Dire que Fillon a tout perdu pour 13.000 € de costumes… Il faut bien comprendre que ce type de scandales se multiplient et qu’ils donnent une idée précise de l’arrogance et du décalage horaire entre ces politiciens et le reste du peuple ; on est tout de même sur une somme qui peut permettre l’achat d’une maison ! De plus, nous faire croire qu’il n’y a pas de retour sur investissement dans leur monde de requins sans foi ni loi est une insulte supplémentaire.


Sans démentir l’information, l’avocat de l’ancien ministre précise que « cela s’est fait à l’initiative du créateur Francesco Smalto ».

L’ancien ministre socialiste Jack Lang a reçu en cadeau des costumes du couturier italien Smalto, selon des informations publiées, vendredi 8 mars, par L’Obs (article abonnés). En s’appuyant sur des documents du célèbre tailleur, l’hebdomadaire écrit que l’actuel président de l’Institut du monde arabe a reçu, entre 2013 et 2018, pour près de 195 600 euros de costumes et pantalons.

L’Obs fait observer que le propriétaire de Smalto est Alain Duménil, un homme d’affaires mis en examen pour une affaire de banqueroute frauduleuse. « Jack Lang s’est bien vu offrir des costumes par la société Smalto depuis quelques années », a confirmé l’avocat de Jack Lang, Laurent Merlet. « Mais cela s’est fait à l’initiative du créateur Francesco Smalto, mort depuis (en 2015). » L’avocat assure que ces cadeaux « n’ont jamais eu aucune contrepartie ».

« Une tradition d’ambassadeur de la marque »

L’avocat souligne que « ce n’est pas la première fois que des couturiers proposent à Jack Lang de l’habiller » : « Depuis quarante ans, il a reçu ainsi des cadeaux compte tenu de sa notoriété. Cela s’inscrit dans une sorte de tradition d’ambassadeur de la marque. » Le couturier Thierry Mugler lui a offert des vêtements par le passé, notamment quand il était ministre de la Culture dans les années 80, dont la fameuse veste à col Mao qui avait fait scandale à l’Assemblée nationale. La marque Yves Saint Laurent lui a aussi fait des dons, selon l’avocat.

Il y a deux ans, Le JDD avait révélé que l’avocat Robert Bourgi, figure des réseaux de la « Françafrique », avait commandé à la maison Arnys des costumes de luxe d’une valeur de 13 000 euros pour François Fillon. Cette affaire avait jeté un peu plus l’opprobre sur le candidat de la droite à la présidentielle, déjà englué dans le « Penelopegate ».


Photo d’illustration : Jack Lang arrive à une exposition à l’Institut du monde arabe, le 26 juin 2014, à Paris. (KENZO TRIBOUILLARD / AFP)