image


Après la stupeur et l’incompréhension provoquées par les récentes tragédies en France, les dernières déclarations du rabbin israélien Dov Lior au Jérusalem Post ont déclenché une grande indignation en Israël. Ce rabbin a en effet déclaré « Les attentats de Paris étaient mérités » en raison de « ce que les Européens ont fait aux Juifs il y a 70 ans » !!!! Je m’empresse de condamner ici fermement cette apologie de terrorisme ahurissante de haine, et de condamner toute apologie de terrorisme, et toute terreur quelle qu’elle soit, y compris le régime de terreur intellectuelle qui nous interdit de douter des versions officielles étatiques de l’Histoire contemporaine. Si la LICRA ne condamne pas les déclarations de ce rabbin, elle en sera complice. De fait.

Pour en finir avec cette terreur aveugle, il faut en éclairer la source pour mieux la combattre. Les tueries abominables qui ont frappé la région parisienne vendredi soir ne peuvent procéder que d’une mouvance abominable, qui répand d’ailleurs ce genre de tueries au Moyen-Orient depuis plusieurs années maintenant. Appelons cette mouvance l’axe du mal. Je ne m’épuiserai pas ici à expliquer pourquoi cet axe est constitué de trois forces : les forces au pouvoir en Arabie Saoudite (les plus grands traîtres à l’islam), celles de leur grand allié états-uniens, lui-même allié inconditionnel d’Israël, ce dernier constituant la troisième force.

Après l’effondrement de l’Irak (par l’axe du mal), Daesh (né en Irak) fut exactement la création et la créature de cet axe du mal, en vue de la destruction complète de l’islam, pour « remodeler » in fine le Moyen-Orient au profit d’Israël… What else ? Ce tristement célèbre « remodelage du Moyen-Orient » des néo-conservateurs américains (Wolfowitz, Perle, Rumsfeld, Kagan, Eliot Cohen, Dov Zakheim… ) qui portèrent l’antéchristique G.W. Bush au pouvoir, préconisaient en toutes lettres, dans leur « Projet pour le Nouveau Siècle Américain », un autre Pearl-Harbor pour catalyser l’expansion militaire états-unienne… Et le 11 septembre arriva… La France n’est malheureusement pas près de sortir de la menace terroriste daeshienne vu que l’État français est totalement soumis à cet axe du mal. Et jamais la France n’a été aussi servile envers cet axe ; avec Hollande on atteint les sommets, ou plutôt les abysses de l’humiliation (implacable retour de l’Histoire après des siècles d’orgueil et de mépris incommensurables infligés par la France aux autres peuples, souvent de manière sanglante). Alors, me direz-vous, quelle issue pour mettre hors d’état de nuire l’axe du mal et en finir avec la terreur tous azimuts, avec la logique de mort, avec les bombardements à l’uranium appauvri sur les enfants irakiens et palestiniens, avec l’abject nihilisme marchand de cet axe du mal… un axe férocement défendu par Bernard-Henri Lévy, Charlie-Hebdo, Yann Moix… Quelle issue donc ? Voter Marine ? Il est vrai que l’incurie de l’exécutif français actuel confine à la haute trahison. Malheureusement, la Marine se pointera elle-aussi lamentablement aux dîners du CRIF si elle est élue, tout comme la Morano en 2012. Alors à part la providence divine… que peut-on espérer ?, comme disait Kant… même le pourtant très rationnel Socrate admettait la providence divine (dialogue rapporté par Xénophon)… d’aucuns me diront qu’il ne s’agit plus d’espérer mais de faire, comme dit Fillon. La France pourrait bien-sûr commencer par se désengager de la Syrie et se rapprocher de la Russie, de l’Iran, et ne plus soutenir aveuglément Israël… ça serait pas du luxe. Mais peut-on vraiment en cette fin des temps conjurer le chaos mondial et la terreur (qui profite encore et toujours à Israël… en catalysant la solidarité anti-islam… ).


Car au fond, le temps ne « passe » pas, il se retire. Mais de quoi, me direz-vous ? Il se retire du fini pour retourner lui-aussi dans l’infini…


Tiens justement, en parlant de temps, de fin des temps… Il y a des choses imperceptibles par les techniques scientifiques les plus sophistiquées mais perceptibles aisément par le tout-venant. Prenez la perception du temps, par exemple. Chacun a pu remarqué, autour de lui, où qu’il tende l’oreille, que les gens ne cessent de s’étonner du temps qui passe de plus en plus vite. Comme si le temps se contractait… un an paraît un mois, un mois une semaine, une semaine un jour… Et cette contraction du temps (signe mineur de la fin des temps dans l’eschatologie musulmane), la science, aussi moderne soit-elle, est incapable de la mettre en évidence, et encore moins de la mesurer. Les sceptiques me rétorqueront que tout cela n’est que subjectif. Certes, mais tout le monde perçoit ce même phénomène subjectif du temps qui se contracte, qui se retire. Car au fond, le temps ne « passe » pas, il se retire. Mais de quoi, me direz-vous ? Il se retire du fini pour retourner lui-aussi dans l’infini, dans l’apeiron comme dirait le présocratique Anaximandre (de « a » privatif et « peiron »signifiant « fin »). Le temps est un voile entre l’homme et l’infini divin, et ce voile se retire inexorablement. La perception du temps est moins la perception d’une présence que d’une absence, d’un exil. Du coup, plus ce voile se retire plus l’absence laisse place à la présence. La présence divine, lumineuse présence, implacable lumière à laquelle n’échapperont pas les ignominies humaines (et Daesh, qui curieusement attaque tous les pays sauf Israël, est l’une des pires ignominies, sinon la pire, qui prospère en vendant son pétrole aux occidentaux et ses objets d’art antiques – récupérés dans la destruction du patrimoine syrien et irakiens – aux riches collectionneurs européens… ). Jours après jours, les croyants sincères perçoivent un peu plus cette souveraine présence, et les incroyants perçoivent toujours plus le chaos annoncé, le gouffre infini. Le jour du Jugement dernier arrivera lorsque le voile sera complètement retiré. Mais un peu avant ce retrait complet, des vérités épouvantables éclateront au grand jour, occasionnant de grands scandales (Madoff, Cahuzac, Servier… ), brisant des tabous abominables, comme celui de la pédo-criminalité des grands notables. Il semblerait d’ailleurs que le dévoilement de ce tabou soit aujourd’hui imminent (l’affaire Savile en Angleterre en est un signe précurseur ; Jimmy Savile, personnalité médiatique britannique avait violé des centaines d’enfants sans jamais être inquiété, jusqu’à sa mort en 2011 ! Scotland Yard avait reconnu sa culpabilité mais après sa mort !).

Bref, en vérité je vous le dis, l’Apocalypse est à nos portes, chargée de vérités insoutenables sur le point d’éclater. Des vérités qui détruiront ce règne du mensonge par la terreur. Car seul le mensonge a besoin de la terreur et du sang pour continuer de régner.