Chroniques-Dortiguier


Il ne s’agit point, en avertit sur son tweet anglais, le Premier Ministre de l’état d’Israël,  d’une réunion secrète varsovienne sur la « question iranienne », ainsi que les mauvaises langues des complotistes pourraient en convaincre les esprits faibles de ces anciennes générations ayant ignoré les 11 (chiffre de la transgression de la loi, assurait saint Augustin !) vaccins, mais bien d’un open meeting, d’une rencontre ou assemblée ouverte à laquelle ont pris part des « représentants des pays arabes conducteurs » (reprentatatives of leading Arab countries), toujours prêts à lutter, comme en 1916, pour la cause du droit tel qu’il aura été défini par la City de Londres et ses tentacules ! Et de jubiler qu’ils siègent ensemble avec Israël (they are sitting together with Israël) pour faire avancer leur politique belliqueuse commune anti-iranienne ainsi précisée, reprenons l’anglais : « to advance their commun interest of war with Iran. »


Qu’il s’agisse d’une coalition formée sous les auspices du gouvernement d’un État polonais de 1945 ayant, à sa renaissance précédé l’État proclamé par un de ses enfants, fils de l’avocat Grün varsovien et plus connu sous le surnom de gloire prétendument antique de Ben Gourion, ce qui donne une couleur orientale au mot yiddisch qui n’est que de l’allemand pour dire le green ou vert anglais, cela signifie que la Pologne est honorée pour avoir encouragé ses enfants émigrés en Palestine à faire subir aux Arabes chrétiens et musulmans, aux Arméniens logés à la même enseigne, le sort infligé aux populations civiles allemandes massacrées, pillées et violées sur les routes silésiennes. Oui, assurément Varsovie était un lieu bien choisi pour cette nouvelle préparation de guerre, et la Pologne, redisons-le, aura ouvert la voie. Les mages de Perse venaient à la crèche, et aujourd’hui ceux qui envisagent de faire subir, à en croire la légende, le même sort à l’Iran que les amis d’Esther, apportent leurs cadeaux à la crèche polonaise !

La Pologne ressemble à Israël par ses territoires occupés qu’il administre aussi en pleurant et en demandant à la vache à lait allemande de donner son lait. Qui se souvient encore du chef syndical polonais, dans l’ancienne ville allemande de Dantzig ou Gdansk patrie de Schopenhauer et reconstruite aux frais du contribuable allemand, ce démagogue  reconnu avoir toujours été une taupe du parti communiste, Walesa, menaçant l’Allemagne de représailles atomiques, au cas où elle se révélerait être dangereuse, menaçante, entendez demanderait de revenir chez elle, l’expulsion de ses habitants ayant été décidée à la conférence de Téhéran de 1943 ?

Illusion perpétuelle polonaise qui pourrait recevoir la visite d’un second Staline toujours avec l’appui discret de la City, quartier préféré de l’oligarchie «  russe », et City dont Poutine est membre ou citoyen d’honneur !


La Pologne se veut un rempart contre l’Islam, mais c’est une façade pour duper les nostalgiques de l’Algérie française et de la Campagne de Suez conduite par nos socialistes et les engager dans cette fin d’opérations militaires d’anéantissement des États indépendants, de la Libye à la Syrie, en passant par le Soudan, l’Irak, l’Afghanistan etc. L’Iran est le dernier sur la liste des pays à décapiter et, chose mal connue, le but politique pourrait bien être, en fractionnant le pays par des démocrates bien formés, d’effacer le nom d’Iran même remis à l’honneur, après la commémoration du millénaire de la naissance, selon la chronologie reçue, de l’auteur du poème épique national du Livre des Rois (Shah Nameh), et que la tradition surnomma le paradisiaque, Firdousi.


La guerre en préparation contre l’Iran serait la destruction tant souhaitée par un Churchill, par exemple, de l’idée impériale d’Iran et avec elle croulerait, à renfort de blocus de toute sorte et d’une infusion de tout ce que nos produits ont de nocif, une culture ayant reverdi l’Islam devenu, chez les collaborateurs de Netanyahou, assis autour de lui dans l’antre polonaise, un arbre sec dans lequel le diable rit de voir le profil de son ombre.  Et ces mêmes héros de la lutte antimusulmane s’accorderaient par enchantement avec les pires décadents de l’Arabie née artificiellement sous les pas de Lawrence. Entre temps la Palestine saigne, comme un Christ sur les croix espagnoles.


Nous aurons tout vu, dans cette descente aux Enfers dont la première marche aura été la coalition anglo-soviétique de fin août 1941 qui envahit un Iran ayant proclamé sa neutralité internationale et commençait de trop grandir aux yeux du maçon Churchill et du prétendu ex-séminariste Staline ! Aurons-nous une seconde Conférence de Téhéran ? Mais non, elle a pris le nom de Conférence de Varsovie, dans ce charmant pays conquérant qui veut être le fort Trump de l’Europe. Illusion perpétuelle polonaise qui pourrait recevoir la visite d’un second Staline toujours avec l’appui discret de la City, quartier préféré de l’oligarchie « russe », et City dont Poutine est membre ou citoyen d’honneur !

Pierre Dortiguier