En parcourant cette collection de textes courts, recueillis en France par les correcteurs des épreuves du Bac 2015, on se rend compte de l’ampleur des dégâts occasionnés par les différentes réformes scolaires, notamment par la fameuse méthode de lecture, dite globale, source de grandes difficultés à intégrer l’orthographe. En 2005, Gilles de Robien, alors ministre de l’Éducation nationale, s’exprima sur la nécessité de l’abandonner. Hélas, elle a été remplacée par d’autres méthodes dites mixtes, conduisant aux mêmes résultats médiocres, comme tout le monde pourra le constater ; la méthode classique dite syllabique ayant été remisée au placard.

Savoir que les auteurs de ces perles sont des jeunes filles et des jeunes gens de 18 ans arrivés au terme du second cycle d’études, fait mal aux tripes et surtout au crâne. Au delà de l’orthographe carrément massacrée, on relève un déficit grave des connaissances normalement acquises à ce stade de la scolarité et à la veille de leur entrée à l’université. Et quelle a été la réaction de NVB à cette situation catastrophique ? L’introduction de la théorie du genre dès la maternelle, comme pour faciliter la descente aux enfers…