General view shows members of Parliament attending a session of questions to the government at the National Assembly in Paris on January 23, 2018. / AFP PHOTO / Philippe LOPEZ
L’Assemblée nationale ne publie aucun relevé de simple présence dans l’hémicycle. Le site nosdéputés.fr croise d’autres critères. PHILIPPE LOPEZ/AFP

La technique est connue, au lieu de guérir le malade et de lui faire baisser sa fièvre, certains charlatans et escrocs préfèrent casser le thermomètre. C’est ce que veulent faire ces députés macronistes qui s’illustrent par un absentéisme important comme leurs prédécesseurs PS ou UMP… Car si vous pensiez que les choses allaient changer avec cette nouvelle présidence, ça voudrait dire que vous avez la maturité politique d’un enfant de huit ans !


D’après L’Opinion, plusieurs députés de la majorité estiment que leur travail n’est pas quantifié convenablement par le site nosdéputés.fr, pourtant devenu référence en la matière.

C’est une question qui commence à tarauder sérieusement l’Assemblée nationale. Comme l’a relevé L’Opinion dans son édition de ce vendredi, de plus en plus de députés estiment que leur travail n’est pas correctement évalué par l’association Regards citoyens. Celle-ci gère notamment le site nosdéputés.fr, qui recense l’activité du palais Bourbon et qui, en quelques années, est devenu une référence en la matière. Au grand dam de certains élus, qui aimeraient que leur institution se dote de son propre outil statistique.

De quoi mieux rendre compte de la réalité du travail parlementaire? Interrogé par L’Opinion, le député du Rhône Bruno Bonnell tire à vue sur le site internet, fustigeant «ces classements débiles» dans lesquels il apparaîtrait en queue de peloton. Et pour cause: l’ex-chef d’entreprise aura été, selon les chiffres mis en lumière par nosdéputés.fr, très peu présent à l’Assemblée nationale au cours de sa première année de mandat, que cela soit dans l’hémicycle ou en commission.

Quelles statistiques?

« Ce n’est pas un recensement de la présence globale. De toute façon l’Assemblée ne fournit pas de relevé de présence dans l’hémicycle, ça n’existe pas. Donc il faut arrêter de faire croire que nous avons une approche purement quantitative », rétorque auprès du Figaro Benjamin Ooghe-Tabanou, l’un des ingénieurs en charge du

« Il faut arrêter de faire croire que nous avons une approche purement quantitative »  Benjamin Ooghe-Tabanou, cogérant du site nosdéputés.fr

site. Ce dernier privilégie en effet, lorsque l’on y regarde de plus près, le taux de présence en commission parlementaire. Une donnée qui, elle, est répertoriée par la plateforme en ligne du palais Bourbon. C’est d’ailleurs de celle-ci que nosdéputés.fr tire une grande partie de ses informations statistiques. Le reste provient du Journal officiel, que les cinq opérateurs du site épluchent quotidiennement.

Autre critère sur lequel ils s’appuient pour évaluer «l’activité» des députés: leurs prises de parole ou leur participation aux débats dans l’hémicycle. Pour cela, nosdéputés.fr pioche dans les comptes rendus de séance, en laissant de côté les interventions «de moins de 20 mots», de sorte à ce que les simples interjections – innombrables durant les séances les plus houleuses – ne puissent faire office de «participation». Enfin, sont également pris en compte les travaux écrits, les amendements, les rapports parlementaires, etc.

«Mais ce n’est pas suffisant, reconnaît Benjamin Ooghe-Tabanou. Il y a des petites missions d’information qui ne font pas l’objet d’un compte rendu, par exemple. Il est également difficile de quantifier de façon exhaustive le travail énorme que fournissent les rapporteurs de textes de loi. Ou encore les séances d’audition d’acteurs de la société civile».

« Une activité non-visible »

Un constat auquel souscrit Jean-Baptiste Moreau, député La République en marche de la Creuse et rapporteur de la loi sur l’agriculture et l’alimentation. « Leur travail est trop parcellaire. Je sais qu’ils font avec les informations qu’ils ont à leur disposition, mais tout de même. Et je le dis d’autant plus sereinement que d’après leur décompte, je fais partie des députés les plus actifs », constate-t-il.

A contrario, le député France insoumise Alexis Corbière estime que nosdéputés.fr « reflète indéniablement une réalité. »

« Les LaREM peuvent râler, mais il y en a qui ne mettent pas les pieds à l’Assemblée »  Alexis Corbière, député LFI de Seine-Saint-Denis

Les collègues d’En Marche peuvent râler, mais il y en a chez eux qui ne mettent pas les pieds à l’Assemblée». Il reconnaît toutefois qu’il y a «une activité non-visible qui n’est pas prise en compte» par des associations comme Regards citoyens. Idem d’après son collègue LFI Adrien Quatennens, qui se dit «favorable à une forme de transparence sur notre activité, qui doit néanmoins s’accompagner d’une prise de recul. C’est évident que dans un groupe de plus de 300 députés [celui de LaREM en compte 313], c’est plus difficile de distribuer le temps de parole ou la charge de travail que dans un groupe de 17».

Sur la question d’un contre-site développé par l’Assemblée nationale, les architectes de nosdéputés.fr restent dubitatifs. «Ce n’est pas forcément son rôle de contrôler ce genre de choses, il y a un risque d’autocensure. Et, du coup, la question de la neutralité d’un tel site se poserait régulièrement.» En juillet dernier, les cinq intéressés avaient été reçus par les questeurs du palais Bourbon, à savoir Florian Bachelier, Laurianne Rossi et, à l’époque, Thierry Solère. Un entretien qualifié de «glacial» par L’Opinion. «En effet c’était glacial, mais pour une raison simple: c’était un échange à sens unique, souffle Benjamin Ooghe-Tabanou. C’est-à-dire que nous, nous étions venus avec des propositions concrètes, et au final on nous a accusés de nourrir l’antiparlementarisme. On avait un peu l’impression d’être traités comme un prestataire qui aurait fait du mauvais boulot.»


Jules PecnardJules Pecnard