250 millions de dollars pour un projet quasi fictif, comme tant d’autres (usine de montages fictive…), dans la ville de Jijel. C’est d’ailleurs devenu une spécialité de la mafia algérienne au pouvoir, des prêts bancaires, à coups de centaines de milliards de dinars, jamais remboursés  !

Il est d’ailleurs assez comique de voir ces escrocs qui se disent milliardaires mais dont la fortune n’est en réalité que le pillage de l’argent public, des terrains offerts et des prêts bancaires frauduleux.


La brigade de recherche de la Gendarmerie nationale de Bab J’did à Alger a convoqué ces derniers jours un cadre de la Direction des impôts de la wilaya de Jijel en sa qualité de témoin pour faire la lumière sur le projet de l’unité de trituration oléagineuse se trouvant dans la zone extraportuaire de Djendjen appartenant à la famille Kouninef proche du frère cadet du Président déchu , a-t-on appris auprès d’une source sûre.

La même source a ajouté que cette convocation s’inscrit dans le cadre des enquêtes enclenchées par ladite brigade concernant certains dossiers controversés touchant les oligarques dont Réda Kouninef , qui font actuellement l’objet de poursuites judiciaires. Selon elles, des soupçons entourent la vétusté ou non du matériel de cette unité importée il y a quelques mois par cet opérateur économique qui aurait bénéficié de certaines largesses auprès de certains services de l’État.

Le cadre convoqué en sa qualité de témoin par les services de la Gendarmerie nationale qui a été auditionné par la brigade de Bab J’did a apporté les clarifications nécessaires concernant ce dossier, a ajouté notre source précisant que le cadre en question a rejoint son poste le plus normalement du monde. Par ailleurs et selon certaines indiscrétions, le promoteur de ce projet qui est en voie d’achèvement aurait bénéficié d’un crédit de 250 millions de dollars auprès d’une banque publique. Il convient de souligner que le sort du projet de l’unité de trituration des graines oléagineuses se trouvant dans la zone extra-portuaire de Djendjen dans la commune de Taher dans la wilaya de Jijel, alimente la chronique locale, notamment depuis le déclenchement du Hirak le 22 février et la démission forcée du Président Bouteflika .

Pour rappel, ce projet qui s’étend sur une superficie de 16 hectares et qui a nécessité un investissement de 250 millions de dollars est susceptible de générer 561 postes d’emploi directs et 1 500 indirects. La connivence de cet opérateur économique, objet de poursuite judiciaire, avec le frère cadet du Président déchu serait à l’origine du blocage du projet de Cevital au niveau du port de Béjaïa depuis 807 jours.


Photo d’illustration : projet des Kouninef destiné à la transformation et au stockage des graines oléagineuses dans la région de Bazoul (commune de Taher), plus précisément dans la zone extraportuaire du port de Djendjen – Jijel news

Bouhali Mohammed Cherif

Algérie 360°