Ils n’ont rien appris de cette crise sanitaire puisque les autorités continuent de fermer des lits ici et là. Nous sommes censés être en pleine crise très grave, aucune fermeture – même temporaire – ne peut être acceptée, ceci n’a pas de sens ! Il faut augmenter les moyens matériels et embaucher plus de personnels, c’est la seule solution pour ne plus vivre cette catastrophe.


Alors que les établissements hospitaliers viennent de passer en « organisation de crise », l’hôpital de Châteauroux-Le Blanc a décidé de fermer provisoirement 14 lits de chirurgie.

La direction parle d’un « ajustement de la capacité d’accueil ». La pilule ne passe pas à la CGT.

L’annonce a été faite mercredi dernier aux soignants de l’hôpital de Châteauroux-Le Blanc : 7 lits en chirurgie digestive et 7 autres dans le service de chirurgie orthopédique vont fermer provisoirement. Pour Karine Jouhanneau, secrétaire CGT du centre hospitalier, cette situation est inacceptable alors que les établissements hospitaliers du pays viennent de passer en « organisation de crise » pour prévenir une aggravation de la situation sanitaire. « 

On ferme des lits pour récupérer du personnel, parce qu’on a un gros manque d’effectifs » précise la syndicaliste. « On nous demande de passer en « organisation de crise mais avec quelles moyens ? Ça fait un an que cette crise sanitaire à commencé, à un moment donné il va falloir que le ministère de la Santé se réveille et attribue des moyens humains aux hôpitaux et qu’on ouvre des lits de réanimation pérennes. » Avec la fermeture provisoire de ces 14 lits en chirurgie, Karine Jouhanneau déplore par ailleurs une déprogrammation des interventions non urgentes et souligne que « seulement deux infirmières sont récupérées ; ça ne va pas sauver l’hôpital ! »

Non, nous n’avons pas déprogrammé d’interventions – Evelyne Poupet, directrice de l’hôpital

Contactée par France Bleu Berry, Évelyne Poupet, la directrice de l’hôpital de Châteauroux-Le Blanc confirme ces fermetures temporaires de lits en chirurgie digestive et orthopédique : « Plus que de fermetures, je préfère parler d’une réorganisation au fil de l’eau. Nous n’avons pas déprogrammé d’interventions dans ces deux activités. Ça veut dire simplement que temporairement, nous n’allons pas admettre de nouveaux patients. C’est une réorganisation interne qui va permettre aux professionnels de se reposer alors que les vacances viennent de débuter. Quand on peut réduire la capacité d’accueil, nous le faisons, nous ajustons au fur et à mesure. »

Évelyne Poupet confirme aussi que ces fermetures temporaires de lits vont permettre également de rééquilibrer les ressources humaines et soulager un peu des services très sollicités : « On continue malgré tout à faire appel à du personnel intérimaire, qui est difficile à trouver », précise la directrice de l’établissement castelroussin.


Photo d’illustration : Hôpital de Châteauroux © Radio France – Manon Klein

21 février 2021