, Libération ou Le Figaro… En réalité on savait déjà qu’ils avaient payé 5 milliards de dollars d’amende sauf qu’il s’agissait de protéger Mark Zuckerberg et de ne pas citer son nom dans la plainte. Ainsi, ce milliardaire voyou pourra continuer à sévir, censurer et manipuler l’information dans le monde entier.



Cette information est sortie grâce à une plainte déposée par des actionnaires de Facebook dans le Delaware (USA) le mois dernier mais rendu publique fin septembre. 

En 2019, Facebook a été condamné à une amende par la Federal Trade Commission (FTC) en 2019 pour avoir « trompé » les utilisateurs sur sa capacité à préserver la confidentialité des informations personnelles, après une enquête d’un an sur la violation de données de Cambridge Analytica, une société d’analyse britannique qui a collecté des millions de profils Facebook d’électeurs américains.

L’amende était de 4,9 milliards de dollars. Et ce prix a été payé rubis sur l’ongle, a indiqué le Guardian, pour protéger le fondateur de Facebook Mark Zuckerberg en cas de procès. Cette information est sortie grâce à une plainte déposée par des actionnaires de Facebook dans le Delaware le mois dernier mais rendu publique fin septembre.

Une autorité sans entrave de la part de Mark Zuckerberg

Si Zuckerberg avait été personnellement nommé dans la plainte de la FTC, il aurait pu faire face à des amendes substantielles pour de futures violations et aurait subi un « important préjudice à sa réputation », affirme le procès-verbal. Celui-ci ajoute : « Le risque aurait été très important pour Mark Zuckerberg, qui est extrêmement sensible à son image publique et aurait des ambitions politiques. »

Le procès-verbal accuse également Facebook d’une approche laxiste de la gouvernance d’entreprise, en particulier en ce qui concerne son fondateur. « Le conseil d’administration n’a jamais fourni de contrôle sérieux sur l’autorité sans entrave de Zuckerberg. Au lieu de cela, il l’a défendu et a payé des milliards de dollars des coffres de l’entreprise Facebook pour faire disparaître ses problèmes. »

Dans un article publié sur sa propre page Facebook après l’annonce de l’amende, Zuckerberg a déclaré que l’entreprise avait transformé la façon dont elle traitait les informations des utilisateurs. « Nous avons accepté de payer une amende historique, mais plus important encore, nous allons apporter des changements structurels majeurs à la façon dont nous construisons des produits et gérons cette entreprise », a-t-il écrit. Facebook a refusé de commenter le nouveau procès.


Photo d’illustration : Cette manœuvre était destinée à éviter la comparution de Mark Zuckerberg dans un possible procès. / EPA – Michael Reynolds

JULIEN VAURILLON

Facebook a payé 5 milliards de dollars pour protéger Mark Zuckerberg d'un procès

26 septembre 2021