Subscribe Now

* You will receive the latest news and updates on your favorite celebrities!

Trending News

En visitant ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies.
Hommage à Samuel Paty : l’étrange tripatouillage de la lettre de Jean Jaurès
À la une

Hommage à Samuel Paty : l’étrange tripatouillage de la lettre de Jean Jaurès 

Voici une preuve supplémentaire que nous ne vivons plus en démocratie mais dans une gigantesque et terrifiante hypocrisie ! Le gouvernement change le contenu d’un courrier pour aller dans le sens de sa vision de la politique du moment. C’est une pente et une insulte à l’intelligence des Français car il fallait bien se douter qu’ils allaient s’en apercevoir. Ce tripatouillage inquiétant est d’autant plus grave et choquant qu’il s’agit ici, semble-t-il, d’une défense de la liberté d’expression.


Le texte, qui sera lu aux élèves ce lundi de rentrée, est en fait une version courte, expurgée des passages où Jaurès défend l’autonomie de l’enseignant et critique le recours excessif aux évaluations.

« Vous tenez en vos mains l’intelligence et l’âme des enfants.» Ainsi s’ouvre la « Lettre aux instituteurs et institutrices » de Jean Jaurès, publiée le 15 janvier 1888 dans le journal la Dépêche de Toulouse. Après la lecture d’extraits lors de la cérémonie d’hommage à Samuel Paty à la Sorbonne le 21 octobre, le même texte sera lu par les professeurs lundi devant leurs élèves, juste avant la minute de silence.

Mais quel texte ? De nombreux enseignants ont eu la surprise de découvrir qu’il leur avait été envoyé une version fortement raccourcie. Alertée par des collègues, Pauline (1), professeure de philosophie dans un lycée en Occitanie, vérifie en recherchant l’original dans un recueil de 1899 sur le site de la BNF. Elle découvre que dans la version qu’elle vient de recevoir, il manque trois paragraphes. Et même que la « fierté alliée à la tendresse », mentionnée par Jean Jaurès pour expliquer la « grandeur » de l’enseignant, s’est transformée en « fermeté alliée à la tendresse » – le mot « fermeté » n’apparaissant à aucun moment dans la lettre. Pour la professeure qui s’intéresse « pile en ce moment aux théories du complot » dans sa classe, ces omissions sont « une grosse maladresse, voire un peu révoltantes », surtout pour « un hommage à Samuel Paty et à la liberté d’expression ».

Un « manque de confiance »

Il semble que cette version expurgée ait été diffusée par plusieurs rectorats, a minima dans la région Centre et en Occitanie. Elle émane en fait d’un espace de ressources pédagogiques pour le premier degré de l’académie de Poitiers, et, selon la communication de ce rectorat, «a été mise en ligne en 2016 dans le cadre de la semaine pour la laïcité». C’est surtout le premier résultat référencé sur Google avec le titre de la lettre. A noter également que c’est cette version (avec le mot « fermeté » au lieu de « fierté ») qui a été lue lors de l’hommage à Samuel Paty à la Sorbonne, et notamment par Emmanuel Macron.

Au ministère de l’Éducation, on renvoie les enseignants au portail officiel Eduscol, où se trouvent cette fois deux versions du texte : l’une, d’une page, « adaptée pour un public plus jeune » et une seconde « pour les lycéens ». Jusqu’à samedi soir, seul le texte de la version courte était en ligne, comme l’a constaté Amélie Hart-Hutasse, professeure d’histoire-géographie. Elle qui trouvait déjà « ce texte très beau mais extrêmement ardu pour les élèves » déplore auprès de Libération le « manque de confiance » alors que « notre travail est justement de savoir utiliser des extraits pertinents ».

Le ministère justifie ces coupes par « la volonté de fournir un outil clé en main », rappelant que « ce genre de modalités pédagogiques sont très courantes pour les commémorations ». Depuis, la version longue est disponible sur Eduscol… mais toujours pas l’intégrale. Manque encore le paragraphe où Jaurès défend l’autonomie de l’enseignant et critique vertement le recours excessif aux évaluations.

