C’est une excellente chose dans le sens où on pourra savoir, à la fin de la saison, s’il y a eu moins de grippe ou si cette grippe a été moins violente que d’habitude. Car malheureusement, on nous parle systématiquement d’obligation vaccinale, contre la grippe par exemple, comme si le taux de protection était de 100 % alors qu’il est souvent inférieur à 50 %, ce qui revient à dire que ce n’est pas mieux que de jouer à pile ou face.


Gilles Bonnefond, président de l’Union des syndicats de pharmaciens d’officine, indique sur franceinfo que « 80% des pharmacies ont proposé ce service » cet hiver.

Avec plus de 10,6 millions de doses vendues sur la période octobre-décembre, le nombre de vaccinations contre la grippe est en nette augmentation cet hiver en France. C’est 600 000 de plus que l’an dernier à la même époque et 1,3 million de plus qu’il y a deux ans, des chiffres dévoilés par le réseau Pharmastat, un large réseau d’officines.

Cette hausse est notamment due au développement de la vaccination en pharmacie. « 80% des pharmacies ont proposé ce service », explique mercredi 5 février sur franceinfo Gilles Bonnefond, président de l’Union des syndicats de pharmaciens d’officine.

franceinfo : Les vaccins en pharmacie ont-ils été nombreux ?

Gilles Bonnefond : Cela a bien marché puisque 80% des pharmacies ont proposé ce service. C’était la première année où on étendait à toutes les régions. On a simplifié le parcours du patient. Quand il est disponible, il peut venir à la pharmacie prendre son vaccin, être vacciné dans les 5 minutes et repartir tranquillement…


Photo d’illustration : 80% des pharmacies ont proposé le service de vaccination contre la grippe. (GEORGES GOBET / AFP)

avatarfranceinfo

Radio France

5 février 2020