Une tribune libre de Jean-François Faure sur l’argent. (© cc Garry Knight / image recadrée)

Voici un petit conseil, sur le plan financier, qui pourra intéresser beaucoup de gens qui, peut-être, n’ont pas les moyens d’acheter de l’or mais qui pourront acheter du métal argent dont le cours est actuellement très intéressant puisque le lingot d’1 kg est à peine à 400 €, ne pouvant qu’augmenter à l’avenir. Il n’est d’ailleurs pas question de mettre toutes ses économies dans un seul et unique investissement, mais bien de les diversifier afin de ne prendre aucun risque. Une chose est certaine, l’effondrement prochain déstabilisera les monnaies et la crise sera extrêmement violente.


Quand on pense à la protection de son épargne, l’or physique est une bonne option.

Ce n’est pas la seule : l’argent métal est aussi une façon d’assurer ses arrières. L’analyse de Jean-François Faure, président d’Aucoffre.com.

Comme l’or, l’argent est un métal précieux qui a été utilisé comme monnaie pendant des siècles. Paradoxalement, c’est un métal qui est délaissé. Il faut surtout croire qu’il n’est pas assez compris !

L’argent était encore une monnaie il y a quelques décennies

L’argent a eu sa place très vite dans les premiers systèmes monétaires modernes. Six siècles avant notre ère, le roi Crésus base déjà sa monnaie sur le bimétallisme. Dix pièces d’argent valent alors une pièce en or avec un type identique. Même s’il a évolué au fil des siècles, ce ratio fait de l’argent une monnaie plus sécable et plus accessible pour les particuliers. On l’utilise pour les échanges du quotidien… ou quand l’or vient à manquer.

Charlemagne fait ainsi passer le système monétaire occidental à l’étalon d’argent, faute d’approvisionnement suffisant en or.

Dans des périodes de crise extrême – la Seconde guerre mondiale par exemple – l’argent métal reste une valeur sûre pour se procurer de quoi subsister dans la vie de tous les jours.

Pourquoi les Français considèrent l’argent comme une solution fiable

Même après la démonétisation de la Semeuse 5 Francs argent en France, les belles pièces en argent continuent de circuler.

Souvent sous forme de cadeau : la 50 Francs Hercule a longtemps fait partie des pièces offertes en famille. L’occasion d’aider les jeunes à se constituer un premier patrimoine.

Et les 10 Francs, 50 Francs Hercule ou la Semeuse 5 Francs ne sont pas les seules pièces que l’on retrouve facilement chez soi. Les pièces françaises emblématiques sont tout aussi facilement transmises en famille : la 5 Francs Napoléon III Tête laurée par exemple.

Et avec quelques précautions, l’argent se conserve bien même s’il peut s’oxyder – ce qui n’est pas le cas de l’or.

Avec des qualités proches à celles de l’or, l’argent constitue une valeur de confiance complémentaire. Il est surtout plus accessible et donc, plus populaire. Il offre aussi une certaine sécurité en cas de réquisition des métaux précieux.

L’or a déjà fait l’objet de mesures de confiscation – par exemple en 1937 en France. Ou de rétention, comme aux États-Unis où détenir de l’or chez soi était illégal entre 1933 et 1975. Mais ce ne fut jamais le cas pour l’argent.

Il faut dire qu’en comparaison de l’or, la valeur moindre des pièces d’argent en fait un actif plus difficilement mobilisable. Cela supposerait un déploiement de moyens et une capacité de stockage que peu de pays peuvent se permettre.

Sans compter que les particuliers sont des millions à conserver de l’argent chez eux : la mesure serait très vite considérée comme anti-démocratique.

Cela en fait, dans le réflexe populaire, une solution fiable dans une situation de crise économique ou géopolitique.

Et aujourd’hui, face à une crise majeure, les pays sont plus enclins à bloquer les actifs détenus sur un compte bancaire ou sur des assurances-vie, comme cela a été le cas à Chypre en 2013, ou en Grèce en 2015. Les moyens à déployer ne sont plus les mêmes à l’ère de l’informatique.

La demande est vouée à augmenter dans les prochaines années

Comme l’or, l’argent est un métal rare qui va le devenir de plus en plus.

Selon les chiffres du Silver Institute, l’extraction argentifère a montré une baisse en 2016 (et pour la première fois en 14 ans). Cette tendance s’est confirmée en 2017.

Les raisons sont simples et sont exactement les mêmes que pour l’or : les gisements les plus accessibles ont déjà été exploités, l’extraction est donc plus difficile et les coûts augmentent. Le recyclage, trop coûteux et difficile, n’apparaît pas comme une alternative envisageable.

En parallèle, la demande d’argent dans l’industrie explose. Le métal présente des qualités majeures : il résiste très bien à la corrosion même s’il subit l’oxydation, c’est un excellent conducteur thermique et électrique. Il est de plus en plus utilisé dans les processus industriels modernes.

Le seul secteur des applications photovoltaïques s’est montré très gourmand en 2017 : 92 millions d’onces d’argent, selon le Silver Institute.

Dans les années à venir, on devrait assister à une augmentation de la demande, couplée à une production toujours en baisse. Il faut donc aussi compter sur un ratio or / argent appelé à évoluer.

Avant 1900, il était généralement à un pour seize. Aujourd’hui, il faut compter entre 75 et 80 onces d’argent pour une once d’or. Ce ratio est considéré comme bas par les experts, surtout au regard du potentiel de l’argent métal.

Sous quelle forme choisir l’argent pour son épargne ?

Lorsqu’on souhaite se positionner sur l’argent métal pour les raisons tout juste décrites […]


Analyse de Jean-François Faure, président d’Aucoffre.com.

Le Revenu