« Sacrifier la réalité à l’apparence »

« Et est-ce que quelques lignes tronquent le message global ? » s’interroge la chargée de communication du ministère, qui « trouve personnellement ce passage très daté ». Ce qui interpelle Jérôme Pellissier : « Il fallait dans ce cas couper les parties anachroniques sur les enfants des campagnes qui reviennent après les récoltes », s’amuse cet écrivain et animateur du site Jaurès.eu. Il a justement participé à retranscrire mot à mot le texte numérisé pour le rendre plus lisible.

Le passage tronqué révèle, selon lui, « combien Jaurès était soucieux de l’autonomie de l’enseignant et de ne pas faire des élèves des bêtes à concours». Extrait qui résonne fortement pour les professionnels de l’éducation interrogés par Libération, notamment avec la « réforme du baccalauréat » ainsi que « la politique d’évaluation permanente mise à l’œuvre par Jean-Michel Blanquer ». Ce dimanche, le ministère ajoutait une indication visuelle pour marquer l’endroit où le passage a été supprimé, sans toutefois rétablir le texte complet. Quitte, comme le disait précisément Jaurès, à «sacrifier la réalité à l’apparence».

(1) Le prénom a été modifié.
(2) Mise à jour à 8 heures le 2 novembre avec ajout de la lecture de la version expurgée lors de l’hommage de la Sorbonne.

Photo d’illustration : Lors de l’hommage rendu à Samuel Paty à la Sorbonne, le 21 octobre à Paris.Photo François Mori. AP

Grégoire Souchay

Libération

1er novembre 2020

3 commentaires

    1. Avatar
      Aldebaran

      @avlula bonjour,
      *j’ai été voir cette page du journal et j’ai choisi d’intervenir tellement le climat y était très défavorable suite aux propos de M. Luc ferry.
      Voici ce que j’y avais posté en attendant que le modérateur l’affiche ou pas..
      « Bonjour,
      qu’il soit honnête ou pas , je trouve qu’il a bien résumé la chose.
      Des communautés ne sont pas inquiétées par ce genre de journal.
      SI on est pas croyant, ou autre, pourquoi aller provoquer sous prétexte de liberté d’expression?
      Pourquoi aller chez l’autre pour trouver sa liberté d’expression?
      Est-ce que les musulmans, ou les chrétiens ou autres, viennent voir les athées ou les LGBT et les dénigrer pour se fendre la gueule?
      Pourquoi tout simplement?
      Les enseignants se comportent comme des gamins, perçus, par la population comme des fainéants et des paresseux.
      Si il y avait une campagne dans ce sens? Un ministre les avait bien traité de dinosaure, non?
      Là du coup, ils ne riraient plus!
      Et si Charlie hebdo en faisait sa une durant quelques jours?
      je peux vous dire que le climat anti enseignant serait palpable.
      Et je ne parle pas de ceux qui se frottent les mains, sur le dos des musulmans, et qui risqueraient, à force de manipulations, de se retrouver en première ligne.
      Sur 4 attentats, deux sont déclarés islamiste et les deux autres, l’un identitaire français et celui qui a tiré sur le prêtre orthodoxe, c’est un ami de Dupond Aignan (Jean-Michel ….)! ON en parle?
      Cordialement, »

      Il est bien évident que seuls les deux premiers faits rapportent.

      Je vies de voir une vidéo de CRS qui frappaient des jeunes qui ont manifestés.
      Les musulmans avaient montré, depuis des décennies, les signes que la France avait déviée.
      4 générations plus tard, elle devient le 3ième pays athée au monde.
      Du coup, c’est plus les mêmes repères.
      Aujourd’hui, il ne faut plus être un musulman, un jeune, un médecin honnête ou quelqu’un qui veut vivre sa vie tout simplement.
      Les autres vous pouvez être tranquille. La France que vous voulez arrive.
      Cordialement,
      Aldebaran

  1. Avatar
    Aldebaran

    Bonsoir,
    je tenais à faire part que mon message sur le site de france info, de l’article donné plus haut par @Avlula, n’a tourjours pas été diffusé.
    J’ai fait 3 tentatives.
    Par contre, les messages de haine anti musulman ou anti Ferry, sont diffusés et beaucoup après mes tentatives.
    C’est pourquoi, ces censures, voulues, devraient être aussi faites par des sites comme le libre penseur car sinon, on ne verra que des message de de haine.
    On ne peut être chevalier, qu’avec de gens qui se comportent aussi comme des chevaliers.
    Sinon, on est forcé de perdre.
    Cordialement,
    Aldebaran

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :