pedophilie-680x365

Nous avons ici la preuve définitive que que les élites universitaires anglaises sont corrompues et criminelles à un très haut niveau, inégalé dans l’histoire humaine ! La maçonnerie aidant, puisqu’ils sont à la source de la maçonnerie spéculative écossaise, on comprend mieux le pourquoi des npùbreux scandales pédocriminels jamais élucidés, toujours noyés dans le temps et les procédures judiciaires interminables.


Apologie de la pédophilie au sein d’universités anglaises ?

Des universités anglaises tolèrent-elles l’apologie de la pédophilie ? « L’intérêt pédophile est naturel et normal pour les mâles humains ». « Au moins une minorité non négligeable d’hommes normaux aimerait avoir des relations sexuelles avec des enfants… » Ces citations ne proviennent pas de la presse soixante-huitarde ou de la propagande immonde du PIE (Paedophile Information Exchange) qui bénéficiait autrefois du soutien de personnalités politiques de premier plan. Non, ces propos qui présentent la pédophilie comme « naturelle et normale » datent de juillet 2014 et ont été prononcés lors d’une session académique d’été organisée par l’Université de Cambridge ! Parmi les thématiques abordées très officiellement : « Libérer le pédophile : une analyse discursive » et « Les enjeux de l’hébéphilie »… L’hébéphilie est présentée comme la préférence sexuelle pour les très jeunes adolescents dans la puberté précoce, généralement entre 11 et 14 ans !  Parmi les participants à cette session d’été de l’Université de Cambridge, il y avait un homme très enthousiaste, Tom O’Carroll,  délinquant sexuel pédophile multirécidiviste, militant de longue date pour la légalisation des rapports sexuels avec des enfants et ancien dirigeant du Paedophile Information Exchange (PIE). « Merveilleux ! », Écrivit-il sur son blog à propos de ce qu’il entendit à l’Université de Cambridge en juillet 2014. La Grande-Bretagne a un grave problème avec la pédophilie. Depuis plusieurs années, les scandales se multiplient et éclaboussent des personnalités de la Finance, du monde politique, du showbiz et même de la Famille royale britannique. Mais malgré ces scandales qui font la une des médias, l’apologie de la pédophilie à l’Université de Cambridge est passée quasiment inaperçue. Il faut aussi noter les tentatives renouvelées de repousser les limites de l’acceptabilité de relations sexuelles avec un enfant. Avec la pilule, la légalisation de l’homosexualité et la diminution des tabous comme le sexe avant le mariage, les années soixante-dix ont ouvert la boîte de Pandore et légitimé tous les vices. Et des appuis importants sont venus du monde universitaire. En 1981, un éditeur respectable, Batsford, a publié un livre intitulé Perspectives sur la pédophilie, écrit par Brian Taylor, professeur de sociologie à l’Université du Sussex. Fait troublant, le livre était destiné à « aux travailleurs sociaux, travailleurs communautaires, agents de probation et gardes d’enfants ». Parmi les personnes qui ont a collaboré à la rédaction de ce livre, il y a Peter Righton a été directeur de l’éducation à l’Institut national pour le travail social et a plus tard été reconnu coupable de crimes sexuels commis sur des enfants. Mais deux autres personnes qui ont collaboré à ce plaidoyer pour la pédophilie sont toujours académiquement actives et influentes. Ken Plummer est le Professeur émérite de sociologie à l’Université d’Essex. Il y dispose d’un bureau et y donne encore des cours. Le Professeur Plummer est lui-aussi encore présent sur les campus universitaires malgré qu’il fut membre du PIE. Interrogé au sujet de ces deux professeurs, un porte-parole de l’Université d’Essex s’est limité à citer la charte de l’université qui donné au personnel universitaire « liberté de mettre en avant des opinions controversées et impopulaires sans se mettre en péril ». Graham Powell est l’un des psychologues les plus éminents du pays, un ancien président de la British Psychological Society et un fournisseur actuel de services de soutien de la psychologie à la Serious Organised Crime Agency, le National Crime Squad, la Metropolitan Police, la police du Kent, l’Essex Police et de la Internet Watch Foundation. Il avait également signé un chapitre dans Perspectives sur la pédophilie, dans lequel il estimait que l’acte pédophile n’était pas nécessairement traumatisant pour la victime… Autre intervenant à cette session d’été de l’Université de Cambridge les 4 et 5 juillet 2014, Ray Blanchard, professeur de psychiatrie à l’Université de Toronto. Mais l’intervention la plus controversée fut faite par Philip Tromovitch, professeur à l’Université Doshisha au Japon, qui a déclaré dans une présentation sur la «prévalence de la pédophilie » que la « majorité des hommes sont probablement les pédophiles et hébéphiles » et que « l’intérêt pédophile est normal et naturel chez les mâles humains ».

in Société by Pierre-Alain Depauw – 29 juin 2015