Franchement qui peut être  étonné d’une telle information, sachant que l’existence même de l’entité sioniste scélérate a été construite sur le mensonge, le meurtre de masse, le pillage, le terrorisme et la pleurniche ? Ceci confirme également, encore une fois, que l’organe qui diffuse le plus de fake news est bien le gouvernement et lorsqu’il le fait, les conséquences sont désastreuses.


L’armée israélienne a publié mardi matin sur les réseaux sociaux une vidéo déjà largement diffusée en 2014 en la présentant comme celle des tirs la nuit précédente de roquettes et d’obus de mortier à partir de Gaza en direction du territoire israélien, l’armée assurant ensuite qu’il s’agissait d’une « illustration » de ces tirs provenant d’un « site internet du Hamas ».

Que vérifie-t-on ?

Sur ses comptes Facebook et Twitter, en français, en anglais (2) et en espagnol (3), mais pas en hébreu (4), l’armée israélienne a publié mardi une vidéo de tir nocturne d’une dizaine de roquettes en assurant que cette vidéo datait de la nuit passée de lundi à mardi.

Cette vidéo accompagnée de la légende « À voir et à entendre : Le Hamas tirant un barrage de roquettes vers les civils israéliens cette nuit » a été vue au moins 230.000 fois sur ces différents comptes, selon un décompte de l’AFP mercredi à 08H00 GMT.


Une capture d’écran du compte Twitter (en anglais) de l’armée israélienne, réalisée le 26 mars 2019

Dans la nuit de lundi à mardi, et ce avant les tweets des comptes de l’armée israélienne, la vidéo a été diffusée sur une page Facebook pro-palestinienne.

La légende accompagnant la vidéo ne précise pas de date, pouvant ainsi laisser penser que la scène se passe la nuit même. La page Facebook arbore le nom « Al-Qods », du nom d’une télévision proche du Hamas qui a cessé d’émettre.

« Ce post (…) ne représente pas la chaîne Al-Qods, qui est officiellement fermée. La chaîne n’a rien à voir avec cela », a déclaré à l’AFP un ancien dirigeant, sous couvert d’anonymat, évoquant la possibilité d’une action d’un « ancien employé ».

Voici la légende accompagnant la vidéo : « Regarde la joie des jeunes à Gaza au moment du tir des roquettes de la résistance palestinienne vers les colonies, dans les environs de Gaza, en réponse à l’agression de l’occupation sur la bande de Gaza ».

Que sait-on ?

De nouvelles roquettes ont été tirées dans la nuit de mardi à mercredi de Gaza en direction d’Israël, suscitant des frappes de représailles de l’armée israélienne dans le territoire palestinien et mettant en question une trêve fragile instaurée au lendemain d’un nouvel accès de violence.

Ripostant à un tir de roquette qui a fait sept blessés légers au nord de Tel-Aviv la nuit précédente, les avions, les hélicoptères et les chars israéliens avaient frappé dans la nuit de lundi à mardi, selon l’armée, des dizaines d’objectifs dans le territoire sous blocus coincé entre Israël, Égypte et Méditerranée.

Les Palestiniens avaient de leur côté déclenché un tir de barrage de dizaines de roquettes et d’obus de mortier en direction du territoire israélien, selon les journalistes de l’AFP à Gaza.

Ce sont ces tirs de roquette que la vidéo diffusée sur les comptes de l’armée israélienne prétend représenter. Tournée de nuit et de mauvaise qualité, elle fait apparaître 13 points lumineux partant vers le ciel et vers la droite de la vidéo. Tous ces points lumineux partent du même endroit, illuminant à leur départ un immeuble ou une série d’immeubles à la forme caractéristique, avec ce qui ressemble à des excroissances verticales. Quelques fenêtres ou panneaux publicitaires sont allumés à différents points précis de la vidéo.

Dans la bande-son accompagnant la vidéo, des tirs de roquette sont entendus puis un homme criant « Allah Akbar » (Dieu est grand, en arabe).

Sur Youtube et sur Facebook, l’AFP a pu retrouver au moins 51 occurrences, sur différents comptes, de cette exacte même vidéo publiée autour du 15 juillet 2014, en plein pendant l’opération « Bordure protectrice ».


Capture d’écran d’une recherche Facebook réalisée le 26 mars 2019

Cette opération visait à faire cesser les tirs de roquettes et détruire les tunnels creusés depuis l’enclave palestinienne. La guerre a fait 2.251 morts côté palestinien, en grande majorité des civils selon les Nations unies, et 74 morts côté israélien, quasiment tous des soldats.

Contactée par l’AFP, l’armée israélienne a expliqué mercredi que cette vidéo avait été publiée pour « illustrer les événements prenant place à ce moment précis ». Les légendes en français, anglais ou espagnol indiquaient pourtant qu’elle avait été tournée « dans la nuit ».

Cette vidéo « a été prise en direct du site internet du Hamas sur lequel l’organisation terroriste se réjouissait d’exposer la manière dont elle terrorise les citoyens israéliens », a poursuivi l’armée israélienne, renvoyant vers la page Facebook en question.

Sur Twitter, l’un de ses porte-parole a reconnu mercredi à la mi-journée que l’armée avait découvert « après publication » qu’il s’agissait d’« anciennes images », et insisté sur le fait qu’elles avaient été publiées par une page Facebook proche du Hamas.


Guillaume Daudin

AFP