Une fausse information, très grave, a été diffusée par de très nombreux médias en France concernant un lycée de Drancy  dont les élèves auraient perdu 20 parents ! En dehors du fait que c’est impossible étant donné qu’en général les parents d’élèves d’un lycéen ne dépassent que très rarement les 45 ans et que cette tranche d’âge n’est pas du tout touchée par une grande mortalité, bien au contraire ; il s’avère en réalité qu’il s’agit de parents tout court, en d’autres termes l’arrière-grand-mère, le grand-père, l’arrière grand-tante…

Tout le monde avait compris qu’il s’agissait des parents d’élèves, les papas et les mamans ! En réalité c’était une énième tentative de terrorisme sanitaire avec la complicité des médias. Rappelons qu’ils avaient essayé de faire la même chose lors de la première épidémie de mars-avril avec l’histoire fumeuse et totalement mensongère de la maladie de Kawasaki. Ils récidivent aujourd’hui en affirmant que la moyenne d’âge des hospitalisés est beaucoup plus basse alors que c’est encore faux. Encore une fois, tout est absolument faux pour faire peur, terroriser pour mieux manipuler. Une étude vient de sortir, intitulée Vigil, qui a surveillé 4000 écoliers jusqu’à 12 ans. Le résultat est clair : l’école n’est pas responsable de la propagation de l’épidémie puisque le principal foyer de contamination est le noyau familial. La Société française de pédiatrie confirme ce résultat dans son dernier article publié le 29 mars.

Nous vivons une période extrêmement grave dans laquelle le mensonge et la manipulation sont devenus la règle. Quelle que soit la réalité, les médias et les politiciens s’appliqueront à la nier.