Infiltrée à Molenbeek : il y a 10 ans, Hind Fraihi tirait déjà la sonnette d’alarme


L’état belge, si on peut appeler ça un état, savait très bien que des jeunes étaient en train de déraper ; il a pourtant laissé faire. Ce témoignage est la preuve supplémentaire que beaucoup de gens savaient, hormis curieusement les services de police et de renseignement ! Qui pourrait croire à une telle fable ? À moins d’avoir précisément eu comme objectif, la formation et l’entretien d’un vivier destiné à être exploité le moment venu. Il suffit de lire le dernier livre de M. Izambert pour comprendre ce qui se passe : les états occidentaux eux-mêmes forment ces pseudo djihadistes.


À l’époque, personne n’a cru cette journaliste belge qui s’était infiltrée dans les milieux islamistes radicaux. Témoignage.  

Il y a 10 ans, Hind Fraihi avait tiré la sonnette d’alarme. À l’époque, elle n’a pas été prise au sérieux par les autorités belges. France 3 vous propose le témoignage de cette journaliste qui s’est infiltrée dans les milieux islamistes radicaux dans la banlieue de Molenbeek, celle-là même qui a vu grandir plusieurs terroristes du 13 novembre.

Taxée de journaliste à sensation

Pendant trois mois, elle se fait passer pour une étudiante en sociologie préparant une thèse sur cette commune proche de Bruxelles. « Je suis d’origine marocaine. J’ai parlé avec eux en arabe donc ils m’ont fait confiance« , explique-t-elle. Derrière les portes-cochers, les grilles de garages, elle pénètre dans des salles de prière cachées aux discours subversifs. Car peu à peu, la ville est devenue un refuge pour jihadistes. Cette immersion à Molenbeek, Hind Fraihi l’a racontée dans des articles et dans un livre en 2006. À l’époque, personne ne la croit. Elle est taxée de journaliste à sensation et même d’islamophobe, mais 10 ans plus tard, les attentats en France lui donneront tristement raison.

France TV Info